Zika
Le virus et sa transmission

Le virus

Le virus Zika est un arbovirus, transmis par les moustiques de type Aedes. Ce virus appartient à la famille des Flaviviridae, comme le virus du Nil occidental, les virus de la fièvre jaune et de la dengue. Les moustiques Aedes piquent généralement le jour, avec un pic en début d’avant-midi et un autre en fin d’après-midi. Le principal vecteur du virus Zika, Aedes aegypti, se retrouve surtout dans les régions tropicales et subtropicales. Quant à Aedes albopictus, un autre vecteur potentiel, il est présent dans des zones plus tempérées, sur tous les continents, à l’exception de l’Antarctique. Les moustiques vecteurs du virus Zika ne sont pas présents au Canada ni au Québec.

Historiquement, le virus Zika a d’abord été identifié en Ouganda, chez les singes en 1947 puis chez les humains en 1952. Des éclosions ont été rapportées en Afrique et en Asie dans les années 1960-1990, engendrant habituellement des symptômes bénins. La première épidémie a été rapportée en Micronésie en 2007. Le virus Zika a fait son apparition dans les Amériques en 2014 dans les îles de Pâques. En mai 2015, le virus a été signalé au Brésil, et en juillet 2015, ce même pays rapportait une association entre le virus Zika et la microcéphalie chez des bébés nés de mères infectées.

La transmission

Le virus Zika est avant tout transmis par les moustiques. Cependant, il peut également se transmettre par :
 • voie sexuelle, lors de rapports non protégés;
 • une femme enceinte et infectée à son fœtus en développement;
 • les dons de cellules, de sang et d'organes provenant de donneurs infectés.

Les symptômes de la maladie

Les symptômes de cette maladie sont habituellement bénins et durent de 2 à 7 jours. Ils se caractérisent principalement par de la fièvre (peu élevée), des douleurs articulaires, une conjonctivite (rougeurs des yeux), des éruptions cutanées. Les autres symptômes incluent de la fatigue, des douleurs musculaires et des maux de tête. Chez 70 à 80 % des cas, aucun symptôme n’est apparent. 

Des complications neurologiques de type syndrome de Guillain-Barré ont été documentées chez des cas d’infections par le virus Zika. Par ailleurs, à la lumière des preuves scientifiques maintenant disponibles, la relation causale a été établie entre les infections prénatales à virus Zika et les cas de microcéphalies et autres anomalies cérébrales congénitales.

Les complications

Syndrome de Guillain-Barré (SGB)

Le SGB est souvent déclenché par une infection bactérienne ou virale. Dans le cas du virus Zika, une augmentation inhabituelle des cas de SGB a été rapportée dans les pays touchés par le virus. Les données probantes suggèrent actuellement un lien causal entre l’infection au virus Zika et le SGB, l’hypothèse la plus probable étant que le virus soit un déclencheur du SGB.

Zika et Grossesse

Nous savons maintenant que la transmission materno-fœtale du virus Zika est possible, et qu’elle peut engendrer des événements indésirables chez le fœtus : mort fœtale in utero, microcéphalie, malformations du cerveau et des yeux. Il est cependant encore trop tôt dans la collecte de données pour pouvoir quantifier ces risques. « Deux études publiées en mars 2016 nous éclairent un peu sur le sujet. La première, est une analyse rétrospective de l’éclosion de virus Zika survenue en Polynésie Française (Lancet) en 2013-2014 au cours de laquelle 8 nouveau-nés ou fœtus avec microcéphalie ont été identifiés. Grâce à une modélisation mathématique, les auteurs estiment à 1 % le risque de microcéphalie chez les fœtus ou nouveau-nés dont les mères ont été infectées par le virus Zika pendant le premier trimestre de la grossesse. La seconde est une étude brésilienne (nejm) regroupant 42 femmes ayant eu une infection prouvée et symptomatique au virus Zika pendant la grossesse avec un suivi échographique prénatal. Une microcéphalie, des anomalies cérébrales, un retard de croissance ou une mort fœtale in utero ont été observées chez 12 (29 %) des nouveau-nés ou fœtus de ces femmes – l’issue de ces grossesses n’est pas encore disponible. » - Recommandations pour les professionnels de la santé : prévention et dépistage de l’infection par le virus Zika chez la femme enceinte ou désirant le devenir et son partenaire (version 3) - mise à jour du 13 août 2016.

Recommandations pour l’allaitement

Bien que le virus Zika soit détectable dans le lait des femmes qui allaitent, aucun cas de transmission au bébé n’a été identifié. Il est donc recommandé aux femmes allaitantes de poursuivre l’allaitement normalement, même dans le cas où la mère serait infectée par le virus.

Dernière modification: 

9 janvier 2017