Maladie chronique

  • 2 juin 2022
     

    Principaux constats

    • En 2019, plus de 675 000 Québécois âgés d’un an et plus vivaient avec le diabète, soit 8,1 % de la population. La prévalence a presque doublé depuis 2001. Cette forte hausse semble s'expliquer notamment par le vieillissement de la...
  • 30 mars 2022

    Une augmentation de certaines résistances aux antibiotiques a été remarquée au Québec et ailleurs dans le monde, avec des conséquences importantes pour la santé humaine, la santé animale et l’économie. Un rapport récent du Conseil des académies canadiennes estime que, en 2018, plus de 5 000 décès étaient directement attribuables à la résistance aux antibiotiques et que celle-ci avait engendré des coûts additionnels de 1,4 milliard de dollars pour le système de santé. L’exposition aux antibiotiques contribue à la sélection de bactéries résistantes qui remplacent alors les bactéries sensibles. La surveillance de l’utilisation des antibiotiques peut ainsi contribuer à freiner cette augmentation de la résistance en permettant d’adapter les interventions de santé publique

    Le Système...

  • 7 avril 2021
     

    Messages clés

    • Les soins palliatifs ont pour objectif d’améliorer la qualité de vie des patients et de leurs familles face aux conséquences d’une maladie potentiellement mortelle (OMS). Ils visent à soulager la douleur physique et les...
  • 23 mars 2021

    L’électroconvulsivothérapie (ECT) est une intervention médicale utilisée pour certains troubles mentaux sévères qui résistent aux traitements par médicaments tels que la dépression majeure, la schizophrénie, la manie et plus rarement pour quelques conditions médicales graves.

    Cette étude portant sur le suivi de l’ECT dresse un portrait détaillé de l’utilisation de cette thérapie au Québec sur une période de vingt ans, soit de 1998 à 2018 :

    • En moyenne, sur 900 000 personnes traitées pour troubles mentaux chaque année au Québec, 827 (0,09 %) d’entre elles ont reçu de l’ECT;
    • L’ECT a été plus fréquemment administrée chez :
      • les femmes et les personnes âgées de plus de 65 ans, reflétant l’incidence relative plus élevée de la dépression majeure et la...
  • 9 février 2021

    La maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC) affecte environ 20 % de la population âgée de plus de 65 ans au Québec. Cette condition est souvent accompagnée de plusieurs autres maladies chroniques, augmentant ainsi les probabilités de recevoir un grand nombre de médicaments. Or, une utilisation importante de médicaments peut affecter l’adhésion aux traitements et accroître le risque d’effets indésirables et d’interactions médicamenteuses. Le fardeau pharmacologique des aînés atteints de MPOC au Québec est peu connu. Ce feuillet décrit les tendances dans la prévalence de la polypharmacie chez les aînés atteints de MPOC au Québec entre 2000 et 2015. Comme il n’existe pas de définition consensuelle de la polypharmacie, nous avons évalué trois définitions, soit l’usage par une même...

  • 11 novembre 2020

    Un vaccin sous-unitaire adjuvanté contre le zona (vaccin Zona-SU – Shingrix) est devenu disponible en Amérique du Nord en 2017. Après l’homologation du Zona-SU, de nombreuses questions ont été posées par des cliniciens au sujet de son utilisation chez des patients immunosupprimés de moins de 50 ans et chez des patients atteints de maladies chroniques qui sont à risque élevé de zona.

    En décembre 2017, le Comité sur l’immunisation du Québec (CIQ) a mandaté un groupe de travail pour réviser les preuves concernant la vaccination des personnes de 18 ans et plus immunosupprimés ou avec des maladies chroniques, sachant que plusieurs études étaient en cours sur ces sujets.

    Cet avis a comme objectif principal la revue des preuves existantes concernant le fardeau du zona dans les...

  • 26 octobre 2020

    En 2016-2017, 45,0 % des Québécois de plus de 65 ans avaient au moins deux maladies chroniques et 27,8 % en avaient trois et plus. Le traitement des maladies chroniques implique souvent l’usage d’un ou plusieurs médicaments. De ce fait, on constate que de plus en plus d’aînés reçoivent de multiples traitements pharmacologiques concomitants. Cet usage simultané de médicaments est nommé polypharmacie.

    Il n’existe pas de consensus sur la définition de polypharmacie, mais la consommation de cinq ou de dix médicaments sert souvent de seuil pour la caractériser. La polypharmacie peut s’avérer nécessaire pour traiter adéquatement les problèmes de santé de plusieurs aînés. Elle peut également entraîner des problèmes potentiels. En effet, l’usage de plusieurs médicaments augmente le...

  • 16 juin 2020

    L’asthme est un syndrome caractérisé par la présence de symptômes respiratoires persistants ou intermittents associés à une obstruction bronchique variable, généralement réversible, et par une hyperactivité bronchique. Pour la plupart des personnes atteintes, l’asthme se manifeste par des crises, en dehors desquelles la respiration est normale. Une maîtrise des symptômes et de la maladie aidera à prévenir ou à réduire au minimum les crises ainsi que le risque de complications, de morbidité et de mortalité.

    Au Québec, la surveillance de l’asthme est réalisée à partir des données du Système intégré de surveillance des maladies chroniques du Québec (SISMACQ). Ce court feuillet dresse un portrait de la prévalence et de l’incidence de l’asthme dans la population québécoise pour l’...

  • 25 mai 2020

    Chez certaines personnes, la consommation excessive ou chronique de substances psychoactives peut mener à l’émergence de troubles liés aux substances (TLS). Il est ici question de la consommation d’alcool, de cannabis, des drogues déclarées illicites ou de médicaments ayant un effet sur le système  nerveux central.

    Les TLS regroupent un ensemble de catégories diagnostiques, soit :

    1. Les troubles de l’utilisation d’une substance (TUS), qui sont définis par l’abus et la dépendance. En d’autres mots, le trouble réside dans le mode même de consommation de la substance;
    2. Les troubles induits par une substance, soit les troubles mentaux et les maladies physiques qui découlent directement de la consommation tels que les psychoses toxiques ou la cirrhose du foie;...
  • 3 avril 2020

    Les travaux présentés dans ce feuillet visent à déterminer si la multimorbidité physique et les troubles mentaux agissent en synergie pour augmenter le risque d’admissions fréquentes à l’urgence. Les objectifs spécifiques sont de : 1) estimer la prévalence des troubles mentaux selon le nombre de maladies chroniques physiques; 2) quantifier l’effet des maladies chroniques physiques et des troubles mentaux sur les admissions fréquentes à l’urgence.

    La prévalence des troubles mentaux est de 11,6 % en absence de maladie chronique physique et augmente à 31,4 % en présence de quatre maladies chroniques physiques ou plus.

    La présence de troubles mentaux et la multimorbidité physique sont toutes deux associées à une augmentation des admissions fréquentes à l’urgence.

    ...

Pages

Souscrire à Maladie chronique