Les tests de dépistage de la COVID-19

Vous vous demandez si vous devez passer un test de dépistage? Évaluez vos symptômes sur Québec.ca/decisioncovid19 ou contactez le 1 877 644-4545.

Vous cherchez un endroit pour vous faire tester? Pour trouver un centre de dépistage près de chez vous, consultez le site Web de votre région ou la liste des centres de dépistage de la COVID-19 indiquant les délais d’attente.

Les tests de dépistage sont des outils importants pour détecter les cas de COVID-19 et lutter contre la pandémie. Des tests gratuits et efficaces sont disponibles partout au Québec. Les personnes qui présentent des symptômes de la COVID-19 ou qui ont été en contact étroit avec un cas connu devraient se faire tester sans tarder pour éviter de propager le virus dans leur entourage.

Les scientifiques de l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) et du Laboratoire de santé du publique du Québec (LSPQ) collaborent avec le gouvernement du Québec et les partenaires du réseau de la santé pour mettre au point, valider et déployer les méthodes de dépistage de la COVID-19 au Québec. Cette foire aux questions s’appuie sur les données scientifiques disponibles pour répondre aux principales questions sur les tests de dépistage de la COVID-19 et leur utilisation optimale dans un contexte de pandémie.

Le test de dépistage de la COVID-19 principalement utilisé au Québec est effectué en laboratoire avec la technologie d’amplification des acides nucléiques (TAAN-labo), aussi appelé test d’analyse moléculaire par réaction en chaîne de la polymérase (polymerase chain reaction ou PCR en anglais). Le TAAN-labo est le plus fiable et demeure la référence pour le diagnostic de la COVID-19.

Le Québec dispose actuellement d’une capacité quotidienne de près de 50 000 tests TAAN-labo par jour et près de 90 % des résultats sont disponibles en moins de 24 heures.

Des tests rapides au point de service (tests moléculaires rapides ou tests de détection antigénique rapides – TDAR) sont aussi disponibles et sont analysés sur place. Chaque test possède ses indications propres et présente certains avantages, inconvénients et limites.

Il s’agit du test de dépistage de la COVID-19 le plus utilisé et le plus fiable actuellement. Des échantillons sont prélevés à l'aide d'un écouvillon dans le nez et/ou la gorge, ou encore en crachant directement la salive dans un pot ou par gargarisme. Le TAAN-labo détecte la présence du virus dans l'échantillon en amplifiant le matériel génétique viral à des niveaux détectables. Pour cette raison, ce test moléculaire est utilisé pour confirmer une infection active, généralement dans les quelques jours suivant l'exposition et à peu près au moment où les symptômes peuvent commencer.

 


Exemple de prélèvement nasal.

Plusieurs types de prélèvement sont adéquats pour les tests de dépistage de la COVID-19. Le prélèvement nasopharyngé, c’est-à-dire dans le nez et la gorge, à l’aide d’un écouvillon offre la meilleure performance, mais peut parfois être douloureux. Certains centres de dépistage offrent de faire le test à l’aide d’un écouvillon nasal seulement, d'un échantillon de salive ou par gargarisme.  Ces méthodes sont moins invasives, mais risquent de ne pas détecter environ 1 cas sur 10.  Les prélèvements peuvent être réalisés par un professionnel ou par la personne elle-même. Le choix du type de prélèvement et du préleveur dépend du test qui sera réalisé et de la performance souhaitée.

Pour en savoir plus sur les méthodes de prélèvement alternatives à l’écouvillon nasopharyngé, consultez les sections ci-dessous ou visionnez les vidéos produites par le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches :

Le test par gargarisme est le même test de laboratoire utilisé depuis le début de la pandémie, mais avec un prélèvement différent. Il suffit de se gargariser avec une petite gorgée d’eau pour prélever de la salive qui est ensuite analysée en laboratoire. Ce type de prélèvement est utilisé pour les personnes qui sont capables de se gargariser, soit les enfants de 5 ans et plus et les adultes. Il est plus confortable que le prélèvement nasopharyngé, mais légèrement moins fiable pour détecter des cas.

L’accès à ce type de prélèvement peut varier d’un endroit à l’autre ou selon l’indication du test. Il n’y a pas de tests rapides disponibles présentement au Québec qui utilisent le gargarisme.

