À propos

Le ministère des Communications, de la Culture et de la Condition féminine (MCCCF) a mandaté l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) pour développer la Trousse média sur les agressions sexuelles dans le cadre du Plan d’action gouvernemental pour l’égalité entre les femmes et les hommes 2011-2015. La réalisation de ce site renvoie à la mesure 82 du Plan d’action, soit Produire, à l’intention des médias, une trousse d’information sur les agressions sexuelles : « […] Une information objective et exempte de sexisme et de préjugés sur la thématique [de l’agression sexuelle] est souhaitable compte tenu du rôle central que jouent les médias dans la compréhension populaire du phénomène des agressions sexuelles. Des ressources appropriées peuvent également être mises en avant.»

Dans ce contexte, cette Trousse média est un outil de travail qui offre aux professionnels des médias et aux porte-parole qui ont à intervenir dans les médias de l'information juste, actuelle et approfondie sur la problématique des agressions sexuelles.

But et objectifs de la trousse média

But :

  • Éliminer la méconnaissance et la tolérance collective et individuelle à l’égard des agressions sexuelles au Québec.

Objectifs :

  • Sensibiliser les professionnels des médias et les porte-parole sur l'importance de diffuser dans l'espace public une information juste et exempte de sexisme, de préjugés et de sensationnalisme concernant les agressions sexuelles;
  • Fournir aux médias, aux porte-parole et au grand public une information récente basée sur des données probantes concernant les agressions sexuelles;
  • Favoriser la mise en lumière du caractère criminel et inacceptable des agressions sexuelles dans les médias d’information;
  • Permettre une meilleure connaissance des ressources d’aide concernant l’agression sexuelle pour la population.

Publics-cibles :

  • Professionnels des médias d’information québécois ;
  • Étudiants en journalisme et communication ;
  • Porte-parole appelés à intervenir dans les médias ;
  • Agents de communication gouvernementaux ;
  • Grand public.

Qu’est-ce que l’Institut national de santé publique du Québec ?

Créé en 1998, l'Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) est un centre d'expertise et de référence en matière de santé publique au Québec. Son objectif est de faire progresser les connaissances et les compétences, de proposer des stratégies ainsi que des actions intersectorielles susceptibles d'améliorer l'état de santé et le bien-être de la population.

Les experts de l’INSPQ proviennent de domaines aussi distincts que les sciences appliquées, les sciences de la santé et les sciences sociales ou humaines et travaillent de concert avec le réseau de la santé et les milieux de l'enseignement et de la recherche, afin de développer et mettre en commun les connaissances et les compétences en santé publique.

Réalisation de la Trousse

Auteures :

Karine Baril, Agente de planification, programmation et recherche
Ruth Pilote, Agente de planification, programmation et recherche
Julie Laforest, Agente de planification, programmation et recherche
Sécurité et prévention des traumatismes
Développement des individus et des communautés
Institut national de santé publique du Québec

Sous la direction de :

Pierre Maurice, chef d’unité scientifique
Sécurité et prévention des traumatismes
Développement des individus et des communautés
Institut national de santé publique du Québec

Graphisme :

Tabasko

Conception web :

Olivier Robert, webmestre
Benoit Houle, webmestre
Delphine Descamps, technicienne en communication
Unité des communications et de la documentation
Secrétariat général, communications et documentation
Institut national de santé publique du Québec

Comité consultatif :

Manon Bergeron, professeure au département de sexologie, Université du Québec à Montréal
Marc-François Bernier, professeur au département de communication, Université d’Ottawa
Me Rachel Boivin, procureure en chef adjointe, Directeur des poursuites criminelles et pénales
Hélène Cadrin, conseillère, Secrétariat à la condition féminine et co-présidente du Comité interministériel en violence conjugale, familiale et en agression sexuelle
Caroline Caux, agente de recherche et de planification socio-économique, ministère de la Santé et des Services sociaux
Delphine Collin-Vézina, professeure à l'École de service social, Université McGill et chercheuse au Centre de recherche interdisciplinaire sur les problèmes conjuguaux et les agressions sexuelles (CRIPCAS)
François Giroux, chef de service de l'unité des communications et de la documentation, Institut national de santé publique du Québec
Chantal Labrecque, répondante au dossier des agressions sexuelles, ministère de la Santé et des Services sociaux
Sara Martinet, directrice du Centre d’intervention en violence et agressions sexuelles - CIVAS
Stéphanie Ménard, agente d'information, Institut national de santé publique du Québec
Émilie Rochette, répondante au dossier des agressions sexuelles, ministère de la Santé et des Services sociaux
Monique Tardif, professeure au département de sexologie, Université du Québec à Montréal et Institut Philippe-Pinel
Deborah Trent, directrice du Centre pour les victimes d'agression sexuelle de Montréal

Autres collaborateurs :

Joanne Aubé-Maurice, résidente en santé communautaire, Université Laval
Isabelle Boisvert, M.Sc., étudiante au doctorat en psychoéducation, Université de Sherbrooke
Guy Bruneau, responsable du perfectionnement professionnel, École national de police du Québec
Patrice Corriveau, Ph.D., professeur,Département de criminologie, Université Ottawa
Mireille Cyr, Ph.D., professeure, Département de psychologie, Université de Montréal et chercheuse au Centre de recherche interdisciplinaire sur les problèmes conjuguaux et les agressions sexuelles (CRIPCAS)
Karim El Hlimi, étudiant au doctorat en éducation physique, Université Laval
Christopher Greco, étudiant au doctorat en criminologie, Université Ottawa
Louise Langevin, professeure, Faculté de droit, Université Laval
Sylvie Parent, Ph.D., professeure, Département d’éducation physique, Université Laval
Jo-Annie Spearson-Goulet, M.A., étudiante au doctorat en psychologie, Université du Québec à Montréal
Michel St-Yves, psychologue judiciaire, Sûreté du Québec
Monique Tardif, Ph.D., professeure, Département de sexologie, Université du Québec à Montréal et Institut Philippe-Pinel

Remerciements :

Maryse Beaudy, agente d'information, Institut national de santé publique du Québec
Agence de la santé et des services sociaux de la Montérégie, direction de la santé publique (ressource humaine)
Anne-Marie Faucher, Laboratoire de sciences judiciaires et de médecine légale du Québec
Florence Niquet, agente administrative, Institut national de santé publique du Québec

Soutien financier :

Ministère des communications, de la culture et de la condition féminine (2011)
Institut national de santé publique du Québec