Bactériémies nosocomiales panhospitalières
Résultats de surveillance 2013-2014

Entre le 1er avril 2013 et le 31 mars 2014, 77 installations de santé ont participé à la surveillance des bactériémies panhospitalières, pour un cumul de 4 149 763 jours-présence (tableau 1). Ces installations ont rapporté 2 689 bactériémies, survenues chez 2 495 patients. Le taux d’incidence total était de 5,4 cas par 10 000 jours-présence. Le taux d’incidence en 2013-2014 a diminué significativement par rapport au taux moyen de 2009-2013, dans les installations ayant participé à la surveillance pendant les deux périodes. Par rapport à 2012-2013, deux installations universitaires et 11 installations non universitaires se sont ajoutées à la surveillance. Les données ont été extraites le 15 mai 2014. Une validation des données est en cours afin de mieux comprendre les causes de la diminution inhabituelle du nombre de bactériémies.

Mise à jour : 14 juillet 2014

Tableau 1 – Évolution de la participation des installations à la surveillance des bactériémies panhospitalières, Québec, 2009-2010 à 2013-2014

 

2009-2010

2010-2011

2011-2012

2012-2013

2013-2014

Installations participantes (N)

61

58

60

64

77

Admissions (N)

425 935

403 502

417 280

486 272

539 766

Jours-présence (N)

3 407 223

3 259 186

3 275 332

3 797 385

4 149 763

Bactériémies (cat. 1a, 1b et 1c, N)

2 433

2 517

2 416

2 797

2 689

Patients infectés (N)

2 298

2 346

2 303

2 674

2 495

En 2013-2014, le taux d’incidence total était de 5,4 bactériémies par 10 000 jours-présence. Les taux d’incidence sont restés beaucoup plus élevés dans les unités de soins intensifs (USI) que dans les autres unités de soins (tableau 2). Les bactériémies primaires associées à un cathéter (BAC) étaient les plus fréquentes en USI (tableau 2 et figure 2), mais hors des soins intensifs, les taux d’incidence variaient selon la mission des installations: dans les installations universitaires, les bactériémies primaires non associées à un cathéter étaient les plus fréquentes, alors que dans les installations non universitaires, il s’agissait plutôt des bactériémies secondaires à une infection urinaire (tableau 2 et figure 3).

Figure 1 – Taux d’incidence des bactériémies pour chacun des types d’infection, selon la mission de l’installation, Québec, 2013-2014 (taux par 10 000 jours-présence [I.C. 95 %])

Figure 1 – Taux d’incidence des bactériémies pour chacun des types d’infection, selon la mission de l’installation, Québec, 2013-2014 (taux par 10 000 jours-présence [I.C. 95 %])

Figure 2 – Taux d’incidence des bactériémies aux soins intensifs, pour chacun des types d’infection, selon la mission de l’installation et le type d’unité de soins intensifs, Québec, 2013-2014 (taux par 10 000 jours-présence [I.C. 95 %])

Figure 2 – Taux d’incidence des bactériémies aux soins intensifs, pour chacun des types d’infection, selon la mission de l’installation et le type d’unité de soins intensifs, Québec, 2013-2014 (taux par 10 000 jours-présence [I.C. 95 %])

Figure 3 – Taux d’incidence des bactériémies hors des soins intensifs, pour chacun des types d’infection, selon la mission de l’installation, Québec, 2013-2014 (taux par 10 000 jours-présence [I.C. 95 %])

Figure 3 – Taux d’incidence des bactériémies hors des soins intensifs, pour chacun des types d’infection, selon la mission de l’installation, Québec, 2013-2014 (taux par 10 000 jours-présence [I.C. 95 %])

Tableau 2 – Taux d’incidence des bactériémies pour chacun des types d’infection, selon la mission de l’installation, la catégorie d’unité de soins et le type d’unité de soins intensifs, Québec, 2013-2014 (taux par 10 000 jours-présence [I.C. 95 %])

 

Bactériémies primaires

Bactériémies secondaires

Total

 

BAC

Non BAC

Urinaire

Abdominale

Pulmonaire

ISO

Autres**

Total hospitalisés

1,0
[0,9 - 1,1]

1,2
[1,1 - 1,3]

1,2
[1,1 - 1,3]

0,4
[0,3 - 0,5]

0,5
[0,5 - 0,6]

0,7
[0,6 - 0,8]

0,3
[0,2 - 0,4]

5,4
[5,2 - 5,7]

Universitaires

1,5
[1,4 - 1,7]

1,6
[1,4 - 1,8]

1,4
[1,2 - 1,6]

0,5
[0,4 - 0,6]

0,6
[0,5 - 0,8]

1,2
[1,0 - 1,3]

0,4
[0,3 - 0,5]

7,3
[7,0 - 7,7]

Non univ.

