Bulletin d'information toxicologique

28 juin 2017

Pierre-André Dubé

Les quatre articles du présent numéro porteront sur divers aspects toxicologiques des produits de santé naturels. Le premier article décrit trois cas d’intoxication répertoriés par le Centre antipoison du Québec (solution d’argent, glycosides cardiaques, extraits de thé vert), alors que le deuxième se penche sur un cas de décès suivant la consommation d’un remède traditionnel chinois. Le troisième article critique pour sa part une étude qui associe l’hépatotoxicité avec la consommation d’extraits de thé vert. Enfin, le dernier s’intéresse plutôt aux recommandations émises à la suite de l’évaluation de la pertinence et du rendement du Programme des produits de santé naturels menée par Santé Canada et l’Agence de la santé publique du Canada pour la période 2010-2015. 

28 juin 2017

Marie-Pier Ferland et Olivier Jacques-Gagnon

Pour plusieurs personnes, les produits de santé naturels sont inoffensifs, alors que, pour d’autres, ils semblent simplement inefficaces. Diverses raisons motivent des individus à avoir recours à ces produits, entre autres, pour perdre du poids, améliorer les performances sexuelles, traiter une dépression, etc. Comme il est facile de s’en procurer sans devoir consulter un médecin ou un pharmacien, les risques reliés à leur consommation demeurent méconnus. En effet, les produits de santé naturels peuvent non seulement entrer en interaction avec des médicaments, mais ils peuvent aussi être dangereux dans la mesure où leur qualité est peu contrôlée et réglementée. La littérature scientifique décrit d’ailleurs de nombreux cas où les consommateurs de ces produits ont présenté des effets néfastes.

28 juin 2017

Guillaume Lacombe

Depuis quelques années, les remèdes traditionnels chinois jouissent d’une popularité grandissante. Toutefois, peu d’études ont évalué les effets secondaires liés à l’utilisation de ces remèdes en Occident. Principalement, la littérature scientifique en matière de remèdes traditionnels chinois est constituée de rapports de cas et d’études rétrospectives asiatiques. De ces écrits il ressort que plusieurs complications peuvent survenir à la suite de l’utilisation de ces remèdes. Chez les patients qui présentent des effets secondaires graves, les troubles hépatiques sont les effets les plus fréquemment constatés. De même, certains remèdes traditionnels chinois peuvent être contaminés par des poussières, des insectes, des moisissures, des pesticides et des métaux lourds. Dans certains cas, le fabricant ou le vendeur peut aller jusqu’à y ajouter des produits médicamenteux afin d’accroître l’efficacité du produit ou de diminuer ses effets secondaires. Certaines substances engendrent plus souvent la toxicité en lien avec la consommation de remèdes traditionnels chinois que d’autres. Parmi ces substances figure l’aconitine. Les personnes intoxiquées par l’aconitine vont initialement présenter des symptômes neurologiques. Elles développent ensuite une cardiotoxicité similaire à celle apparaissant à la suite de l’exposition aux glycosides cardiaques. Lorsque ces personnes sont prises en charge, le personnel soignant effectue une reconnaissance rapide des symptômes et emploie un traitement de soutien. Pour permettre de prendre la meilleure décision possible en lien avec le traitement, il est suggéré au personnel médical d’appeler le Centre antipoison du Québec. Enfin, les professionnels de la santé devraient questionner systématiquement leurs patients sur leur consommation de produits de santé naturels.

28 juin 2017

Arnaud Canneva et Éric Villeneuve

Le thé vert, souvent proposé en infusion, est aussi offert sous forme d’extraits concentrés dans des suppléments pour diverses indications. Même si cette substance est habituellement considérée comme anodine pour la santé, plusieurs cas d’hépatotoxicité reliés à la consommation de suppléments qui en contiennent ont mis en doute sa sécurité sans pour autant établir un lien de causalité direct. Dostal et collab. ont donc tenté de mieux décrire le profil d’innocuité des suppléments de thé vert dans le cadre d’une étude randomisée, contrôlée et à double insu d’un an, réalisée auprès de femmes postménopausées risquant de développer un cancer du sein. Au terme de l’étude, plus de patientes faisant partie du groupe recevant des suppléments de thé vert présentaient une élévation de l’enzyme hépatique alanine aminotransférase (ALT) que celles faisant partie du groupe recevant le placebo. Toutefois, la majorité des cas d’hépatotoxicité se sont avérés légers et autorésolutifs. Quoique l’étude présentée ici ait pu être influencée par certaines variables confondantes, il serait approprié de déconseiller au public la consommation de suppléments de thé vert en raison de leur profil d’innocuité et du manque de données prouvant leurs vertus. Enfin, vu les doses utilisées dans cette étude, il semble aussi possible que des cas d’hépatotoxicité puissent survenir lors d’une consommation massive et chronique de thé vert en infusion, même si cela reste à prouver.

28 juin 2017

Julien Vachon et Maude St-Onge

Il existe une variété grandissante de produits de santé naturels sur le marché canadien, incluant les suppléments alimentaires, les produits à base de plantes et les remèdes traditionnels (chinois, ayurvédiques). La popularité de ces produits justifie l’importance d’une bonne gestion de ces derniers, en particulier quant à la surveillance de leur qualité. En effet, la consommation de produits de mauvaise qualité ou altérés représente un risque pour la santé des consommateurs (intoxications, interactions médicamenteuses). La littérature scientifique rapporte par ailleurs de nombreux cas de produits de santé naturels altérés avec des produits pharmaceutiques ou contaminés par des métaux lourds ou des plantes toxiques. De même, certaines données récentes laissent croire que la prévalence de produits de santé naturels altérés sur le marché pourrait être importante. À ce jour, la qualité de ces produits est assurée par des attestations de bonnes pratiques de fabrication remises aux industries lors d’une demande de licence d’exploitation. Toutefois, une des recommandations proposées dans l’évaluation du Programme des produits de santé naturels couvrant 2010-2015 est d’élargir les activités de surveillance de la conformité des produits de santé naturels, notamment en ayant recours aux analyses de laboratoire. Cette recommandation est bien accueillie, car il est maintenant possible d’effectuer une surveillance routinière de ces produits à des prix de plus en plus abordables, grâce à l’avancement des technologies analytiques. Ainsi, un échantillonnage routinier à des fins d’analyses permettrait de réduire les risques pour la santé, puisque les produits altérés seraient rapidement identifiés et retirés du marché, ou bien un retour à la conformité pourrait être exigé.

Pages

S'abonner à Bulletin d'information toxicologique

Le Bulletin d’information toxicologique (BIT) est une publication conjointe de l’équipe de toxicologie clinique de l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) et du Centre antipoison du Québec (CAPQ). La reproduction est autorisée à condition d'en mentionner la source. Toute utilisation à des fins commerciales ou publicitaires est cependant strictement interdite. Les articles publiés dans ce bulletin d'information n'engagent que la responsabilité de leurs auteurs et non celle de l'INSPQ ou du CAPQ.

ISSN : 1927-0801