Maladie respiratoire

  • 13 décembre 2016

    Pour répondre à une situation considérée comme urgente, le BCG a été réintroduit dans un des villages du Nunavik en 2012 à la suite d’une éclosion importante ainsi que dans un second village en août 2015. Le Directeur de la santé publique du Nunavik a demandé au Comité sur l’immunisation du Québec la production d’un avis sur la pertinence de réintroduire le BCG dans l’ensemble des villages du Nunavik. En voici les faits saillants.

    • Le BCG est utilisé principalement pour prévenir les formes sévères de la tuberculose chez les jeunes enfants, soit la méningite tuberculeuse et la tuberculose miliaire (disséminée), qui sont les plus à risque de développer ces formes de la maladie.
    • L’efficacité du BCG pour protéger contre la TB est évaluée à 50 % avec un intervalle de...
  • 4 février 2016
    • Alors qu’une augmentation de l’incidence globale des infections invasives à pneumocoque (IIP) a été constatée en 2011, une décroissance est observée depuis 2012.
    • Les enfants et les personnes de plus de 65 ans demeurent les groupes les plus touchés.
    • Les pneumocoques des sérotypes 22F, 7F, 3 et 19A furent, par ordre décroissant, les plus fréquemment isolés durant l’année 2014.
    • Depuis 2010, le nombre de souches isolées d’IIP chez les enfants âgés de moins de 5 ans pour l’ensemble des laboratoires a été en décroissance de 2009 à 2013 passant de 137 à 57. En 2014, on en comptait 81.  
    • L’augmentation du nombre de souches en 2014 est attribuable en partie à la présence de 14 souches de sérotype 22F, 11 de sérotype 15B et 7 de sérotype 10A, trois...
  • 26 octobre 2015

    Les objectifs du projet IVAIRE étaient d'évaluer l'impact de la ventilation sur la qualité de l'air intérieur et la fréquence des symptômes respiratoires chez des enfants asthmatiques d'habitations unifamiliales. Le projet s'est déroulé en deux phases d'une durée d'un an chacune : la phase préintervention (phase I), qui a permis de réaliser une étude descriptive de l'ensemble des participants recrutés et de sélectionner les participants admissibles à l'étude randomisée portant sur l'amélioration de la ventilation, et la phase postintervention (phase II), au cours de laquelle on a effectué le suivi des participants de l'étude randomisée.

    En collaboration avec la clinique d'asthme du Centre mère-enfant (CME) du Centre hospitalier universitaire de Québec (CHUQ), et avec le...

  • 2 mars 2015

    Au cours des dernières années, certaines communautés du Nunavik ont fait face à une recrudescence d'éclosions de tuberculose. Dans ce contexte, la Direction régionale de santé publique (DRSP) du Nunavik a donné le mandat à l'Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) d'élaborer un avis portant spécifiquement sur les mesures de contrôle environnementales pouvant être mises à profit dans les habitations ou autres lieux de rassemblement concernés.

    Ce rapport présente une revue de la littérature scientifique et technique portant sur les équipements d'épuration d'air pouvant être utilisés pour limiter la dispersion des micro-organismes infectieux potentiellement présents dans l'air intérieur d'habitations en milieu nordique.

    Les recommandations proposées visent à...

  • 2 mars 2015

    Durant l'année 2013, le nombre total des nouveaux cas confirmés de tuberculose (n = 201) est demeuré stable par rapport à l'année 2011 (n = 200) et 2012 (n = 205). Par contre, une augmentation notable des cas de tuberculose confirmés a été enregistrée en 2012 au Nunavik due à une épidémie déclarée en novembre 2011. Dans cette région, 52 cas ont été confirmés, ce qui représente le quart des cas confirmés dans la province pendant l'année 2012. Un retour à un nombre attendu de cas est enregistré au Nunavik en 2013, mais est compensé par une augmentation du nombre de cas dans la région de Montréal.

    Deux souches de M. africanum, rapportées en 2012, ont été isolées de spécimens des voies respiratoires prélevés chez un homme âgé de 33 ans et une enfant de 2 ans. En 2013, deux...

