Infection transmissible sexuellement et par le sang

  • 18 juillet 2018

    En 2016, le programme de surveillance a permis de mettre en évidence les faits suivants :

    • 50 des 80 laboratoires participants (78 laboratoires du réseau public et 2 laboratoires privés) ont rapporté au moins une souche de N. gonorrhoeae;
    • Parmi les 1264 souches retenues pour analyse (1 souche/personne/14 jours), 1071 avaient été isolées chez des hommes, 185 chez des femmes et 8 chez des personnes dont le sexe n’était pas disponible. Parallèlement au programme de surveillance du Laboratoire de santé publique du Québec, selon le fichier des maladies à déclarations obligatoires, 4774 cas ont été déclarés au Québec en 2016 (3752 chez les hommes et 996 chez les femmes, 23 personnes dont le sexe n’était pas disponible et 3 personnes transgenres). Des souches...
  • 17 mai 2018

    Le réseau SurvUDI est un réseau de surveillance épidémiologique chez les personnes UDI implanté au Québec et à Ottawa depuis 1995. Son objectif est la surveillance des infections par le VIH et par le VHC parmi les personnes UDI ainsi que le suivi des facteurs de risque de ces infections. Ce rapport s’adresse à tous ceux qui, dans les différentes régions du Québec, sont impliqués dans la lutte contre les ITSS auprès des personnes qui utilisent des drogues par injection. Ces données seront utiles pour ceux qui œuvrent en santé publique dans le domaine de la réduction des méfaits chez les personnes qui utilisent des drogues par injection ainsi qu’à leurs partenaires communautaires et institutionnels.

    Plusieurs changements ont été observés au cours des années, et les analyses...

  • 14 mai 2018

    Given the desire to harmonize medical and nursing practices in the field of sexually transmitted infections (STIs) and the need to provide better guidance on the intervention known as expedited partner therapy (EPT), the Institut national de santé publique du Québec received a request from the Collège des médecins du Québec and the Ministère de la Santé et des Services sociaux. The purpose of this request was to issue a scientific opinion, including recommendations, on the effectiveness, benefits and drawbacks of the EPT strategy for Chlamydia trachomatis (Ct) and Neisseria gonorrhoeae (Ng) infections, the best practice to endorse as well as the conditions required to promote its appropriate use.

    In Québec, two STI preventive interventions targeted for...

  • 10 avril 2018
    •  Au Québec, les approches recommandées pour l’intervention préventive auprès d’une personne atteinte d’une infection transmissible sexuellement et leurs partenaires (IPPAP) sont :
      • Dans tous les cas, l’approche passive : la personne infectée informe ses partenaires de l’exposition à l’infection avec le soutien d’un professionnel de la santé, incluant la remise de documentation à son partenaire
      • Dans les cas prioritaires, une approche négociée réalisée par un professionnel mandaté par la santé publique où la notification des partenaires est partagée selon une entente établie entre le professionnel mandaté et la personne infectée.
    • Le traitement accéléré du partenaire (TAP) consiste en deux avenues :
      • une prescription écrite au nom du...
  • 26 mars 2018

    En 2012, les Centers for Diseases Control and Prevention ont recommandé le dépistage au moins une fois à vie de l’hépatite C (VHC) chez tous les baby-boomers (personnes nées entre 1945 et 1965). Une prévalence plus élevée de l’infection par le VHC au sein de cette cohorte des naissances a motivé les autorités de santé des États-Unis à émettre cette recommandation en addition au dépistage ciblé selon les facteurs de risque. L’Agence de santé publique du Canada s’est aussi penchée sur cette question et a confié au Groupe d’études canadien sur les soins de santé préventifs le mandat d’émettre des recommandations quant à la pertinence de dépister les adultes canadiens asymptomatiques pour le VHC sans facteurs de risque. Au Québec, l’Institut national de santé publique (INSPQ) a été mandaté...