0,5
[0,4 - 0,6]

0,7
[0,6 - 0,8]

1,0
[0,9 - 1,2]

0,3
[0,2 - 0,4]

0,4
[0,3 - 0,5]

0,2
[0,2 - 0,3]

0,2
  [0,2 - 0,3]

3,5
 [3,2 - 3,7]

USI

5,5
[4,6 - 6,5]

2,2
[1,7 - 2,8]

1,8
[1,4 - 2,4]

0,7
[0,4 – 1,0]

2,2
 [1,7 - 2,9]

1,6
[1,2 - 2,1]

0,5
[0,2 - 0,8]

14,7
[13,2 - 16,2]

Univ. adultes

5,0
  [3,9 - 6,3]

2,8
 [2,0 - 3,8]

2,2
[1,5 - 3,1]

0,6
[0,3 - 1,1]

3,7
[2,7 - 4,8]

2,7
  [1,8 - 3,6]

0,6
  [0,3 - 1,1]

18,0
[15,7 - 20,4]

Non univ. adultes

3,6
[2,3 - 5,1]

1,1
  [0,5 - 2,1]

2,4
[1,4 - 3,7]

0,6
  [0,1 - 1,3]

1,0
[0,4 - 1,9]

0,9
[0,3 - 1,7]

0,3
[0,0 - 0,8]

9,8
[7,6 - 12,3]

Pédiatriques

12,3
  [5,6 - 21,6]

0,0*

0,0*

0,0*

0,0*

1,4
[0,0 - 5,3]

0,0*

13,6
[6,5 - 23,4]

Néonatales

8,5
[6,1 - 11,3]

2,4
[1,3 – 4,0]

0,4
[0,0 - 1,2]

1,0
[0,3 - 2,1]

0,6
[0,1 - 1,5]

0,0*

0,4
[0,0 - 1,2]

13,4
[10,4 - 16,8]

Hors USI

0,7
  [0,7 - 0,8]

1,1
[1,0 - 1,2]

1,2
[1,1 - 1,3]

0,4
[0,3 - 0,5]

0,4
[0,4 - 0,5]

0,7
[0,6 - 0,7]

0,3
[0,2 - 0,3]

4,8
[4,6 – 5,0]

Universitaires

1,1
[0,9 - 1,2]

1,5
[1,3 - 1,7]

1,4
[1,2 - 1,5]

0,5
  [0,4 - 0,6]

0,5
[0,4 - 0,6]

1,1
[1,0 - 1,3]

0,4
 [0,3 - 0,4]

6,4
[6,1 - 6,8]

Non univ.

0,4
[0,3 - 0,5]

0,7
[0,6 - 0,8]

1,0
[0,9 - 1,1]

0,3
[0,2 - 0,4]

0,4
[0,3 - 0,5]

0,2
[0,2 - 0,3]

0,2
[0,2 - 0,3]

3,3
[3,0 - 3,5]

* Lorsque le taux d’incidence est égal à 0, l’intervalle de confiance [I.C.] n’est pas calculé.
** Cette colonne inclut, outre la catégorie « Autres », les bactériémies en HD, les bactériémies secondaires à une infection de la peau et des tissus mous ainsi que des os et des articulations.

Le taux d’incidence 2013-2014 a diminué significativement par rapport au taux moyen de 2009-2013 (p = 0,05, tableau 3). Cette diminution découle de la diminution significative observée dans les installations universitaires (p < 0,01), alors que le taux dans les installations non universitaires est demeuré stable. Cette tendance à la baisse depuis 2009-2013 s’observe pour tous les types de bactériémie, hormis les bactériémies primaires non associées à un cathéter et les bactériémies secondaires à une infection de site opératoire (figure 4). Les variations plus importantes observées dans les BAC (p < 0,01), les bactériémies primaires non associées à un cathéter (p < 0,01) ainsi que les bactériémies secondaires à une infection abdominale (p = 0,04) ou pulmonaire (p < 0,01) sont significatives.

