Fièvre jaune
Immunisation

Indications de vaccination 

En résumé, la vaccination peut être indiquée soit pour satisfaire à une exigence d’entrée, ou encore pour un séjour dans des pays à risque de transmission, même si ces pays n’ont pas d’exigence vaccinale, par exemple le Pérou.

Dans le Guide, ces informations sont présentées séparément pour chaque pays.

Règlement sanitaire international et exigences vaccinales

L’Organisation mondiale de la Santé détermine les zones « où il existe un risque de transmission de la fièvre jaune » basé sur ces critères : la maladie a été rapportée récemment ou dans le passé, en plus de la présence des vecteurs et réservoirs animaux.

Dans le Guide, les termes pays à risque de transmission et zones à risque de transmission sont utilisés de façon interchangeable.

La liste des zones à risque de transmission est publiée par l’OMS dans Voyages internationaux et santé, dans le Relevé épidémiologique hebdomadaire  et par les Centers for Disease Control des États-Unis dans Health Information for International Travel.

Certains pays exigent la vaccination contre la fièvre jaune pour entrer sur leur territoire, en vertu du Règlement sanitaire international (RSI).

Des experts internationaux ont estimé que pour un transit de moins de 12 heures dans un aéroport d’un pays à risque de transmission, le risque de fièvre jaune est quasi-nul, par conséquent, une preuve de vaccination n’est pas requise dans ces cas. Par contre, certains pays exigent une preuve de vaccination de tous les voyageurs peu importe la durée du transit.

Lors de l’assemblée générale en mai 2014, les pays-membres de l’OMS ont voté pour prolonger la durée de la validité du Certificat international de vaccination contre la fièvre jaune (CIVP) pour toute la vie à la suite d’une seule dose du vaccin et le RSI a été amendé en conséquence.

L’OMS a statué que l’amendement au RSI entrait en vigueur en date du 11 juillet 2016. La durée de validité du Certificat international de vaccination est désormais à vie à la suite d’une dose de vaccin, que ce soit pour un nouveau Certificat ou un Certificat émis il y a plus de 10 ans, et un rappel ne peut pas être exigé comme condition d’entrée. L’OMS a produit un document Questions-Réponses, disponible à l'adresse http://www.who.int/ith/annex7-ihr-fr.pdf?ua=1

Comme les exigences des pays peuvent être modifiées à tout moment, les voyageurs doivent s’assurer auprès de l’ambassade du pays visité des modalités en vigueur. L’application des exigences peut aussi être variable sur le terrain, donc les voyageurs ayant été au prise avec des difficultés à l’étranger devraient en informer l’Agence de santé publique du Canada.

Recommandations de vaccination selon le risque de transmission de la fièvre jaune

En concertation avec des experts, l’OMS a revu les critères applicables au risque de transmission de la fièvre jaune et les recommandations concernant la vaccination pour les voyageurs. Le document de référence détaillant les risques de transmission et les recommandations de vaccination peut être consulté à l’adresse : www.who.int/ith/YFrisk.pdf.

La vaccination est recommandée pour les régions endémiques et transitionnelles, et généralement non recommandée pour les régions à faible risque.

Catégories de recommandations:

  • Recommandée : La vaccination est recommandée pour tous les voyageurs âgés de 9 mois ou plus dans les zones où la transmission persistante et périodique du virus de la fièvre jaune est attestée.
  • Généralement non recommandée : La vaccination n’est généralement pas recommandée dans les zones où l’exposition au virus de la fièvre jaune est peu probable (aucun cas humain de fièvre jaune signalé et éléments indiquant des taux faibles de transmission par le passé). La vaccination peut toutefois être envisagée pour une petite catégorie de voyageurs à destination de ces zones qui risquent d’être exposés de façon significative aux piqûres de moustiques. Quand ils envisagent de se faire vacciner, les voyageurs doivent tenir compte du risque de contracter le virus de la fièvre jaune, des conditions exigées par les pays à l’entrée sur leur territoire et des facteurs individuels prédisposant à des manifestations cliniques graves à la suite de la vaccination (âge, état immunitaire).

Durée de protection du vaccin 

L’OMS a statué en 2013 qu’une seule dose du vaccin est suffisante pour conférer une protection à vie.

Manifestations cliniques inhabituelles à la suite de la vaccination 

Depuis 2001, on rapporte des réactions indésirables graves liées au vaccin et ayant entraîné le décès chez des personnes vaccinées pour la 1re fois. Il s’agit du syndrome viscérotropique, qui se manifeste par de la fièvre, un ictère, une insuffisance multiviscérale, survenant en moyenne 4 jours après la vaccination. Plus de 60 cas confirmés ou suspects ont été rapportés dans le monde, avec un taux de létalité d’environ 64 %. Le risque n’a été rapporté que lors de la primo-vaccination. Les causes exactes ne sont pas connues, mais l’âge avancé et les maladies du thymus sont associés au développement du syndrome viscérotropique.

Afin de minimiser le risque de manifestations cliniques graves à la suite de la vaccination, le vaccinateur doit faire une évaluation détaillée du voyage, et bien considérer les contre-indications et les précautions avant de procéder à la vaccination. La vaccination ne doit pas être offerte d’emblée pour tout séjour dans un pays à risque de transmission. On doit aussi informer le voyageur des risques d’une non vaccination, le cas échéant.

Pour les informations détaillées sur le vaccin antiamaril, le vaccinateur doit se référer à la section 10.6.4 du Protocole d’immunisation du Québec.

Évaluation des risques-bénéfices de la vaccination contre la fièvre jaune 

Si le séjour est à faible risque pour la fièvre jaune et que le risque de manifestations cliniques graves à la suite du vaccin est augmenté en raison de certains facteurs notamment l’âge avancé, on doit faire une évaluation soignée des risques-bénéfices avant de vacciner le voyageur.

On peut inclure ces éléments dans la discussion avec le patient, même si ce n’est pas facilement quantifiable :

  • Facteurs propres au voyageur : âge, conditions médicales, médication, préférences du patient, risque cumulatif si autres voyages à risque.
  • Facteurs liés au voyage : durée du séjour, zones rurales vs urbaines, activités, saisonnalité,

Certificat de contre-indication médicale à la vaccination

Lorsque le vaccin est contre-indiqué pour des raisons médicales, un Certificat de contre-indication médicale à la vaccination ou une lettre précisant les raisonsmédicales de la demande d’exemption peuvent être remis. Ces documents serontrédigés en anglais ou en français et signés par le vaccinateur, avec l’apposition du sceau de l’Agence de la santé publique du Canada.

Pour les personnes âgées de 60 ans ou plus, lorsque la vaccination contre la fièvre jaune n’est indiquée qu’en raison d’exigences douanières, l’intervenant pourra envisager la remise d’un Certificat de contre-indication médicale à la vaccination ou d’une lettre d’exemption. Ceci aura pour but d’éviter d’exposer ces personnes au risque de réaction indésirable au vaccin en l’absence d’une réelle indication médicale.

 

Vous trouverez dans la sections Outils un exemple de formulaire de consentement au vaccin de la fièvre jaune ainsi qu'un formulaire de contre-indication à la vaccination contre la fièvre jaune. Ces formulaires sont également disponibles en anglais.

Dernière modification: 

19 décembre 2016