Sécurité routière

  • 13 août 2018

    In Québec, head injuries are a major cause of death and hospital admissions among cyclists.

    Helmets are very effective for preventing head injuries in all cyclists, whether falling off a bike or having a collision with a motor vehicle.

    Promotion campaigns targeting children under 18 are effective for increasing use of bike helmets, especially when they are community-wide and accompanied by a free helmet distribution program.

    In Québec, bike helmet use has increased considerably since 2010, reaching an average of 53% in 2014. In some regions, this proportion was around 70%, which is close to the maximum 80% achievable with a law making it mandatory to wear a bicycle helmet. Seventy-eight percent of children aged 5-9 years were wearing helmets.

    Studies on...

  • 20 juin 2018

    Since 2002, the number of road traffic deaths in Québec has been falling steadily, even though the number of motor vehicles on the road – automobiles, in particular – has increased considerably. Nevertheless, the use of alcohol, drugs and medications is frequently cited as a cause of road traffic accidents by public authorities, since these psychoactive substances have the potential to impair driving.

    The aim of this study is to present a profile of the psychoactive substances (i.e. alcohol, drugs and medications) examined and detected among motor vehicle and motorcycle drivers aged 16 years and over who were killed in road traffic accidents in Québec from 2002 to 2013.

    The main findings are as follows:

    • The presence of psychoactive substances in the...
  • 14 mai 2018
    • La conduite avec les facultés affaiblies par l’alcool est la première cause de décès sur les routes du Québec.
    • Le pourcentage de conducteurs décédés avec une alcoolémie supérieure à la limite permise stagne autour de 30 % depuis le début des années 2000.
      • Une synthèse systématique a été menée afin d’estimer l’effet des programmes d’antidémarreur éthylométrique sur la conduite avec les facultés affaiblies et les collisions. Les principaux résultats sont les suivants :
      • La participation à un programme d’antidémarreur éthylométrique réduit significativement le risque de récidive, tant chez les contrevenants primaires que chez les récidivistes.
      • Une fois que l’antidémarreur éthylométrique est retiré du véhicule, le risque de récidive revient à un...
  • 20 mars 2018

    Au Québec, les blessures à la tête sont une cause importante de décès et d’hospitalisations chez les cyclistes.

    Le casque de vélo est très efficace pour prévenir les blessures à la tête chez tous les cyclistes, que ce soit lors d’une chute à vélo ou lors d’une collision avec un véhicule motorisé.

    Les campagnes de promotion ciblant les moins de 18 ans sont efficaces pour augmenter le port du casque de vélo surtout si elles sont implantées à l’échelle d’une communauté et si elles sont accompagnées d’un programme de distribution de casques gratuits.

    Au Québec, le port du casque de vélo a considérablement augmenté depuis 2010 pour atteindre une moyenne de 53 % en 2014. Dans certaines régions, cette proportion était d’environ 70 %, ce qui se rapproche du maximum de...

  • 13 février 2018
    • L’Institut national de santé publique du Québec salue l’intention du Gouvernement d’améliorer le Code de la sécurité routière (CSR) et est généralement en accord avec les changements proposés dans le projet de loi no 165, Loi modifiant le Code de la sécurité routière et d’autres dispositions.
    • L’Institut national de santé publique du Québec appuie notamment les mesures relatives au principe de prudence, à l’imposition d’un antidémarreur à vie chez les récidivistes de l’alcool au volant, à l’augmentation des sanctions concernant l’utilisation du cellulaire en conduisant et à la prolongation de la période d’utilisation du siège d’appoint chez les enfants. Des bonifications sont toutefois proposées afin d’étendre leur portée par rapport à la clientèle ciblée, de favoriser...
  • 10 juillet 2017

    L’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) a réalisé un avis scientifique sur la circulation des aides à la mobilité motorisées (AMM) en 2011. Dans cet avis, l’INSPQ proposait plusieurs mesures afin de combler le vide juridique à l’égard des AMM dans le code de la sécurité routière (CSR). Une des principales recommandations consistait à donner aux utilisateurs d’AMM un statut à part entière, qui se situe à mi-chemin entre celui de piéton et celui de cycliste, selon l’environnement routier dans lequel ils se trouvent. Des nouvelles règles ont été adoptées en juin 2015 par arrêté ministériel et l’...

  • 2 mars 2017

    Ce mémoire s’inscrit dans le cadre de la consultation La sécurité routière : ça nous concerne tous!, menée par la Société de l'assurance automobile du Québec et le ministère des Transports, de la Mobilité durable et de l'Électrification des transports. L’INSPQ y constate que le bilan routier s’est beaucoup amélioré depuis le milieu des années 70. Toutefois, les données les plus récentes suggèrent que les acquis sont fragiles. Il est donc important de poursuivre les efforts pour que le Québec se rapproche des pays les plus performants en matière de bilan routier.

    Pour y arriver, l’Institut propose des mesures concernant la promotion de comportements visés par le Code de la sécurité routière, les infrastructures et l’offre de moyens de transports collectifs et actifs...

  • 19 décembre 2016

    Depuis 2002, au Québec, le nombre de décès attribuables à un accident de la route est en constante diminution, et ce, malgré le fait que le nombre de véhicules à moteur en circulation ait augmenté considérablement, en particulier les automobiles. Toutefois, les autorités publiques rapportent fréquemment la consommation d’alcool, de drogues et de médicaments comme cause des accidents routiers. En effet, ces psychotropes sont des substances pouvant affaiblir les capacités de conduite.

    Cette étude vise à dresser le portrait des psychotropes étudiés (alcool, drogues, médicaments) et détectés chez les automobilistes et les motocyclistes âgés de 16 ans et plus décédés lors d’un accident de la route au Québec de 2002 à 2013.

    Les principaux constats dégagés sont les...

  • 20 octobre 2015

    Le cannabis est une substance illicite dont la consommation est répandue. Son usage à des fins récréatives soulève toutefois des préoccupations quant à son innocuité, notamment au regard de la conduite automobile. Cette revue de la littérature porte sur les analyses toxicologiques pouvant établir un lien entre la consommation de cannabis et la conduite automobile. Les principaux faits saillants dégagés sont les suivants :

    • Le principe actif engendrant la majorité des effets du cannabis est le THC.
    • Les effets du cannabis varient grandement d'un consommateur à l'autre selon divers paramètres tels que la dose consommée, le mode d'administration, l'expérience antérieure, l'état physique et mental, et le contexte social de l'usage.
    • Les effets du cannabis sur...
  • 14 décembre 2011

    La motoneige et le véhicule tout-terrain (VTT) sont deux activités motorisées très populaires au Québec. Selon une enquête récente, 394 000 Québécois auraient utilisé régulièrement un VTT et 228 000 une motoneige au cours de l’année 2009, principalement à des fins de loisirs (Tremblay & Hamel, à paraître). La pratique de ces activités s’accompagne malheureusement de blessures sérieuses et de plusieurs décès. Au Québec, il s’agit d’une des activités de loisirs qui affiche l’un des plus hauts taux de décès et d’hospitalisations, se classant devant les sports nautiques et la bicyclette (Tremblay 2007).

    Aux États-Unis, une augmentation constante du nombre de blessés en VTT a été observée depuis le début des années 90, et ce, plus particulièrement chez les jeunes de moins de 20...

Pages

S'abonner à Sécurité routière