Figure 4 – Évolution des taux d’incidence des bactériémies, selon le type d’infection, dans les installations ayant participé antérieurement à la surveillance (N = 64), Québec, 2009-2013 et 2013-2014 (taux par 10 000 jours-présence [I.C. 95 %])

Figure 4 – Évolution des taux d’incidence des bactériémies, selon le type d’infection, dans les installations ayant participé antérieurement à la surveillance (N = 64), Québec, 2009-2013 et 2013-2014 (taux par 10 000 jours-présence [I.C. 95 %])

Tableau 3 – Évolution des taux d’incidence des bactériémies, selon la mission de l’installation, dans les installations ayant participé antérieurement à la surveillance (N = 64), Québec, 2009-2010 et 2013-2014 (taux par 10 000 jours-présence [I.C. 95 %])

 

Nombre d’installations

Taux d’incidence

2009-2013

2013-2014

Installations universitaires

22

8,2 [7,9 - 8,4]

7,4 [7,0 - 7,8]

Installations non universitaires

42

3,7 [3,5 - 3,8]

3,7 [3,4 - 4,0]

Total

64

6,0 [5,9 - 6,1]

5,7 [5,5 - 6,0]

L’âge des patients atteints d’une bactériémie allait de 0 à 101 ans, avec un âge médian de 68 ans. Bien que les taux d’incidence soient plus élevés en USI, la plupart des bactériémies sont survenues hors USI (70 %, tableau 4 et figure 5). Alors que les BAC étaient les plus fréquentes dans les USI, hors des USI, il s’agissait plutôt des bactériémies secondaires à une infection urinaire. Dans les installations universitaires, les bactériémies primaires non associées à un cathéter étaient les plus fréquentes et dans les installations non universitaires, il s’agissait plutôt des bactériémies secondaires à une infection urinaire (tableau 4 et figure 6).

Figure 5 – Répartition des cas selon la catégorie d’unité de soins et le type d’unité de soins intensifs, Québec, 2013-2014 (%)

Figure 5 – Répartition des cas selon la catégorie d’unité de soins et le type d’unité de soins intensifs, Québec, 2013-2014 (%)

Figure 6 – Répartition des cas selon le type d’infection, pour les installations universitaires et pour les installations non universitaires, Québec, 2013-2014 (%)

Figure 6 – Répartition des cas selon le type d’infection, pour les installations universitaires et pour les installations non universitaires, Québec, 2013-2014 (%)Figure 6 – Répartition des cas selon le type d’infection, pour les installations universitaires et pour les installations non universitaires, Québec, 2013-2014 (%)

Tableau 4 – Nombre de chacun des types d’infection, selon la mission de l’installation, la catégorie d’unité de soins et le type d’unité de soins intensifs, Québec, 2013-2014 (N)

 

Bactériémies primaires

Bactériémies secondaires

Total

 

BAC

Non BAC

HD

Urinaire

Abdominale

Pulmonaire

ISO

Autres*

Total

507           

618           

137           

568           

178           

229           

309           

143           

2689           

Universitaires

381           

429           

96           

317           

111           

140           

257           

85           

1816           

Non universitaires

126           

189           

41           

251           

67             

89                 

52           

58           

873           

Total hospitalisés

426           

483           

23           

506           

169           

222           

300           

123           

2252           

Universitaires

322           

338           

18           

293           

106           

137           

250           

78           

1542           

Non universitaires

104           

145           

5           

213           

63              

85           

50           

45

710

USI

140           

56           

4           

47           

17              

57           

41           

12           

374           

Universitaires adultes

64           

36           

4           

28           

8              

47           

34           

8           

229           

Non universitaires adultes

25           

8           

0           

17           

4              

7      

6           

2           

69           

Pédiatriques

9           

0           

0           

0           

0                  

0                

1           

0           

10           

Néonatales

42           

12           

0           

2           

5                 

3                  

0           

2           

66           

Hospitalisations hors USI

286           

427           

19           

459           

152           

165           

259           

111           

1878           

Universitaires

207           

290           

14           

263           

93         

87                

215           

68           

1237           

Non universitaires

79           

137           

5           

196           

59              

78                   

44           

43           

641           

Ambulatoire

81           

135           

114           

62           

9           

7          

9           

20           

437           

Universitaires

59           

91           

78           

24           

5           

3           

7           

7           

274           

Non universitaires

22           

44           

36           

38           

4           

4           

2           

13           

163           

* Cette colonne inclut, outre la catégorie « Autres », les bactériémies secondaires à une infection de la peau et des tissus mous ainsi que des os et des articulations.

