Surveillance

  • 9 septembre 2019

    Infections à bacilles à Gram négatif producteurs de carbapénémases (BGNPC)
    Résultats de surveillance 2018-2019

    Entre le 1er avril 2018 et le 31 mars 2019, 84 installations de soins de courte durée ont participé à la surveillance des infections à bacilles à Gram négatif producteurs de carbapénémases (BGNPC) qui est obligatoire depuis le 1er avril 2017, pour un cumul de 4 725 586 jours-présence (tableau 1). Au total, 10 infections nosocomiales à BGNPC sont rapportées comme étant acquises au cours d’une hospitalisation (actuelle ou antérieure, catégories 1a et 1b) dans une installation...

  • 9 septembre 2019

    Bactériémies associées aux accès vasculaires en hémodialyse
    Résultats de surveillance 2018-2019

    Entre le 1er avril 2018 et le 31 mars 2019, 49 unités d’hémodialyse ont participé à la surveillance des bactériémies associées aux accès vasculaires en hémodialyse, pour un cumul de 57 096 patients-périodes (tableau 1). Ces unités ont rapporté 149 bactériémies, survenues chez 142 patients. La proportion de patients-périodes sur fistule est de 37,2 %. Le taux d’incidence est de 0,02 par 100 patients-périodes pour les patients ayant une fistule artérioveineuse sans trou de bouton, de 0,...

  • 9 septembre 2019

    Diarrhées associées au Clostridium difficile
    Résultats de surveillance 2018-2019

    Entre le 1er avril 2018 et le 31 mars 2019, 87 installations de soins de courte durée ont participé à la surveillance des diarrhées à Clostridium difficile (DACD), pour un cumul de 4 710 829 jours-présence (tableau 1). Ces installations ont rapporté 1 741 DACD nosocomiales, soit acquises au cours d’une hospitalisation (actuelle ou antérieure, catégories 1a et 1b). Le taux d’incidence des DACD nosocomiales est de 3,70 par 10 000 jours-présence. Ce taux d’incidence est en baisse pour une...

  • 9 septembre 2019

    Bactériémies à Staphylococcus aureus résistant à la méthicilline
    Résultats de surveillance 2018-2019

    Entre le 1er avril 2018 et le 31 mars 2019, 84 installations de santé ont participé à la surveillance des bactériémies à Staphylococcus aureus résistant à la méthicilline (SARM), pour un cumul de 4 584 768 jours-présence (tableau 1). Ces installations ont rapporté 46 bactériémies nosocomiales à SARM. Le taux d’incidence des bactériémies nosocomiales à SARM est de 0,10 / 10 000 jours-présence et est stable depuis les quatre dernières années. La...

  • 9 septembre 2019

    Infections à entérocoques résistants à la vancomycine (ERV)
    Résultats de surveillance 2018-2019

    Entre le 1er avril 2018 et le 31 mars 2019, 84 installations de soins de courte durée ont participé à la surveillance des infections nosocomiales à entérocoques résistants à la vancomycine (ERV), pour un cumul de 4 598 226  jours-présence (tableau 1). Un total de 61 infections à ERV dont 50 infections nosocomiales est rapporté parmi les patients dont l’infection a été acquise au cours d’une hospitalisation (actuelle ou antérieure, catégories 1a et 1b) dans l’installation déclarante....

  • 9 septembre 2019

    Bactériémies sur cathéters centraux aux soins intensifs
    Résultats de surveillance 2018-2019

    Entre le 1er avril 2018 et le 31 mars 2019, 65 unités de soins intensifs ont participé à la surveillance des bactériémies sur cathéters centraux, pour un cumul de 127 766 jours-cathéters (tableau 1). Ces unités ont rapporté 156 bactériémies, survenues chez 147 patients. Le taux d’incidence est de 0,51 par 1 000 jours-cathéters dans les unités coronariennes, de 1,14 dans les unités universitaires adultes, de 0,81 dans les unités non universitaires adultes, de 1,76 dans les unités pédiatriques et de 2...

  • 9 septembre 2019

    Bactériémies nosocomiales panhospitalières
    Résultats de surveillance 2018-2019

    Entre le 1er avril 2018 et le 31 mars 2019, 83 installations de soins de courte durée ont participé à la surveillance des bactériémies panhospitalières, pour un cumul de 4 558 906 jours-présence (tableau 1). Ces installations ont rapporté 3 196 bactériémies, survenues chez 2 991 patients. Le taux d’incidence total est de 5,75 cas par 10 000 jours-présence. Le taux d’incidence en 2018-2019 a augmenté par rapport aux années 2014-2015 et 2015-2016, ce qui résulte d’augmentations dans les...

  • 26 août 2019

    Les maladies chroniques sont la première cause de mortalité dans les pays industrialisés. La multimorbidité (cooccurrence d’au moins 2 maladies chroniques chez un même individu) toucherait environ 15 % des Canadiens âgés de 20 ans et plus et 30 % de 65 ans et plus. Le vieillissement de la population, combiné au progrès du traitement des maladies chroniques, contribue à l’augmentation de la multimorbidité. La multimorbidité est plus qu’une simple addition de conditions chroniques, elle est associée à une diminution de la qualité de vie, à une augmentation du risque de décès et d’hospitalisations, à une augmentation du nombre de consultations médicales et à une consommation plus élevée de médicaments. De plus, la multimorbidité complexifie la prise en charge des patients atteints et...

  • 15 août 2019

    La multimorbidité, soit la co-occurrence de plusieurs maladies chroniques chez un même individu, représente l’un des défis les plus importants de santé publique dans les pays industrialisés (Lancet, 2018). Le vieillissement de la population, combiné au progrès du traitement des maladies chroniques, contribue à l’augmentation de la multimorbidité. La multimorbidité est plus qu’une simple addition de conditions chroniques, elle est associée à une diminution de la qualité de vie, une augmentation de l’utilisation des services de santé (hospitalisations, consultations médicales, admissions à l’urgence) ainsi qu’à un excès de mortalité (Marengoni, 2011). De plus, la multimorbidité complexifie la prise en charge des patients atteints et soulève de nombreux défis pour la prévention.

    ...

  • 15 août 2019

    On considère qu’un médicament est inapproprié si les risques sont supérieurs au bénéfice attendu, en particulier lorsque des alternatives thérapeutiques plus sûres existent pour la même indication. L’utilisation de médicaments potentiellement inappropriés est problématique au sein de la population âgée puisqu’elle est associée à la survenue d’effets indésirables et d’interactions médicamenteuses, et à une potentielle augmentation de la morbidité, du recours aux soins et de la mortalité.

    En 2014, près de la moitié (49 %) des aînés québécois présentant des maladies chroniques ou leurs signes précurseurs ont reçu au moins un médicament potentiellement inapproprié. Parmi les utilisateurs de ces médicaments, la proportion de nouveaux utilisateurs est de 16 %. Par conséquent, la...

Pages

Souscrire à Surveillance