Au domicile

Le domicile est un lieu où on passe beaucoup de temps entre autres pour se reposer, se nourrir, se divertir ou se retrouver en famille. C’est aussi un des principaux lieux de survenue de traumatismes non intentionnels (TNI)1,2, en particulier pour les enfants et les personnes aînées.

Les TNI survenant à domicile résultent principalement d’une chute (par exemple dans les escaliers), d’un incendie, d’une noyade ou d’une intoxication involontaire (par exemple suite à l’ingestion de médicaments ou de produits ménagers et suite à l’exposition au monoxyde de carbone)1. À titre indicatif, une noyade sur dix survient dans une piscine résidentielle2, près de 69 % des intoxications accidentelles chez les enfants de cinq ans et moins surviennent en milieu résidentiel3, et 62 % des chutes chez les personnes âgées de 65 ans et plus menant à une hospitalisation pour lesquelles le lieu de survenue est connu surviennent en milieu résidentiel4.

Plusieurs mesures peuvent être mises en place afin de prévenir les traumatismes non intentionnels qui peuvent survenir au domicile. Ces mesures concernent entre autres l’aménagement sécuritaire de l’environnement intérieur ou extérieur du domicile, par exemple l’installation d’une barrière pour enfants en haut d’un escalier pour prévenir les chutes, l’entreposage des médicaments et autres produits dangereux dans un endroit sécuritaire pour prévenir les intoxications involontaires chez les enfants et l’aménagement de clôtures autour des piscines pour en limiter l’accès en tout temps et prévenir les noyades.

Fait à noter, en plus d’être un lieu de travail, la ferme est également le domicile de nombreuses familles québécoises; une proportion importante des traumatismes non intentionnels qui y surviennent touche des enfants dans le cadre d’activités de la vie courante et non d’activités agricoles7.

Pour en savoir plus

Références

  1. Gagné, M. (2017). Décès dus à des traumatismes non intentionnels survenus au domicile. Fichier des décès du registre des évènements démographiques (2000-2013). Bureau d’information et d’études en santé des populations, Institut national de santé publique du Québec. Demande spéciale.

  2. Gagné, M. (2017). Hospitalisations attribuables à des traumatismes non intentionnels survenus au domicile. Fichier Med-Écho (2006-2007 à 2015-2016). Bureau d’information et d’études en santé des populations, Institut national de santé publique du Québec. Demande spéciale.

  3. Huppé V. et Lévesque, B. (sous la direction de) (2014). Mon habitat : plus qu’un simple toit. Résultats du projet pilote de Baie-Saint-Paul, Direction de la santé environnementale et de la toxicologie, Institut national de santé publique du Québec. http://www.inspq.qc.ca/pdf/publications/1802_Mon_Habitat.pdf

  4. Tremblay, B., Lafleur, J., Mervier-Brulotte, H. et Turner S. (2010). Faits saillants sur les noyades et les autres décès liés à l’eau au Québec de 2000 à 2008 – Édition 2010. Trois-Rivières, Direction de la promotion de la sécurité, Ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport. http://www.sauvetage.qc.ca/userfiles/file/RapportFaitsSaillants_2000-200...

  5. Gagné, M. (2017). Hospitalisations attribuables à une intoxication chez les enfants âgés de 5 ans ou moins. Fichier Med-Écho (2006-2007 à 2015-2016). Bureau d’information et d’études en santé des populations, Institut national de santé publique du Québec. Demande spéciale.

  6. Gagné, M. (2017). Hospitalisations attribuables à une chute chez les 65 ans et plus. Fichier Med-Écho (2006-2007 à 2015-2016). Bureau d’information et d’études en santé des populations, Institut national de santé publique du Québec. Demande spéciale.

  7. Burigusa, G., Girard, S. A., Gagné, M. et Maurice, P. (2011). Avis de santé publique sur la prévention des traumatismes à la ferme au Québec. Direction du développement des individus et des communautés, Institut national de santé publique du Québec. https://www.inspq.qc.ca/pdf/publications/1302_AvisPrevTraumaFerme.pdf