Dix-sept pour cent (17 %) des cas de bactériémie se sont conclus par un décès dans les 30 jours suivant le début de la maladie (tableau 5). La létalité est plus élevée parmi les patients dont la bactériémie est secondaire à une infection pulmonaire (tableau 5 et figure 7).

Figure 7 – Létalité à 30 jours pour chacun des types d’infection, Québec, 2013-2014 (%)

Figure 7 – Létalité à 30 jours pour chacun des types d’infection, Québec, 2013-2014 (%)

Tableau 5 – Létalité à 10 jours et à 30 jours pour chacun des types d’infection, Québec, 2013-2014 (N, %)

 

Bactériémies (N)

Décès à 10 jours

Décès à 30 jours

 

N

%

N

%

Bactériémies primaires

         

   BAC

507

43

8

69

14

   Non BAC

618

60

10

99

16

   HD

137

14

10

21

15

Bactériémies secondaires

         

   Urinaire

568

43

8

84

15

   Intra-abdominal

178

30

17

44

25

   Pulmonaire

229

63

28

85

37

   Site chirurgical

309

15

5

30

10

   Peau et tissus mous

70

5

7

8

11

   Os et articulations

16

0

0

1

6

   Autres

57

5

9

10

18

Total

2 689

278

10

451

17

Les deux microorganismes le plus fréquemment isolés chez tous les cas ainsi que chez les cas décédés à 30 jours étaient le Staphylococcus aureus et le Escherichia coli (figure 8 et tableau 6). Le Staphylococcus aureus était le microorganisme le plus fréquemment isolé chez les patients faisant une BAC, une bactériémie associée à l’hémodialyse ou une bactériémie secondaire à une infection d’un site opératoire (figure 9 et tableau 6). Pour les bactériémies primaires non BAC ainsi que les bactériémies secondaires à une infection urinaire, pulmonaire ou abdominale, les microorganismes les plus fréquents étaient les entérobactéries. Sept pour cent (7 %) de l’ensemble des cas ont fait une infection polymicrobienne.

Figure 8 – Répartition des catégories de microorganismes isolés, pour tous les cas (n = 2 923) et pour les cas décédés à 30 jours (N = 495), Québec, 2013-2014 (%)

Tous les microorganismes isolés 
Figure 8 – Répartition des catégories de microorganismes isolés, pour tous les cas (n = 2 923) et pour les cas décédés à 30 jours (N = 495), Québec, 2013-2014 (%)  Tous les microorganismes isolés

                                             Microorganismes isolés – décès à 30 jours

Figure 8 – Répartition des catégories de microorganismes isolés, pour tous les cas (n = 2 923) et pour les cas décédés à 30 jours (N = 495), Québec, 2013-2014 (%) Microorganismes isolés – décès à 30 jours

Figure 9 – Répartition des catégories de microorganismes isolés, pour chacun des types d’infection, Québec, 2013-2014 (%)

Figure 9 – Répartition des catégories de microorganismes isolés, pour chacun des types d’infection, Québec, 2013-2014 (%)

Tableau 6 – Répartition des catégories de microorganismes isolés dans les hémocultures, pour chacun des types d’infection et chez les cas décédés à 30 jours, Québec, 2013-2014 (N, %)

Microorganismes

Bactériémies primaires

Bactériémies secondaires

Total*

Létalité à
30 jours 

BAC

Non BAC

HD

Urinaire

Abdominale

Pulmonaire

ISO

N

%

Entérobactéries

67

341

18

425

95

73

86

1141

167

14,6

   E. coli

12

179

2

279

46

26

40

601

84

14,0

   Klebsiella sp.

24

93

3

79

34

31

21

294

46

15,6

   Autres entérobactéries

31

69

13

67

15

16

25

246

37

15,0

S. aureus

174

78

83

38

5

68

103

606

117

19,3

SCN

139

26

13

13

2

6

12

215

21

9,8

Enterococcus sp.

59

75

9

54

39

10

23

278

56

20,1

Candida sp.

57

29

2

21

15

4

19

150

50

33,3

Anaérobies

2

28

1

2

12

4

41

95

10

10,5

Pseudomonas sp.

