Données de SRAS-CoV-2 dans les eaux usées au Québec

Mise à jour du  , 11 h.

L’information présentée sur cette page est obtenue par le biais d’un suivi périodique des analyses de SRAS-CoV-2 dans les eaux usées municipales. Cet outil est complémentaire aux autres données disponibles pour suivre l’évolution de la pandémie de COVID-19. En effet, cet indicateur permet de suivre les tendances de circulation du virus dans la population, en incluant les personnes asymptomatiques ou qui n’ont pas été testées.

La quantité de SRAS-CoV-2/ varie d’une station d’épuration à l’autre car le nombre de personnes desservies par les différents réseaux d’égouts varie aussi. Ces données servent à évaluer les tendances dans le temps pour une même station.

En tout temps, les données peuvent être ajustées à la suite d’améliorations dans les techniques de collecte, d’analyse et de saisie, de validations ou de mises à jour de l’information.

Pour plus de détails, voir les Précisions méthodologiques.

Quantité de SRAS-CoV-2 dans les eaux usées selon le lieu d'échantillonnage

À noter que les valeurs maximales des échelles de chaque ville peuvent différer. Il est déconseillé de comparer les données de différentes villes, et même de différentes stations d’épuration d’une même ville, entres elles.

 
Précisions méthodologiques
  • Le protocole de collecte des échantillons et d’analyses de laboratoire utilisé a été développé par l’équipe universitaire de CentrEau-COVID en s’inspirant de ceux de nombreux laboratoires au Canada et à l'international, incluant l’université McGill, Polytechnique Montréal et l'Université Laval.
  • Les échantillons composites de 24h d’eaux usées sont prélevés par le personnel des stations d’épuration des villes concernées. Les analyses de laboratoire sont réalisées à l'Université McGill.​
  • ​La quantité de SRAS-CoV-2 (ou charge virale) dans les eaux usées est obtenue en multipliant la concentration, soit le nombre de copies de gènes du virus mesurées\ ml d’eaux usées, par le débit moyen quotidien dans le réseau d’eaux usées (m3/jour).
  • Quelques facteurs peuvent influencer le calcul des charges virales dans les eaux usées. C’est le cas notamment de la taille de la population desservie par les réseaux d’égout. La taille de la population est la principale raison pour laquelle il est déconseillé de comparer les données de différentes stations d’épuration entres elles. Seul le signal d’une même station devrait être suivi dans le temps.
  • Le débit dans le réseau des eaux usées influence la concentration de SRAS-CoV-2 s'y retrouvant, en diluant et en lessivant le virus et les particules auxquelles ce dernier est attaché. En contrôlant pour ce débit, cela permet de considérer l'effet de la fonte des neiges, des précipitations et de l'infiltration du réseau par l'eau contenue dans le sol, qui peut varier d’une station à une autre.
  • ​Les graphiques présentent la charge virale de SRAS-CoV-2 sous forme de valeur quotidienne (désactivée par défaut) et de moyenne mobile centrée sur 7 jours, qui inclue les valeurs des 3 jours précédents et des 3 jours suivants.
  • La charge virale d’une même station peut varier beaucoup d’une journée à l’autre; l'utilisation d'une moyenne mobile permet de réduire ces fluctuations. ​
  • Dans une optique de contrôle qualité, une analyse de la validité des données est effectuée en continu.  Les données considérées comme non valides pourraient être retirées des graphiques et/ou réajustées rétrospectivement suite à de nouvelles analyses.
  • Le délai entre la dernière date de prélèvement des échantillons d’eaux usées, la disponibilité de l’indicateur et la publication des données est en cours d’optimisation.
  • Le mode de diffusion des données est en cours de développement et pourrait être appelé à changer.

Sources des données

Voir aussi