Prescription infirmière

  • Lorsqu'elle prescrit de la ceftriaxone IM pour le traitement de la gonorrhée, est-ce que l’infirmière autorisée peut aussi prescrire la lidocaïne?

    Oui. Le Protocole québécois pour le traitement d'une infection à C. trachomatis ou à N. gonorrhoeae chez une personne asymptomatique, précise que l’infirmière autorisée doit prescrire un traitement conformément au Guide d’usage optimal sur le traitement des infections à C. trachomatis et à N. gonorrhoeae (voir les sections 1.6 et 2.6 du Protocole).

    La note de bas de page 7 de ce guide mentionne que : « Pour diminuer l'inconfort associé à l'injection, le diluant privilégié de la ceftriaxone est la lidocaïne 1% sans épinéphrine. Le coût de la lidocaïne utilisée comme diluant est couvert par la RAMQ avec l'emploi des codes K et L. » L’infirmière indiquera également sur la prescription de ceftriaxone que la lidocaïne est utilisé comme diluant. Le coût de la lidocaïne sera couvert même si le produit est généralement fourni avec un autre diluant régulier.

    S'il y a une contre-indication à l'utilisation de la lidocaïne, le diluant habituel non médicamenté pourrait être utilisé.

    Sources :

  • Est-ce que l'infirmière autorisée peut prescrire un traitement épidémiologique aux contacts asymptomatiques d'une personne ayant un syndrome clinique compatible avec une infection à C. trachomatis ou à N. gonorrhoeae (cervicite ou urétrite)?

    Oui, l’infirmière peut prescrire un traitement aux partenaires d’une personne ayant un syndrome compatible avec une infection à C. trachomatis ou à N. gonorrhoeae confirmé par un médecin ou une IPS. Elle doit s’assurer d’avoir une information suffisamment précise et fiable pour identifier le syndrome clinique auquel la personne a été exposée (voir la section 2.1 du Protocole québécois pour le traitement d'une infection à C. trachomatis ou à N. gonorrhoeae chez une personne asymptomatique).

    En tout temps, l’infirmière s’assure de respecter les conditions d’application prévues au Protocole.

  • Est-ce qu’une infirmière autorisée peut prescrire un traitement au partenaire asymptomatique d’une personne atteinte d’une LGV?

    En absence d'une ordonnance collective pour le traitement d’une LGV, l’infirmière doit diriger rapidement la personne vers un médecin. Le médecin  procédera au suivi approprié.