10

31

3

35

9

26

10

132

23

17,4

S. lugdunensis

2

0

3

2

0

1

1

9

2

22,2

Autres

48

86

10

14

21

52

38

297

49

16,5

Total

558

694

142

604

198

244

333

2 923

495

16,9

* Cette colonne inclut, en plus de la somme des colonnes précédentes, les bactériémies secondaires à une infection de la peau et des tissus mous, des os et articulations ou d’un autre foyer.

La proportion de S. aureus résistants à l’oxacilline (SARM) parmi les bactériémies à S. aureus était de 17 % (101 / 602) pour l’ensemble des unités de soins, une proportion en baisse relativement constante depuis 2009 (tableau 7 et figure 10). La fréquence de la résistance à la vancomycine parmi les Enterococcus faecium et E. faecalis  (5 %) est relativement stable par rapport aux années 2009-2013. Les bactériémies associées à une entérobactérie résistante aux carbapénèmes demeuraient un phénomène relativement rare au Québec.

Tableau 7 – Proportion de souches testées et proportion de résistance aux antibiotiques pour certains microorganismes isolés, Québec, 2013-2014 (N, %)

Microorganismes

Antibiotiques

Isolés
N

Testés

Résistants

N

%

N

%

Staphylococcus aureus

Oxacilline

606

602

99,3

101

16,8

Enterococcus faecium

Vancomycine

78

78

100,0

10

12,8

Enterococcus faecalis

Vancomycine

142

141

99,3

0

0,0

Klebsiella (pneumoniae-oxytoca)

CSE 4

8

7

87,5

0

0,0

Imipénème ou méropénème

8

4

50,0

0

0,0

Multirésistant 1

8

8

100,0

0

0,0

Escherichia coli

CSE 4

601

507

84,4

68

13,4

Fluoroquinolones 3

601

548

91,2

145

26,5

Imipénème ou méropénème

601

163

27,1

0

-

Multirésistant 1

601

536

89,2

39

7,3

Enterobacter sp.

CSE 4

133

110

82,7

16

14,5

Imipénème ou méropénème

133

80

60,2

0

0,0

Multirésistant 1

133

106

79,7

1

0,9

Pseudomonas sp.

Amikacine, gentamicine ou tobramycine

132

109

82,6

4

3,7

CSE 2

132

122

92,4

9

7,4

Fluoroquinolones 2

132

125

94,7

13

10,4

Imipénème ou méropénème

132

113

85,6

14

12,4

Pipéracilline-tazobactam

132

100

75,8

6

6,0

Multirésistant 2

132

126

95,5

9

7,1

Acinetobacter sp.

Imipénème ou méropénème

13

6

46,2

0

0,0

Multirésistant 3

13

6

46,2

0

0,0

CSE 4 : cefepime, cefotaxime, ceftazidime ou ceftriaxone; CSE 2 : cefepime ou ceftazidime. 
Fluoroquinolones 3 : ciprofloxacine, lévofloxacine ou moxifloxacine; fluoroquinolones 2 : ciprofloxacine ou lévofloxacine.
Multirésistant 1 : intermédiaire ou résistant à un agent dans trois des cinq classes suivantes : céphalosporines 4, fluoroquinolones 3, aminoglycosides, carbapénèmes, pipéracilline ou pipéracilline-tazobactam.
Multirésistant 2 : intermédiaire ou résistant à un agent dans trois des cinq classes suivantes : céphalosporines 2, fluoroquinolones 2, aminoglycosides, carbapénèmes, pipéracilline ou pipéracilline-tazobactam.
Multirésistant 3 : intermédiaire ou résistant à un agent dans trois des six classes suivantes : céphalosporines 2, fluoroquinolones 2, aminoglycosides, carbapénèmes, pipéracilline ou pipéracilline-tazobactam, ampicilline-sulbactam.

Figure 10 – Évolution des proportions de résistance aux antibiotiques pour les bactéries à Gram positif, pour les bactéries à Gram négatif et pour les Pseudomonas sp., Québec, 2009-2010 à 2013-2014 (%)

Figure 10 – Évolution des proportions de résistance aux antibiotiques pour les bactéries à Gram positif, pour les bactéries à Gram négatif et pour les Pseudomonas sp., Québec, 2009-2010 à 2013-2014 (%)

Les percentiles des taux d’incidence des installations universitaires ont beaucoup diminué comparativement aux percentiles des années 2009-2010 à 2012-2013 (tableau 8 et figure 11). Ce n’est pas le cas pour les installations non universitaires (tableau 9 et figure 12), malgré l’arrivée de 11 nouvelles installations. Nous conseillons aux installations de comparer leur taux 2013-2014 à leurs taux des années précédentes, ainsi qu’aux taux des installations comparables (universitaires ou non universitaires).

