Paludisme
Situation et définition

Chaque année dans le monde, plus de 190 millions de personnes sont atteintes de paludisme (malaria) et environ  584 000 en meurent.

Des 198 millions d’épisodes de malaria estimés en 2013, 90 % sont survenus en Afrique subsaharienne , et presque tous les décès causés par la maladie (90 %) ont eu lieu dans cette région.

Depuis les dix dernières années, des efforts importants déployés au plan international ont permis de réduire considérablement l’incidence de la maladie dans de nombreux pays. Par exemple, en Amérique latine, on peut observer une baisse substantielle de la mortalité et de la morbidité dans plusieurs régions.

Ces changements épidémiologiques nous amènent à modifier notre approche quant aux recommandations de chimioprophylaxie pour les voyageurs québécois. Malgré ces succès, il ne faut pas oublier que le paludisme reste une cause de décès évitable très importante dans le monde.

De nombreux voyageurs contractent le paludisme et deviennent symptomatiques au cours de leur séjour à l’étranger ou à leur retour. Le risque de contracter la malaria varie selon la région visitée dans le monde. Cependant, à l’intérieur même de certains pays, plusieurs facteurs peuvent modifier le risque. Par exemple, en altitude la transmission est rare au-delà de 2 500 m et en saison des pluies, le risque de transmission est plus élevé que pendant la saison sèche.

Aussi, l’épidémiologie n’est pas statique et le risque peut changer rapidement en raison, notamment, de facteurs climatiques ou humains tels des bouleversements socioéconomiques, l’agriculture, le déplacement de population, etc.

Il est important de consulter régulièrement les mises à jour sur les sites de références (CDC, OMS, ASPC, OPAS, FIT FOR TRAVEL), ainsi que les Actualités transmises par le Comité de consultation québécois sur la santé des voyageurs.

Dernière modification: 

26 juillet 2016