Tabac

  • 20 juin 2019

    Les politiques d’environnements sans fumée sont, à plusieurs niveaux, complexes à implanter, particulièrement quand elles s’appliquent à des organisations de santé aux clientèles et installations hétérogènes. Les membres du personnel doivent connaître les modalités d’application, en plus d’y adhérer, d’en faire la promotion et d’intervenir auprès des individus ne respectant pas la politique. Selon leur situation, les usagers peuvent être réticents devant un changement imposé, particulièrement quand ils sont hébergés.

    La cigarette électronique semble aussi poser de nouveaux défis quant à la légitimité de son utilisation relativement à la cigarette conventionnelle et la possibilité de l’utiliser comme méthode de renoncement ou comme outil d’abstinence temporaire. Enfin, les...

  • 29 mai 2019

    Dans le contexte de l’arrivée récente de nouveaux produits de vapotage à forte teneur en nicotine, jumelée à l’augmentation de l’usage de la cigarette électronique chez les jeunes, Santé Canada étudie plusieurs mesures règlementaires en vue de réduire l’accessibilité et l’attrait des produits de vapotage pour les jeunes. Ces mesures concernent les arômes, la concentration en nicotine, l’emballage et le design, ainsi que la vente en ligne.

    Les produits de vapotage sont une source de nicotine moins nocive que la cigarette pour les fumeurs. Il n’en demeure pas moins qu’ils augmentent les risques de développer une dépendance à la nicotine chez les adolescents, notamment chez quelques 70 000 d’entre eux n’ayant jamais fumé de tabac et ayant rapporté avoir utilisé la cigarette...

  • 7 mai 2019

    Les effets d'une exposition à  la fumée de tabac sur la santé sont indiscutables et ont mené, au Québec, à  l'adoption de lois restrictives interdisant de faire usage du tabac dans divers lieux publics et de travail de même que dans de nombreux environnements fréquentés par les jeunes. Toutefois, à  l'exception des aires communes des immeubles de deux logements ou plus, ces restrictions ne touchent pas les domiciles. Or, au Québec, en 2013-2014, les jeunes non-fumeurs de milieux défavorisés sur le plan socioéconomique étaient exposés à  la fumée de tabac dans leur domicile de manière quotidienne ou quasi quotidienne en plus grande proportion que les jeunes non-fumeurs issus de milieux favorisés. Cette synthèse des connaissances a donc été entreprise pour identifier les mesures et...

  • 1 mai 2019

    Les effets du tabagisme sur la santé des populations sont connus et scientifiquement démontrés, ce comportement étant lié de manière causale à de nombreuses sources de morbidité, dont les maladies cardiovasculaires et plusieurs formes de cancer. La fumée de tabac dans l’environnement (FTE) contient quant à elle des milliers de substances chimiques dont plusieurs sont cancérigènes pour l’être humain, le fait d’y être exposé de manière importante étant susceptible d’entraîner des maladies et même la mort dans certains cas.

    Bien que la dernière décennie ait été marquée au Québec par une baisse significative de l’usage de la cigarette et de l’exposition à la fumée de tabac au domicile et dans les véhicules privés, il n’en demeure pas moins que la prévalence de ces phénomènes n’est...

  • 26 mars 2019

    Le présent mémoire est déposé dans le cadre des consultations de Santé Canada sur des mesures règlementaires à l’étude visant à resserrer la Loi sur le tabac et les produits de vapotage. Ces mesures visent à restreindre davantage la publicité des produits de vapotage pour en prévenir l’usage chez les jeunes et les non-utilisateurs de tabac. L’Institut national de santé publique du Québec accueille favorablement l’intention de Santé Canada et souhaite partager l’expérience du Québec, qui a adopté en 2015 une loi interdisant pratiquement toute forme de promotion et de publicité des cigarettes électroniques et de tout autre dispositif qui s’y apparente.

