L'intimidation chez les adultes

Faits saillants

  • L’intimidation chez les adultes est peu documentée en tant que problématique particulière.
  • Différentes manifestations d’intimidation peuvent faire partie de phénomènes plus larges comme la violence conjugale ou la maltraitance envers des adultes vulnérables.
  • Les adultes peuvent être victimes d’intimidation en ligne.
  • Certaines stratégies, telles que le changement des normes sociales qui favorisaient jusqu’alors la violence, peuvent contribuer à prévenir l’intimidation à l’âge adulte.

L’intimidation vécue à travers des phénomènes connexes

Le terme intimidation est souvent utilisé à tort pour nommer différents gestes d’agression posés en personne ou en ligne, et plus particulièrement chez les adultes. Il faut donc rester prudent dans l’interprétation des informations disponibles. Pour en savoir davantage à propos de l’intimidation (définition et considérations méthodologiques), consultez la section De quoi parle-t-on?

L’intimidation peut être vécue à différents stades de la vie, notamment à l’âge adulte. Cependant, l’intimidation chez les adultes est peu documentée en tant que problématique particulière. L’information disponible concerne principalement l’intimidation en ligne (ou cyberintimidation) vécue par les jeunes adultes en milieu universitaire et par la population générale. L’intimidation vécue par les jeunes adultes en contexte sportif est également documentée, vous pouvez consulter la section L’intimidation en contexte sportif.

Différentes manifestations d’intimidation vécue à l’âge adulte peuvent faire partie de phénomènes plus larges et passibles de sanctions. À titre d’exemple, l’intimidation peut faire partie du cycle de la violence conjugale, elle peut être une composante de la maltraitance vécue par des adultes vulnérables et les victimes d’agression sexuelle peuvent subir de l’intimidation de la part de leur agresseur afin qu’elles ne le dénoncent pas1. En contexte de travail, on parlera de harcèlement psychologique. Même si certaines caractéristiques du harcèlement psychologique en milieu de travail peuvent s’apparenter à celles de l’intimidation, il est préférable de s’en tenir au concept de harcèlement psychologique en milieu de travail puisqu’il réfère à une définition légale précise comportant des obligations légales pour l'employeur. Pour en savoir plus sur le harcèlement psychologique en milieu de travail, vous pouvez consulter le site web de l’Institut national de santé publique du Québec à l’adresse suivante : https://www.inspq.qc.ca/organisation-et-conditions-de-travail/harcelement-psychologique-au-travail.


Portrait de l’intimidation en ligne chez les adultes

Peu de données permettent de dresser le portrait de l’intimidation en ligne (ou cyberintimidation) chez les adultes. Au niveau universitaire, une enquête sur l’intimidation en ligne dans les universités canadiennes menée entre 2012 et 2014 auprès de 1 925 étudiantes et étudiants de quatre universités indique que 24,1 % d’entre eux ont été victime d’intimidation en ligne au cours des 12 mois précédents l’enquête2. Les gestes d’intimidation ont été posés à l’aide de différents moyens, tels que les réseaux sociaux (55 %), les courriels (47 %), les textos (43 %) et les blogues, forums ou salles de discussion (25 %). Les femmes étaient beaucoup plus susceptibles de déclarer avoir vécu de l’intimidation sur les réseaux sociaux et par l’entremise de courriels tandis que les hommes étaient plus susceptibles de signaler de l’intimidation sur des blogues et des forums de discussion (Faucher et coll., 2014). Parmi les étudiants interrogés, 4,5 % des femmes et 6,6 % des hommes ont admis avoir posé des gestes d’intimidation en ligne2.

Au sein de la population générale, selon les données de l’Enquête sociale générale de 2014, environ un internaute québécois de 15 ans et plus sur vingt a été victime d’intimidation en ligne entre 2009 et 20143. Les adultes de moins de 35 ans sont davantage victimes d’intimidation en ligne, environ 9 % des personnes de 15 à 34 ans ont vécu au moins une forme d’intimidation en ligne, comparativement à 3 ou 4 % des internautes de 35 ans et plus3. Cette différence peut être attribuable à l’utilisation plus fréquente d’Internet par les moins de 35 ans, ce qui les expose de manière plus importante à l’intimidation en ligne4.

Motifs pour lesquels les gestes d’intimidation en ligne sont commis

Selon une enquête sur l’intimidation en ligne dans les universités canadiennes, les problèmes interpersonnels, l’apparence physique, les opinions et les croyances ont été évoqués pour expliquer les gestes d’intimidation en ligne, tout comme le sexe pour les femmes et l’appartenance ethnique pour les hommes. Certains étudiants ont également mentionné que l’intimidation en ligne faisait partie d’un jeu en ligne ou d’une simple blague. Parmi les étudiants qui ont admis être auteurs d’intimidation en ligne, deux raisons ont souvent été évoquées pour expliquer leurs actes : la victime les exaspérait ou la victime les avait déjà intimidés. Les étudiants qui connaissaient la personne qui a posé les gestes d’intimidation en ligne ont mentionné qu’il s’agit généralement d’une personne du même sexe que la victime et les femmes ont mentionné que l’auteur est souvent une personne qu’elles pensaient être une amie2.


Prévention de l’intimidation à l’âge adulte

Puisque certaines manifestations d’intimidation peuvent faire partie de phénomènes plus larges et passibles de sanctions, la prévention de ces gestes doit s’inscrire dans différentes stratégies ou mesures de prévention visant les types de violence dans lesquels les gestes sont posés.

Certaines stratégies reconnues efficaces en prévention de la violence, comme le changement des normes sociales qui favorisaient jusqu’alors la violence, peuvent également contribuer à la prévention de l’intimidation à l’âge adulte à travers la création et le maintien de milieux de vie bienveillants et respectueux, de rapports égalitaires et de comportements empreints de civisme.

Références

  1. MINISTÈRE DE LA FAMILLE. Ensemble pour contrer l’intimidation. Une responsabilité partagée. Plan d’action concerté pour prévenir et contrer l’intimidation 2015-2018. [s.l.] : Direction générale des politiques, Minsitère de la Famille, 2015.
  2. FAUCHER C., JACKSON M., CASSIDY W. « Cyberbullying among university students: gendered experiences, impacts, and perspectives ». Education Research International [En ligne]. 2014. Vol. 2014, p. e698545. Disponible sur : < https://doi.org/10.1155/2014/698545 >
  3. GRAVEL M.-A. La cyberintimidation et les expériences de victimisation. Québec : Institut de la statistique du Québec, 2017. (Données sociodémographiques en bref).
  4. GRAVEL M.-A. La victimisation de la population québécoise : victimisation criminelle et cybervictimisation [En ligne]. Québec : Institut de la statistique du Québec, 2015. Disponible sur : < http://www.stat.gouv.qc.ca/statistiques/conditions-vie-societe/securite/... >