Leishmaniose
Tableau clinique

Une exposition au parasite du genre Leishmania ne produit pas toujours des manifestations cliniques. La santé globale, l’état d’immunosuppression du porteur et l’espèce du parasite sont certains des facteurs qui influencent l’apparition de symptômes. Lorsque ceux-ci  se produisent, on parle alors de leishmaniose.

Leishmaniose cutanée

La leishmaniose cutanée est la variante la plus fréquente. La présentation clinique peut être très variable. Typiquement, elle produit une papule puis une plaque avant d’évoluer vers un ulcère dont les bordures sont surélevées. L’ulcère peut être couvert d’un tissu fibrineux ou de sécrétions. Des lésions satellites, des adénopathies et une lymphangite nodulaire peuvent accompagner la lésion principale. Ces lésions surviennent classiquement entre 2 et 6 mois après l’exposition, mais cette période peut être raccourcie à quelques semaines ou étendue à plusieurs années.

Les lésions sont chroniques et peuvent changer d’apparence avec le temps. Elles surviennent      souvent à un endroit exposé du corps. Elles peuvent être autorésolutives, même sans traitement, mais la guérison peut prendre des mois ou des années et tend à laisser des cicatrices.

Distribution géographique

La majorité des cas de leishmaniose cutanée sont contractés dans les pays suivants : Afghanistan,  Algérie, Arabie Saoudite, Brésil, Colombie, Iran, Pérou, Pakistan et Syrie. Plusieurs autres pays d’Amérique Centrale et du Sud, d’Afrique du Nord, d’Asie centrale et du Moyen-Orient sont aussi touchés.

Leishmaniose muco-cutanée

Lorsqu’elle atteint les muqueuses, la leishmaniose cause  typiquement des lésions chroniques ou des ulcères, plus souvent au niveau du nez que de la cavité buccale. Elle peut alors causer des saignements de nez, de la congestion nasale et parfois des lésions érosives, au niveau du septum nasal ou du pharynx par exemple. Cette forme est plus rare.

Distribution géographique

Environ 90% des cas de leishmaniose muco-cutanée sont originaires du Brésil, de la Bolivie et du Pérou.

Leishmaniose viscérale

Aussi connue sous le nom de Kala-azar, cette maladie, plus grave que la variante cutanée, cause des symptômes souvent frustes qui évoluent habituellement sur quelques mois. Elle débute généralement de 2 à 6 mois après l’exposition. Le délai avant la transmission de la maladie et sa présentation clinique peut également être raccourci ou fortement allongé chez certains individus.

Les symptômes comprennent un tableau subaigu de fièvre, sensation de malaise, perte de poids, splénomégalie accompagné de pancytopénie. Occasionnellement, l’évolution peut être plus aigüe. Les cas graves non traités sont habituellement mortels.

Distribution géographique

Plus de 90% des infections de leishmaniose viscérale proviennent du Bangladesh, du Brésil, de l’Éthiopie, de l’Inde, de la Somalie, du Soudan et du Soudan du Sud. Des cas sont aussi décrits dans plusieurs pays d’Amérique Centrale et du Sud, en Chine, en Asie centrale, au Moyen-Orient et aux pourtours de la Méditerranée.

Dernière modification: 

28 avril 2017