 

Le test salivaire est le même test de laboratoire offert depuis le début de la pandémie, mais avec un prélèvement différent. Il est plus confortable que le prélèvement nasopharyngé, mais légèrement moins fiable pour détecter des cas. Il n’y a pas de tests rapides disponibles présentement au Québec qui utilisent la salive.

Un test rapide est un test dont on peut obtenir le résultat habituellement en moins d’une heure. Cependant, sa performance est généralement inférieure par rapport au test en laboratoire.

Il existe 3 grands types de tests rapides :

Test rapide d’amplification d’acides nucléiques offerts en centre de dépistage

Ces tests sont administrés sur place par des professionnels de la santé en centre de dépistage et offrent une fiabilité presque comparable aux tests en laboratoires pour les personnes présentant des symptômes. Le test ID NOWMD, par exemple, est utilisé au Québec. Réalisé en 15 minutes environ, les résultats sont généralement transmis en moins de deux heures.

Tests de détection antigénique au point de service


PanbioMD

Ces tests sont administrés sur le lieu du prélèvement par un professionnel formé. Les tests PanbioMD et BD VeritorMD sont disponibles au Québec. Ils peuvent ressembler à un test de grossesse, en utilisant des sécrétions recueillies par un écouvillon dans le nez et/ou la gorge qu’on dilue dans un tampon. Les résultats sont disponibles en 15 à 20 minutes. La performance de ce type de test est généralement inférieure aux tests offerts en laboratoire; ils ne détectent que 3 à 4 personnes infectées sur 10 dans le cas des personnes asymptomatiques, et de 7 à 8 personnes sur 10 pour les personnes présentant des symptômes. Puisque des résultats faussement positifs ont été rapportés, un résultat positif doit être confirmé par un second test en laboratoire.

L’autotest

Un autotest est un test approuvé pour une utilisation personnelle à la maison. À ce jour, seul le LuciraMC a été approuvé par Santé Canada. L'autotest présentement autorisé est basé sur une technologie qui ressemble aux tests effectués en laboratoire. Il devrait prochainement être offert en vente libre au Québec. Une personne qui obtient un résultat positif avec un test auto-administré devrait consulter un professionnel de la santé.

L’INSPQ a évalué la performance de certains tests rapides au point de service (PDS) et participé à préparer l’Avis sur l’utilisation des tests rapides au point de service pour la détection de la COVID-19 au Québec. En résumé, les technologies de tests rapides PDS sont indiquées pour la détection de SARS-CoV-2 chez des individus avec suspicion de COVID-19, durant la première semaine suivant le début des symptômes. Cependant, ces technologies sont moins performantes que les tests par amplification des acides nucléiques effectués en laboratoire (TAAN-labo). En effet, comparativement au TAAN-labo, les tests rapides PDS pourraient ne pas diagnostiquer jusqu’à 30 % des personnes infectées (produire un résultat faux négatif) ou engendrer un diagnostic en absence d’infection par le virus (faux positif), en particulier lorsque la prévalence de la maladie dans le groupe testé est faible. Dans ce contexte, le TAAN-labo doit demeurer le test de choix pour la gestion de la COVID-19. Toutefois, ces technologies rapides PDS présentent l’avantage de fournir des résultats immédiats. Déployés de façon intelligente et prudente, ces tests diagnostiques rapides peuvent avoir une place de choix dans le contrôle de la pandémie.

Les tests rapides sont-ils efficaces pour détecter les cas de variants du SRAS-CoV-2?

Oui, les variants sous surveillance rehaussée en circulation au Québec présentement sont tous détectés par les tests rapides. Les compagnies qui élaborent les tests effectuent une surveillance constante des nouveaux variants afin de s’assurer que les tests ont la capacité de les détecter.

Si j’ai des symptômes de la COVID-19 devrais-je utiliser un test rapide pour avoir le résultat plus rapidement?

Il serait préférable d’aller passer un test en centre de dépistage, étant donné que les tests antigéniques rapides peuvent rater environ 3 cas positifs sur 10, alors qu’ils auraient été détectés par les tests offerts en centre de dépistage en présence de symptômes.

