Communiqués de toxicovigilance

21 février 2017

Depuis quelques années, le Centre antipoison du Québec (CAPQ) a constaté une hausse du nombre d’appels relativement à des intoxications probables par la colchicine. L’hypothèse soulevée ici est que l’augmentation de ces appels serait attribuable à un plus grand usage de ce médicament depuis la publication des études mentionnées ci-dessus. Bien que les intoxications par la colchicine soient relativement rares, elles peuvent être fatales. Malheureusement, il n’existe actuellement aucun antidote pour les traiter.

29 mai 2014

Une augmentation significative des appels au Centre antipoison du Québec pour des cas d'intoxication probable par aérosol imperméabilisant a été notée depuis 2012. La majorité des personnes exposées a dû se présenter dans un centre hospitalier en raison d'une détresse respiratoire aiguë. Ce communiqué de toxicovigilance a pour but d'informer les professionnels de la santé, ainsi que les directions de santé publique, Santé Canada, l'industrie et le public en ce qui a trait aux risques pour la santé encourus par la population lors de l'utilisation d'aérosols imperméabilisants.

21 octobre 2013

En décembre 2012, un appel était fait au Centre antipoison du Québec (CAPQ) concernant une intoxication possible au clenbutérol. Cet incident a suscité une révision des dossiers du CAPQ afin de quantifier la fréquence de cas semblables. Ainsi, 26 cas d’intoxication potentielle au clenbutérol ont été répertoriés dans les six dernières années, et la fréquence des cas semble être en augmentation.

18 juillet 2011

Au cours des derniers mois, le Centre antipoison du Québec (CAPQ) a rapporté quelques cas d’intoxications chroniques survenues chez des nourrissons à la suite de l’administration de gouttes de vitamine D pour adultes.

Ce communiqué de toxicovigilance a pour but d’informer principalement les pharmaciens, les médecins, les infirmières, le programme Info-Santé, les directions de santé publique, les professionnels de Santé Canada, ainsi que tout autre intervenant ayant à conseiller le public sur l’utilisation de suppléments en vitamine D.

23 août 2010

En février 2010, l’équipe de toxicologie clinique de la Direction de la santé environnementale et de la toxicologie (DSET) de l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) a été consultée pour évaluer la toxicité potentielle chez l’humain d’un produit vétérinaire, soit le Hartz Ultraguard® débarras des puces et tiques shampooing pour chiens. En effet, ce produit a été utilisé par des professionnels de la coiffure pour traiter la pédiculose du cuir chevelu chez l’humain. Des parents auraient également utilisé ce produit pour traiter leurs enfants, en raison de son coût moins élevé que celui des traitements retrouvés en pharmacie.

Ce communiqué de toxicovigilance a pour but d’informer principalement la population des risques associés à l’utilisation de ce produit pour animaux chez l’humain.

Pages

S'abonner à Communiqués de toxicovigilance