Figure 12 – Taux d’incidence des bactériémies par installation (2013-2014) et percentiles des taux d’incidence (2009-2010 à 2012-2013) pour les installations non universitaires, Québec, 2013-2014

Figure 11 – Taux d’incidence des bactériémies par installation (2013-2014) et percentiles des taux d’incidence (2009-2010 à 2012-2013) pour les installations universitaires, Québec, 2013-2014

Tableau 8 – Évolution des taux d’incidence des bactériémies par installation et percentiles des taux, pour les installations universitaires, Québec, 2009-2013 et 2013-2014 (taux par 10 000 jours-présence [I.C. 95 %])

Installation

2009-2013

2013-2014

1

HÔPITAL CHARLES LEMOYNE

5,0

[4,4 - 5,6]

4,8

[3,7 - 6,1]

2

HÔPITAL DE L'ENFANT-JÉSUS

8,8

[7,3 - 10,5]

8,5

[7,0 - 10,2]

3

HÔPITAL ROYAL VICTORIA

14,5

[13,5 - 15,6]

14,5

[12,4 - 16,8]

4

HÔPITAL NOTRE-DAME DU CHUM

11,9

[11,0 - 12,9]

10,1

[8,4 - 12,0]

6

L'HÔPITAL DE MONTRÉAL POUR ENFANTS

13,6

[11,7 - 15,5]

15,8

[11,9 - 20,3]

7

PAVILLON L'HÔTEL-DIEU DE QUÉBEC

12,0

[10,7 - 13,5]

13,5

[11,2 - 16,1]

8

PAV. MAISONNEUVE/PAV. MARCEL-LAMOUREUX

8,2

[7,5 - 8,9]

7,3

[6,1 - 8,6]

13

INSTITUT DE CARDIOLOGIE DE MONTRÉAL

-

 

1,6

[0,6 - 3,1]

15

HÔPITAL FLEURIMONT

6,5

[5,8 - 7,3]

6,4

[5,0 – 8,0]

18

HÔTEL-DIEU DE LÉVIS

8,0

[5,6 - 10,8]

7,5

[5,1 - 10,3]

20

HÔPITAL DE CHICOUTIMI

3,5

[2,9 - 4,1]

4,9

[3,6 - 6,5]

21

HÔPITAL SAINT-LUC DU CHUM

16,9

[15,6 - 18,2]

13,4

[11,2 - 15,7]

22

HÔTEL-DIEU DU CHUM

10,0

[8,9 - 11,1]

10,1

[8,0 - 12,4]

24

HÔPITAL DU SAINT-SACREMENT

1,6

[0,7 - 2,8]

1,1

[0,4 - 2,1]

25

HÔPITAL DU SACRÉ-COEUR DE MONTRÉAL

7,6

[6,9 - 8,4]

7,3

[6,0 - 8,8]

27

PAVILLON CH DE L'UNIVERSITÉ LAVAL

2,5

[1,9 - 3,1]

4,1

[3,1 - 5,3]

28

PAVILLON SAINT-FRANÇOIS D'ASSISE

4,4

[3,6 - 5,2]

4,0

[2,8 - 5,4]

29

HÔPITAL GÉNÉRAL DE MONTRÉAL

10,4

[9,5 - 11,4]

7,5

[5,8 - 9,4]

30

HÔTEL-DIEU DE SHERBROOKE

5,8

[4,9 - 6,7]

4,7

[3,2 - 6,5]

31

PAVILLON SAINT-JOSEPH

4,4

[3,8 - 5,0]

5,3

[4,1 - 6,6]

33

INSTITUT UNIVERSITAIRE DE CARDIOLOGIE ET DE PNEUMOLOGIE DE QUÉBEC

4,8

[4,1 - 5,5]

3,2

[2,1 - 4,4]

116

INSTITUT THORACIQUE DE MONTRÉAL

3,5

[2,4 - 4,8]

0,5

[0,0 - 1,9]

