Antidotes

  • Pierre-André Dubé
    B. Pharm., Pharm. D., M. Sc., C. Clin. Tox., Pharmacien-toxicologue, Institut national de santé publique du Québec

Dernière modification: 

25 mars 2020

Le traitement usuel et efficace de la plupart des intoxications repose avant tout sur le maintien des fonctions vitales (ABC), la décontamination, l'augmentation de l'élimination ainsi que sur le traitement symptomatique. L'utilisation d'un antidote spécifique est donc rarement indiquée. Cependant, les antidotes peuvent parfois jouer un rôle essentiel dans le traitement de certaines intoxications. Bien qu'il ne remplace pas les autres étapes du traitement, l'usage approprié d'un antidote peut augmenter de façon significative l'élimination d'un agent toxique ou neutraliser ses effets toxiques. Dans certains cas, ils peuvent diminuer de façon significative les ressources médicales autrement nécessaires pour traiter l'intoxiqué, raccourcir la durée du traitement et, le plus important, sauver la vie d'un patient ou éviter des séquelles permanentes.

Les deux enjeux de santé publique à propos des antidotes sont :

  1. Assurer la disponibilité des antidotes pour l'administration en temps opportun à la population.
  2. Promouvoir l'utilisation optimale des antidotes.

La disponibilité et l'utilisation optimale de la naloxone dans la communauté sont abordées dans le dossier Surdoses d'opioïdes de l'INSPQ. Vous pourrez y retrouver, entre autres :

  • Endroits où se procurer la naloxone.

  • Vidéos montrant comment administrer la naloxone.

  • Formation sur l'administration de la naloxone pour inverser les effets d'une surdose d'opioïdes destinée aux intervenants du réseau de la santé et des services sociaux intervenant auprès de personnes à risque de surdose d’opioïdes.

  • Statistiques sur le nombre de services de naloxone en pharmacies communautaires au Québec.


L'utilisation optimale des antidotes par les professionnels en établissements de santé est abordée dans le Guide canadien des antidotes en toxicologie d'urgence.

En particulier, l'utilisation optimale des antidotes en oncologie est abordée dans le Guide des antidotes en oncologie, réalisé par Comité de l'évolution de la pratique en oncologie (CEPO), hébergé sur le site Web du Groupe d'étude en oncologie du Québec (GEOQ) (inscription requise; gratuite).


La disponibilité des antidotes sur le territoire québécois, en particulier dans les établissements de santé et de sécurité publique, est répertoriée par le Registre des antidotes du Québec de l'INSPQ.


Voici une liste non exhaustive de références utiles concernant les antidotes :

Antidotes et agents associés : Identification du besoin, de la disponibilité et de l’utilisation efficace. Bulletin de l’ISMP Canada. 2018;18(6):1‑6.

Bailey B, Bussières J-F, Dumont M. Availability of antidotes in Quebec hospitals before and after dissemination of guidelines. Am J Health Syst Pharm. 2003;60(22):2345‑9.

Bailey B, Bussières JF. Antidote availability in Quebec hospital pharmacies: impact of N-acetylcysteine and naloxone consumption. Can J Clin Pharmacol. 2000;7(4):198‑204.

Dart RC, Goldfrank LR, Erstad BL, Huang DT, Todd KH, Weitz J, et al. Expert Consensus Guidelines for Stocking of Antidotes in Hospitals That Provide Emergency Care. Ann Emerg Med. 2018;71(3):314‑25.e1.

Dubé PA. Le registre provincial des antidotes. Bulletin d’information toxicologique 2013;29(3):85-91. 

Dubé P-A. Path to the Canadian Antidote Registry. Can J Hosp Pharm. 2018;71(1):48‑9.

Dubé P-A, Lord M-C, Bussières J-F, Courteau M. Conformité des établissements de santé du Québec aux recommandations de stockage des antidotes. Pharmactuel. 2013;46(3):221‑7.

Leduc C. Le Registre provincial des antidotes. L’actualité pharmaceutique. 2013;(juin):51.

Gosselin S. Emergency toxicology: Timely antidotes and giving poisoned organs a second life. CJEM. 2019;21(1):3‑4.