1
2
3
4
5
  • 14 décembre 2018

    Présentation du projet VRAIH 2.0 de RÉZO

    Les personnes issues de la communauté LGBT sont particulièrement vulnérables aux violences en contexte conjugal. Selon l’Enquête sociale générale sur la victimisation de Statistique Canada (2014), 8 % des personnes homosexuelles rapportent avoir été victimes de violence conjugale au pays. Cette statistique ne prend évidemment pas en compte toutes les situations de violence dans leurs relations intimes non dénoncées. Par contre, selon cette Enquête, le pourcentage de personnes homosexuelles qui rapportent avoir été victimes de violences conjugales serait deux fois plus élevé que dans les couples hétérosexuels.

    Catégories: ITSS, HARSAH, Formations
  • 10 décembre 2018

    année 2017 et projections 2018

    Le 30 novembre dernier, le « Portrait des ITSS au Québec : année 2017 (et projections 2018) » a été diffusé par l’INSPQ. Le portrait s’inscrit dans le cadre du Programme national de santé publique. Ce document s’adresse aux professionnels de la santé, aux associations, aux intervenants, aux groupes communautaires et aux individus engagés, de près ou de loin, dans la prévention des infections transmissibles sexuellement et par le sang (ITSS). Il vise à fournir de l’information et une réflexion sur l’émergence, l’ampleur ainsi que la progression de ces infections et de leurs déterminants afin d’orienter les interventions et la planification des ressources nécessaires en matière de lutte contre les ITSS. Il fait état de la situation épidémiologique de l’infection à Chlamydia trachomatis, de l’infection gonococcique, de la syphilis, de la lymphogranulomatose vénérienne, de l’hépatite B, de l’hépatite C et de l’infection par le virus de l’immunodéficience humaine (VIH). 

    On y remarque que :

  • 30 novembre 2018

    manchettes, outils, FAQ et webinaire divers contenus à découvrir ou revoir

     

    Samedi prochain, le 1er décembre, aura lieu la 30e Journée mondiale de la lutte contre le sida. À cette occasion, nous vous proposons de faire le point au Québec, via :

    • La revue des dernières manchettes sur le VIH;
    • « transmission du VIH » : proposition de nouveaux outils et ajout d’une rubrique à notre FAQ;
    • l’invitation à consulter un webinaire.

    Cette année, cette initiative propulsée par l’ONUSIDA se déroulera sous le thème « Connais ton statut », visant à rejoindre les personnes atteintes d’une infection par le VIH qui ne connaissent pas leur statut et à encourager les pays à favoriser l’accès au dépistage du VIH.

  • 23 novembre 2018

    Risque Stupide : une émission fictive et humoristique pour démystifier les ITSS

    Mercredi 21 novembre à 12h15, les étudiants du collège Montmorency retenaient leur souffle à l'Agora du collège lors du lancement de la campagne 'Risque Stupide' de la Direction de Santé Publique (DSPublique) du CISSS de Laval. En présence de Richardson Zephir, humoriste et comédien suivi par plus de 30 000 personnes sur Facebook, Patricia Deland et Frédérick Lapointe (sexologues respectivement à la DSPub et au collège Montmorency) lancent le show avec dynamisme. Et il en faut pour mobiliser les jeunes autour des ITSS, premiers touchés par les ITSS tels que la chlamydia et la gonorrhée, mais encore trop peu nombreux à en connaître les risques. «Tu ne prendrais pas de risque stupide pour un jeu. Pourquoi le faire dans la vraie vie? » Voilà le message clé de la campagne. En peu de temps, l'essentiel est dit : 

  • 16 novembre 2018

    Des cas cliniques pour illustrer les bonnes et mauvaises utilisations de la sérologie

    Le virus herpès simplex (VHS) est l’un des virus de la famille des herpès virus. Il existe deux types de VHS :

    • HSV-1 est responsable habituellement des boutons de fièvre sur les lèvres (herpès labial) et des lésions de la cornée (kératite herpétique, Kératite herpétique)
    • HSV-2 est responsable habituellement de l’herpès génital.

    Cette infection transmissible sexuellement et par le sang (ITSS, contact direct ou indirect avec les lésions) ne constitue pas une maladie à déclaration obligatoire. C’est l’une des ITSS les plus fréquentes et il n’existe pas de traitement pour éradiquer l’infection. La majorité des personnes nouvellement infectées le sont par des partenaires qui n’ont pas de lésions au moment des contacts ou qui ne savent pas qu’ils ont l’herpès. Pour rappel, aucune analyse n’est indiquée au Québec pour le dépistage de cette ITSS.

Pages

S'abonner à