118

HÔPITAL NEUROLOGIQUE DE MONTRÉAL

4,1

[2,9 - 5,5]

2,0

[0,6 - 4,2]

 

10e percentile

3,1

1,7

 

25e percentile

4,6

1,4

 

50e percentile

6,9

2,8

 

74e percentile

11,0

3,8

 

90e percentile

14,3

4,8

Tableau 9 – Évolution des taux d’incidence des bactériémies par installation et percentiles des taux, pour les installations non universitaires, Québec, 2009-2013 et 2013-2014 (taux par 10 000 jours-présence [I.C. 95 %])

Installation

2009-2013

2013-2014

9

HÔPITAL DU HAUT-RICHELIEU

6,5

[5,7 - 7,4]

4,6

[3,3 - 6,1]

10

HÔPITAL PIERRE-BOUCHER

4,6

[3,7 - 5,6]

2,6

[1,7 - 3,7]

11

HÔPITAL PIERRE-LE GARDEUR

3,4

[2,9 - 4,0]

5,2

[3,9 - 6,7]

14

CENTRE HOSPITALIER RÉGIONAL DE LANAUDIÈRE

5,4

[4,6 - 6,2]

6,7

[5,1 - 8,5]

16

HÔPITAL RÉGIONAL DE RIMOUSKI

5,8

[4,8 - 6,8]

5,3

[3,5 - 7,5]

23

HÔTEL-DIEU D'ARTHABASKA

2,9

[2,2 - 3,6]

2,9

[1,6 - 4,5]

26

HÔPITAL DE VERDUN

5,6

[4,8 - 6,5]

4,1

[2,8 - 5,7]

32

CENTRE HOSPITALIER RÉGIONAL DU GRAND-PORTAGE

3,8

[2,8 - 4,9]

5,1

[2,8 - 8,0]

34

HÔPITAL SANTA CABRINI

-

 

3,9

[2,8 - 5,1]

35

HÔPITAL HONORÉ-MERCIER

-

 

2,2

[1,2 - 3,5]

37

HÔTEL-DIEU DE SOREL

4,0

[3,2 - 5,0]

3,3

[1,9 - 5,1]

38

HÔPITAL JEAN-TALON

6,1

[5,2 - 7,1]

4,4

[2,8 - 6,4]

39

HÔPITAL DE GATINEAU

2,5

[1,9 - 3,2]

3,3

[2,1 - 4,9]

40

HÔPITAL DE HULL

3,2

[2,6 - 3,9]

4,9

[3,3 - 6,7]

41

HÔPITAL DU CENTRE-DE-LA-MAURICIE

2,6

[1,9 - 3,4]

1,0

[0,3 - 2,1]

42

HÔPITAL ANNA-LABERGE

-

 

2,8

[1,8 - 4,1]

44

HÔPITAL SAINTE-CROIX

3,3

[2,6 - 4,1]

2,9

[1,7 - 4,4]

45

HÔPITAL DE SAINT-EUSTACHE

2,9

[2,3 - 3,5]

3,5

[2,4 - 4,9]

46

HÔPITAL DE GRANBY

2,3

[1,7 - 3,1]

1,9

[0,8 - 3,4]

47

HÔPITAL DE ROUYN-NORANDA

1,7

[1,0 - 2,6]

4,7

[2,3 - 7,9]

49

CSSS MEMPHRÉMAGOG

-

 

0,7

[0,0 - 2,8]

52

CH HÔTEL-DIEU D'AMOS

1,9

[1,1 - 2,8]

1,4

[0,3 - 3,5]

53

HÔPITAL DE CHANDLER

3,7

[2,3 - 5,4]

3,6

[1,1 - 7,5]

56

CENTRE DE SANTÉ ET DE SERVICES SOCIAUX D'ARGENTEUIL

-

 

2,8

[0,3 - 8,1]

58

HÔPITAL DU SUROÎT

4,4

[3,6 - 5,3]

4,4

[2,9 - 6,2]

59

HÔPITAL DE BAIE-SAINT-PAUL

-

 

0,0

 

61

HÔPITAL NOTRE-DAME-DE-FATIMA

1,0

[0,3 - 2,3]

0,0

 

63

HÔPITAL DE SAINT-GEORGES

3,1

[2,3 - 3,9]

4,0

[2,3 - 6,2]

64

HÔPITAL LE ROYER

1,8

[1,1 - 2,7]

1,5

[0,4 - 3,4]