  • 24 janvier 2018

    La distribution de matériel d’injection stérile pour prévenir la transmission du VIH et des hépatites B et C chez les personnes qui utilisent des drogues par injection (UDI) est une stratégie de santé publique reconnue efficace. Elle fait partie de l’offre de services de santé publique décrite dans le Programme national de santé publique 2015-2025 (MSSS, 2015) et appuyée par l’Ordre des infirmières et infirmiers du Québec (OIIQ, 1998) et l’Ordre des pharmaciens du Québec (OPQ, 1998).

    Ce rapport présente les quantités de matériel d’injection et d’inhalation qui sont remises par les directions de santé publique (DSP) aux centres d’accès au matériel d’injection (CAMI). Les CAMI participant à ce programme de prévention sont des organismes communautaires (OC), des...

  • 1 décembre 2017

    Principaux constats

    • L’infection à Chlamydia trachomatis est la plus fréquente des infections transmissibles sexuellement à déclaration obligatoire. Elle touche particulièrement les jeunes de 15 à 24 ans. L’incidence des cas déclarés augmente de manière constante, surtout chez les hommes. Cette hausse de cas déclarés pourrait être expliquée en partie par l’évolution des méthodes de détection de cette infection et par l’augmentation du nombre de tests de détection effectués.
    • Le taux d’incidence et le nombre de cas déclarés d’infection gonococcique ont plus que doublé entre 2012 et 2016. Cette hausse s’est accentuée en 2016 et en 2017 chez les hommes. La hausse rapide et importante du nombre de cas déclarés d’infection gonococcique semble expliquée...
  • 19 septembre 2017

    L’étude PIXEL - Portrait de la santé sexuelle des jeunes adultes au Québec - a été mandatée par le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) et menée par l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ). Cette étude s’inscrit dans la foulée des initiatives qui ont suivi le dépôt du rapport du Directeur national de santé publique sur les infections transmissibles sexuellement et par le sang (ITSS) et du Plan d’évaluation du programme de vaccination contre les virus du papillome humain (VPH).

    L’objectif de l’étude PIXEL est de décrire certaines conduites sexuelles des jeunes adultes québécois, leurs accès à des services en matière de santé sexuelle et leur état de santé sexuelle à partir de trois indicateurs principaux...

  • 7 juin 2017

    Ces recommandations sont un complément de l’avis « Recommandations concernant l’évaluation et le suivi des soignants infectés par le VHC » publié en mai 2014 par le Service d’évaluation des risques de transmission d’infections hématogènes (SERTIH). Ce complément précise les recommandations à suivre dans le cas où un soignant évalué par le SERTIH serait traité avec la nouvelle classe de médicaments pour le virus de l’hépatite C, soit les traitements antiviraux à action directe (AAD).

    En 2014, le SERTIH recommandait « que seuls les soignants guéris (avec ou sans traitement), i. e. non virémiques (ARN viral négatif), puissent pratiquer des actes à risque de transmission ». Ce complément positionne l’arrivée de nouveaux traitements AAD, qui viennent moduler cette recommandation en...

  • 24 mai 2017

    En 2015, le programme de surveillance a permis de mettre en évidence les faits suivants :

    • Parmi les 89 laboratoires participants, 51 ont rapporté au moins une souche de N. gonorrhoeae;
    • Au total, 1033 souches ont été analysées, dont 835 chez des hommes et 192 chez des femmes et 6 isolées chez des personnes dont le sexe n’était pas disponible;
    • Une résistance à au moins un antibiotique testé a été notée pour 49,9 % des 1031 souches analysées;
    • On retrouve 46 % (477/1031) de souches résistantes à la ciprofloxacine;
      • Les souches résistantes à la ciprofloxacine ont été retrouvées chez 24 % des femmes (45/190) et chez 52 % des hommes (430/835);
      • Plus de la moitié des souches (66 %; 314/477) résistantes à la ciprofloxacine...

Pages

S'abonner à Infection transmissible sexuellement et par le sang