    • Il est bien démontré que la publicité et la promotion des produits du tabac augmentent les risques de commencer à fumer et...
  • 15 octobre 2018

    Depuis plus de deux décennies, la consommation de tabac est en baisse au Québec. Malgré cela, certains groupes fument encore de manière substantielle. C’est le cas des jeunes adultes âgés de 18 à 34 ans, chez qui la prévalence du tabagisme (23,7 %) est plus élevée que celle de l’ensemble de la population de 12 ans et plus (18,4 %).

    Cette synthèse de connaissances a permis d’évaluer l’efficacité des interventions de renoncement au tabac pour les jeunes adultes. Elle s’est également concentrée sur les facteurs pouvant exercer une influence prépondérante sur la participation des jeunes adultes dans ces interventions.

    Les constats de la recherche fournissent des exemples intéressants de divers types d’interventions conçues pour cette clientèle. Certaines caractéristiques...

  • 7 septembre 2018

    Il y a plus de 1,4 million de fumeurs au Québec (Statistique Canada, 2015). Pour les soutenir dans leurs efforts pour cesser de fumer, le Plan québécois d’abandon du tabagisme (PQAT) propose trois types de service en cessation tabagique : les Centre d’abandon du tabagisme (CAT), la ligne j’Arrête (une ligne téléphonique d’aide à l’abandon du tabac) et le site internet j’Arrête.

    Dans le but d’améliorer les services offerts, le ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec (MSSS) a confié à l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) le mandat d’évaluer un quatrième type de service, soit le Service de Messagerie texte pour Arrêter le Tabac (SMAT).

    L’évaluation du SMAT en 2015-16 montre que :

    • Au Québec en 2015-2016, le...
  • 29 juin 2018

    Le Québec a connu un important recul du tabagisme au cours des 25 dernières années, mais certains groupes de la population continuent de faire usage du tabac dans des proportions très élevées. C’est le cas des groupes défavorisés sur le plan socioéconomique alors qu’on retrouve dans les secteurs défavorisés une proportion de fumeurs qui est près du double de celle observée dans les secteurs plus favorisés.

    Depuis le début des années 2000, une vaste gamme de services gratuits de soutien à l’arrêt tabagique a été implantée à la grandeur du Québec afin de soutenir les fumeurs de tous les groupes socioéconomiques dans une démarche de renoncement au tabac: centres d’abandon du tabagisme, ligne téléphonique et site internet j’Arrête, remboursement d’aides...

  • 22 janvier 2018

    Il y a plus de 1,4 million de fumeurs au Québec. Pour les soutenir dans leurs efforts à cesser de fumer, la ligne j’Arrête offre un service téléphonique gratuit, bilingue et confidentiel. Elle fournit soutien, informations et références à toute personne désireuse de cesser de fumer ou à toute personne soutenant un fumeur dans sa démarche de cessation. Le présent rapport décrit les résultats de l’évaluation du service de la ligne j’Arrête pour les clients qui ont contacté le service téléphonique de la ligne j’Arrête pour euxmêmes pour une première fois au cours de la période d’octobre 2014 à octobre 2015.

    L’évaluation de la ligne j’Arrête en 2014-15 montre que :

    • Au Québec en 2014-2015, la ligne j’Arrête a reçu 16 317 appels et a fourni un service de...
  • 16 octobre 2017

    Bien que les effets sur la santé à long terme demeurent peu connus, un consensus émerge à l’effet que la cigarette électronique serait moins dommageable pour la santé des fumeurs que les produits du tabac fumés. Toutefois, les jeunes et les non-fumeurs qui utiliseraient ce dispositif s’exposeraient à des risques pour leur santé qui sont encore mal connus, et au risque de développer une dépendance à la nicotine.

    Les données recueillies par l’Enquête canadienne sur le tabac, l’alcool et les drogues chez les élèves (ECTADÉ), anciennement l’Enquête sur le tabagisme chez les jeunes (ETJ), permettent de suivre l’évolution de l’usage de ce dispositif chez les élèves du secondaire, et de situer les données québécoises par rapport au reste du Canada. Les analyses effectuées à...

Pages

Souscrire à Tabac