67

HÔPITAL ET CENTRE DE RÉADAPTATION DE JONQUIÈRE

2,0

[1,4 - 2,8]

1,0

[0,3 - 2,3]

71

HÔPITAL DE MATANE

0,6

[0,1 - 1,4]

0,0

 

72

HÔPITAL ET CENTRE D'HÉBERGEMENT DE SEPT-ÎLES

2,4

[1,4 - 3,8]

2,9

[1,1 - 5,4]

74

HÔPITAL DE DOLBEAU-MISTASSINI

2,9

[1,8 - 4,3]

1,9

[0,4 - 4,7]

75

CSSS DU GRANIT

-

 

2,1

[0,2 - 5,9]

77

HÔPITAL D'AMQUI

1,9

[0,8 - 3,6]

0,0

 

81

HÔPITAL DE MONT-LAURIER

1,7

[0,9 - 2,9]

3,5

[1,3 - 7,0]

82

PAVILLON SAINTE-FAMILLE

-

 

0,0

 

84

HÔPITAL DE NOTRE-DAME-DU-LAC

0,0

 

2,4

[0,2 - 6,8]

85

CSSS DU HAUT-SAINT-MAURICE

0,6

[0,1 - 1,9]

0,0

 

86

HÔPITAL DE LA MALBAIE

-

 

2,3

[0,2 - 6,5]

88

HÔPITAL, CLSC ET CENTRE D'HÉBERGEMENT DE ROBERVAL

3,0

[2,1- 4,0]

2,6

[1,1 - 4,8]

89

HÔPITAL DE MONTMAGNY

2,2

[1,3 - 3,3]

3,2

[1,2 - 6,4]

91

HÔPITAL HÔTEL-DIEU DE GASPÉ

3,0

[1,6 - 4,8]

3,9

[1,0 - 8,6]

95

HÔPITAL DU PONTIAC

   

0,0

 

96

CENTRE DE SANTÉ DE CHIBOUGAMAU

0,4

[0,0 - 1,4]

3,1

[0,3 - 8,9]

99

HÔPITAL BROME-MISSISQUOI-PERKINS

3,6

[2,6 - 4,8]

2,8

[1,2 - 5,1]

101

HÔPITAL RÉGIONAL DE SAINT-JÉRÔME

5,1

[4,4 - 5,8]

5,6

[4,3 - 7,1]

103

HÔPITAL LAURENTIEN

1,2

[0,7 - 1,9]

0,7

[0,1 - 2,1]

107

HÔPITAL DE L'ARCHIPEL

1,4

[0,1 - 3,9]

0,0

 

109

HÔPITAL DE SAINTE-ANNE-DES-MONTS

1,2

[0,3 - 2,7]

1,2

[0,0 - 4,8]

111

HÔPITAL DE PAPINEAU

0,8

[0,3 - 1,5]

1,5

[0,3 - 3,6]

112

HÔPITAL D'ALMA

3,0

[2,1 - 4,0]

3,1

[1,5 - 5,3]

113

HÔPITAL DE THETFORD MINES

-

 

2,8

[1,1 - 5,2]

130

HÔPITAL BARRIE MEMORIAL

-

 

1,6

[0,1 - 4,5]

 

10e percentile

0,0

0,0

 

25e percentile

1,4

1,4

 

50e percentile

2,7

2,8

 

74e percentile

3,9

3,8

 

90e percentile

5,7

4,8

BAC : bactériémie primaire associée à un cathéter
HD : hémodialyse
I. C. 95 % : intervalle de confiance à 95 %
ISO : infection d’un site opératoire
Non BAC : bactériémie primaire non associée à un cathéter
SCN : staphylocoque à coagulase négative
USI : unité de soins intensifs

Comité de surveillance provinciale des infections nosocomiales (SPIN) – bactériémies panhospitalières

Rédacteurs 

Alex Carignan, Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke

Élise Fortin, Direction des risques biologiques et de la santé au travail, Institut national de santé publique du Québec

Muleka Ngenda-Muadi, Direction des risques biologiques et de la santé au travail, Institut national de santé publique du Québec

Isabelle Rocher, Direction des risques biologiques et de la santé au travail, Institut national de santé publique du Québec

Mélissa Trudeau, Direction des risques biologiques et de la santé au travail, Institut national de santé publique du Québec

Fichier Version EPUB (220.45 Ko)