Malgré la fiabilité générale des tests de dépistage, aucun test n’est parfait. Un faux positif ou un faux négatif sont des résultats erronés par rapport au statut d’infection réel de la personne.

Faux négatif

Le résultat du test est négatif alors que la personne est infectée. Il peut se produire en début ou en fin d’infection lorsque la quantité de virus est trop faible ou lorsque le prélèvement est insatisfaisant. La personne est infectée et pourrait en infecter d’autres si les consignes sanitaires ne sont pas respectées.

Faux positif

Le résultat du test est positif alors que la personne n’est pas infectée. Un faux positif est très rare et survient généralement en raison d’une erreur technique lors d’une étape de la réalisation du test.

Comment savoir si le résultat du test de dépistage est exact?

Aucun test n’est fiable à 100%. La fiabilité du test dépend du moment où il est réalisé. En cas de doute persistant devant un résultat négatif, il peut être indiqué de répéter le test de dépistage 24 à 48 h après un premier test négatif.  De plus, un résultat négatif n’exclut pas qu’on puisse être porteur du virus et qu’on devienne contagieux dès le lendemain du test.  Il ne faut pas relâcher les précautions sanitaires devant un résultat négatif.  

Les tests sérologiques permettent la mise en évidence dans le sérum sanguin d’anticorps spécifiques dirigés contre un agent infectieux ou des protéines étrangères. 

En effet, une personne infectée par un virus développe des anticorps pour être capable de se défendre contre le même virus par la suite. Les tests sérologiques cherchent à vérifier la présence de ces anticorps dans le sang. Un résultat positif à un test sérologique signifie que vous avez contracté le virus à un moment de votre vie, mais cela ne permet pas de déterminer à quand remonte cette infection. Pour cette raison, un test sérologique n’est pas adéquat pour dépister la maladie active, puisque les anticorps peuvent nécessiter jusqu’à trois semaines après le début des symptômes pour donner un résultat positif.

Ces tests ne sont pas utilisés pour dépister l’infection à la COVID-19, ni pour déterminer si une personne doit recevoir un vaccin. Ils servent essentiellement à estimer le nombre de personnes qui ont déjà contracté la maladie et à mieux comprendre la propagation du virus dans la collectivité.

Si vous passez un test de dépistage alors que vous n’avez pas de symptôme, il y a un plus grand risque que le test donne un résultat faussement négatif (un test peut être négatif même si vous êtes infecté par le virus). Vous pourriez alors être faussement rassuré quant au risque de transmettre le virus.

Il est important d’ajouter qu’un résultat négatif est fiable seulement au moment où le prélèvement est effectué. En effet, vous pouvez être porteur du virus et commencer à être contagieux (excréter du virus) dans les 3 à 14 jours suivant le contact avec le virus. Vous pourriez donc par exemple devenir contagieux dès le lendemain d’un test négatif. Il est important que vous respectiez les précautions de distanciation physique, le lavage des mains et le port du masque en tout temps, même après un résultat négatif à un test de COVID-19.  Pour un voyage, veuillez consulter les exigences des compagnies aériennes et du pays visité.

Environ 15 à 30 % des personnes atteintes par la COVID-19 sont asymptomatiques et peuvent quand même transmettre le virus, alors comment faire pour les dépister? Les chances d’être infecté par le virus de la COVID-19 alors qu’on ne présente pas de symptômes et qu’on n’a pas eu de contact avec un cas de COVID sont très faibles.  

Toutefois, si un représentant de la santé publique vous a demandé de passer un test et que vous ne présentez pas de symptômes, il est important d’aller vous faire tester, car vous pourriez transmettre le virus même en l’absence de symptômes.

Si vous présentez des symptômes compatibles avec la COVID-19, il est préférable de faire un test de dépistage même si vous avez reçu le vaccin. La vaccination offre une excellente protection contre les formes sévères de la COVID-19, mais ne protège pas entièrement contre une maladie plus légère et n’empêche pas la transmission du virus. Il est donc important de se faire dépister.

Photo du bandeau : iStock
Toutes les autres photos : Service des techniques audiovisuelles, CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal

Dernière mise à jour : 

26 mai 2021