Qualité de l'eau et santé

  • 10 septembre 2019

    Actuellement, aucune norme relative au manganèse ne figure dans le Règlement sur la qualité de l’eau potable du Québec. Le présent avis fait suite à une demande du ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) en lien avec la présence de manganèse dans l’eau potable. Après une révision de la littérature scientifique et la consultation d’experts, le Groupe scientifique sur l’eau de l’Institut national de santé publique du Québec propose une valeur guide sanitaire (VGS) de 60 µ/L à prendre en compte lors de l’établissement d’une concentration maximale de manganèse dans l’eau potable au Québec. Cette VGS se base sur la protection des personnes vulnérables, en particulier les nourrissons alimentés par du lait de préparation commerciale reconstitué avec de l’eau du robinet.

  • 16 avril 2019

    Les activités récréatives aquatiques comportent de nombreux bienfaits pour la santé de la population. Dans un contexte de changements climatiques, la baignade s’avère une mesure de rafraîchissement accessible pour mieux s’adapter aux vagues de chaleur extrême. Elle représente également une activité physique populaire chez les Québécois de 15 ans et plus, contribuant ainsi à l’adoption et au maintien de saines habitudes de vie. Pour profiter pleinement de ses nombreux bienfaits, il est impératif que la population puisse pratiquer ces activités aquatiques de façon sécuritaire et de manière à minimiser les risques potentiels pour la santé.

    L’INSPQ a dressé un premier portrait de la situation sur les risques à la santé associés aux contaminants...

  • 16 avril 2019

    Les activités récréatives aquatiques comportent de nombreux bienfaits pour la santé de la population. Dans un contexte de changements climatiques, la baignade s’avère une mesure de rafraîchissement accessible pour mieux s’adapter aux vagues de chaleur extrême. Elle représente également une activité physique populaire chez les Québécois de 15 ans et plus, contribuant ainsi à l’adoption et au maintien de saines habitudes de vie. Pour profiter pleinement de ses nombreux bienfaits, il est impératif que la population puisse pratiquer ces activités aquatiques de façon sécuritaire et de manière à minimiser les risques potentiels pour la santé.

    Ce rapport de l’INSPQ dresse un premier portrait de la situation sur les risques à la santé associés à la pratique d’activités récréatives...

  • 9 mars 2016

    Les éclosions de maladies d’origine hydrique ne sont pas très fréquentes au Québec. Respectivement, 5 et 13 éclosions ont été recensées en 2013 et 2014. Ces fréquences varient d’une année à l’autre, mais aucune tendance ne peut être dégagée depuis 2005. Les éclosions sont majoritairement de nature infectieuse, et le plus souvent associées à un usage récréatif de l’eau. Au total, 144 personnes ont été impliquées dans une éclosion d’origine hydrique en 2013 et 2014, ce qui correspond à un nombre moyen de 8 personnes par éclosion. Cependant, une seule éclosion, dans un spa, a affecté 45 personnes en 2014. Les données de 2005 à 2014 indiquent que les éclosions dans un spa sont fréquentes. Ainsi, une campagne de sensibilisation pour l’entretien des spas publics pourrait être envisagée.

  • 18 janvier 2016

    La rédaction de cet avis s’inscrit dans une démarche de concertation entre le ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques (MDDELCC) et le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) dans le cadre de la révision du Règlement sur la qualité de l’eau potable (RQEP) qui a eu lieu en 2009. C’est dans ce contexte que le MSSS a adressé, au Groupe scientifique sur l’eau (GSE) de l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ), une demande d’évaluation de risque concernant la présence de tritium dans l’eau potable.

    Le tritium est un isotope radioactif naturel de l’hydrogène, mais sa présence dans l’environnement est surtout attribuable à des sources qui résultent de l’activité humaine. Comme tous les éléments...

  • 7 janvier 2015

    L'adoption du Règlement sur la qualité de l'eau potable en juin 2001 par le gouvernement du Québec a engendré des changements importants dans la gestion de l'eau potable. À la suite de l'adoption de ce règlement et dans le cadre de ses activités de soutien aux directions de santé publique, le Groupe scientifique sur l'eau de l'Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) a réalisé un ensemble de fiches synthèses sur les principaux paramètres du règlement ainsi que sur certaines conduites à tenir en cas de problème de qualité de l'eau.

    Ces fiches...

  • 24 septembre 2012

    Ce document présente les principaux résultats d'une enquête ethnographique réalisée au Québec entre 2009 et 2011, visant à analyser les représentations sociales et culturelles d'un phénomène naturel : la prolifération des cyanobactéries. Cette étude a été menée dans le cadre d'un programme de recherche en santé publique dirigé par le docteur Benoît Lévesque de la Faculté de médecine de l'Université Laval (Québec), et se situe plus précisément dans le second volet de cette recherche, soit le volet social, coordonné par madame Geneviève Brisson de l'Institut national de santé publique du Québec (INSPQ).

    La recherche comporte trois objectifs spécifiques :

    • Déterminer ce qui influence l'observance des mesures en lien avec la prolifération des cyanobactéries et comparer...
  • 20 février 2012

    L'avis d'ébullition est une mesure préventive efficace permettant de protéger la santé des populations contre des organismes pathogènes d'origine hydrique dont la présence dans l'eau potable est confirmée ou soupçonnée. En cas de contamination microbienne, l'émission d'un avis d'ébullition de l'eau de consommation dans un délai raisonnable peut jouer un rôle majeur dans la protection de la santé publique. Au Québec, il existe peu de données sur la proportion de la population au courant des avis d'ébullition et surtout, dans quelle mesure ils sont respectés. Cette étude vise à améliorer les connaissances sur cette situation.

    L'étude a documenté trois aspects soit les contenus des messages véhiculés à la population lors de l'émission d'avis d'ébullition et les procédures de...

  • 18 mars 2011

    Ce rapport fait suite à une demande de soutien scientifique adressée par la Direction régionale de santé publique de la région de la Capitale-Nationale à l'Institut national de santé publique du Québec concernant la contamination de la nappe d'eau souterraine par du trichloroéthylène (TCE) dans le secteur de Valcartier. L'objectif global est de déterminer, à partir du Fichier des tumeurs du Québec (FiTQ), s'il existe un excès de cancer dans la population de Shannon et d'estimer l'association avec une exposition au TCE.

    Dans un premier temps, nous effectuons une revue des méthodologies disponibles pour l'analyse des données de cancer à Shannon. Par la suite, deux méthodes de calcul ont été appliquées, soit les rapports standardisés d'incidence (SIR) des cancers (pour la...

  • 23 août 2010

    Compte tenu de sa mission, il est pertinent que l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) assiste les autorités dans le dossier des cyanobactéries (algues bleuvert) 1. En effet, au cours des dernières années, l’INSPQ a soutenu les directions régionales de santé publique et le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) notamment en révisant la littérature scientifique sur les effets des toxines libérées par ces microorganismes ainsi qu’en effectuant certaines recherches permettant de mieux comprendre le risque associé aux cyanobactéries.

    En 2005, l’INSPQ a défini des critères d’intervention et de seuil d’alerte lors d’exposition de la population aux cyanobactéries ou à leurs toxines dans le cadre d’activités récréatives ou lors de la consommation d’eau. L...

Pages

Souscrire à Qualité de l'eau et santé