  • 7 novembre 2013

    Produit par l'Équipe santé des populations et services de santé (ESPSS), une équipe conjointe de la Direction de santé publique de l'Agence de la santé et des services sociaux de Montréal et de l'Institut national de santé publique du Québec, ce document présente l'évolution de l'utilisation des services de santé par les Montréalais atteints d'une maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC) de 2001-2002 à 2009-2010, de même que le portrait comparatif de l'utilisation des services par territoire de centre de santé et de services sociaux (CSSS) pour l'année 2009-2010. Il est articulé autour de quatre thèmes : le portrait des Montréalais atteints d'une MPOC, l'inscription auprès des omnipraticiens, le suivi ambulatoire, ainsi que les hospitalisations et visites à l'urgence. Le...

  • 29 octobre 2013

    Ce projet est une mise à jour des résultats d'études antérieures décrivant l'épidémiologie des mésothéliomes au Québec et au Canada de 1982 à 1996, puis au Québec de 1982 à 2002. Il s'inscrit dans le mandat de surveillance des expositions à l'amiante et des maladies qui y sont reliées confié à l'Institut national de santé publique du Québec par le ministère de la Santé et des Services sociaux.

    Les objectifs de ce travail sont : 1) de décrire les taux des mésothéliomes de la plèvre et du péritoine au Québec selon le sexe, l'âge et la cohorte de naissance; 2) de les comparer aux taux du Canada excluant le Québec; 3) de décrire les tendances temporelles de ces maladies; et, 4) de projeter les taux de mésothéliome observés de 1984 à 2007 vers les années 2008 à 2032.

    Les...

  • 1 août 2013

    Les pollens sont les principaux responsables de la rhinite allergique saisonnière et contribuent à l'aggravation des symptômes de l'asthme (Bacsi et al., 2006; Jacques et al., 2008). Selon l'Enquête québécoise sur la santé de la population (EQSP) de 2008, le pollen aurait déclenché les symptômes de rhinite allergique chez 76 % des personnes allergiques au cours des 12 mois précédents (Canuel et al., 2012). La prévalence de ce type de rhinite semble être en constante augmentation depuis les dernières décennies, et ce, à l'échelle mondiale (Bousquet et al., 2008; Schenk et al., 2006), notamment en raison de l'impact des changements climatiques sur les espèces végétales (Frenguelli, 2002; Huynen et al., 2003; Ziska et al., 2009; Ziska et...

  • 26 juillet 2013

    Après avoir progressé de manière significative au cours des dernières décennies, la prévalence de l'asthme et des maladies allergiques demeure relativement élevée dans les pays industrialisés. Il y a donc lieu de s'intéresser aux causes, mais également à la façon d'en prévenir les manifestations, notamment pour fournir aux professionnels de la santé des informations appropriées et récentes quant aux mesures de prévention à transmettre à la population et à appliquer dans les divers milieux de vie.

    Pour ce faire, nous avons réalisé une revue des connaissances sur le rôle des contaminants biologiques et de leurs composantes dans la prévention de l'asthme et de l'allergie. Compte tenu de l'intérêt marqué que suscite l'hypothèse hygiéniste auprès de la communauté scientifique, voire...

  • 22 avril 2013

    Le réseau de santé publique en santé au travail a réalisé un dépistage de l'amiantose, entre 2006 et 2010, auprès des travailleurs de sept métiers de la construction du Québec. En analysant les résultats des activités de ce dépistage, les intervenants de ce réseau ont rapporté déployer beaucoup d'énergie pour ne diagnostiquer que peu de cas. De plus, ils ont relaté avoir identifié, sur les radiographies de dépistage, d'autres anomalies graves comme de possibles cancers, sources d'anxiété chez les travailleurs. Le réseau de santé publique en santé au travail a alors demandé à l'Institut national de santé publique du Québec 1) d'établir la prévalence et l'incidence des anomalies parenchymateuses compatibles avec une amiantose et des autres anomalies reliées à l'exposition à l'amiante...

Pages

S'abonner à Maladie respiratoire