Consommation de drogues et médicaments non prescrits chez la population générale

Les données présentées dans cette page donnent un aperçu récent de la consommation de drogues, autres que le cannabis, chez la population québécoise âgée de 15 ans et plus.

Consommation de drogues au cours des 12 derniers mois

Situation actuelle

Consommateurs de drogues : personnes qui ont pris ou essayé, au moins une fois au cours de la dernière année, de la cocaïne ou du crack, de l'ecstasy, du crystal meth (ou méthamphétamines), d'autres amphétamines, des drogues hallucinogènes, du GHB, de l'héroïne ou des médicaments non prescrits pour avoir un effet.

Les données issues de l'Enquête québécoise sur la santé de la population (EQSP) de 2020-2021 indiquent que 4,3 % des Québécois de 15 ans et plus ont consommé de la drogue au cours de la dernière année. Cette proportion est plus élevée chez les hommes que chez les femmes (5,0 % c. 3,7 %). Les adolescents et les jeunes adultes de 15 à 24 ans (7,2 %) de même que les personnes âgées de 25 à 44 ans (6,9 %) sont plus nombreux en proportion que les individus des autres groupes d’âge à avoir consommé de la drogue au cours des 12 derniers mois.

Les données de l'EQSP permettent également de constater que 1,5 % des Québécois de 15 ans et plus ont consommé des drogues hallucinogènes au cours des 12 derniers mois, 1,4 % ont consommé de la cocaïne ou du crack, 1,0 % de l'ecstasy, 0,5 % des amphétamines, 0,3 % du crystal meth ou des méthamphétamines et 0,3 % du GHB. À l'exception de l'ecstasy où aucune différence significative n'est constatée entre les sexes, les hommes sont proportionnellement plus nombreux que les femmes à avoir consommé les drogues étudiées au cours des 12 derniers mois (non illustré).

Figure 1 - Consommation de drogues au cours des 12 derniers mois selon le genre, l'âge et les drogues consommées, population de 15 ans et plus, Québec, 2020-2021

 

Portrait évolutif

Selon les deux derniers cycles de l'EQSP, la proportion de consommateurs de drogues au cours des 12 derniers mois a diminué au Québec, passant de 5,2 % en 2014-2015 à 4,3 % en 2020-2021. La diminution est significative chez les femmes (4,5 % à 3,7 %) et les 15 à 24 ans (13,4 % à 7,2 %). Pour les hommes et les groupes d'âge de 25 ans et plus, l'enquête n’a pas permis de détecter de variation statistiquement significative depuis 2014-2015.

Figure 2 - Évolution de la consommation de drogues au cours des 12 derniers mois selon le genre et l'âge, population de 15 ans et plus, Québec, 2014-2015a et 2020-2021

 

a Les valeurs présentées dans cette figure ne représentent pas les estimations officielles de l'édition de l'EQSP 2014-2015. L'indicateur étant affecté par le mode de collecte, les tests statistiques sont effectués avec les données du volet multimode seulement. Ceci permet d'analyser l'évolution du phénomène avec 2020-2021. 
* Coefficient de variation entre 15 % et 25 %; interpréter avec prudence.

Consommation de médicaments non prescrits, y compris des opioïdes, au cours des 12 derniers mois

Consommateurs de médicaments non prescrits : personnes qui ont pris ou essayé, au moins une fois au cours de la dernière année, des médicaments non prescrits, y compris des opioïdes, pour avoir un effet.

Selon l'EQSP de 2020-2021, 3,5 % des québécois âgées de 15 ans et plus ont consommé des médicaments non prescrits, y compris des opioïdes, au cours des 12 derniers mois. Aucune différence significative n'est observée entre les hommes et les femmes, mais on constate que les 15-24 ans (5,1 %) sont plus nombreux en proportion que les 25 ans et plus (entre 3,2 % et 3,4 %) à avoir consommé des médicaments non prescrits, y compris des opioïdes, au cours des 12 derniers mois.

Figure 3 - Consommation de médicaments non prescrits, y compris des opioïdes, au cours des 12 derniers mois selon le genre et l'âge, population de 15 ans et plus, Québec, 2020-2021

 

Notes méthodologiques

Les médicaments non prescrits contenant des opioïdes réfèrent, entre autres, à la codéine, l'oxycodone, l'OxyContin, l'hydromorphone, la morphine, le fentanyl, le Tylenol avec codéine, le Percocet ou le Percodan. Les autres médicaments non prescrits consommés pour avoir un effet réfèrent, entre autres, au dilaudid ou aux benzodiazépines comme du valium ou des ativans, etc. (du librium, du dalmane, de l'halcion, du ritalin, de la morphine, de la codéine, etc.)

Source

Institut de la statistique du Québec, Enquête québécoise sur la santé de la population, 2014-2015, 2020-2021.

L'Enquête québécoise sur la santé de la population (EQSP) a été réalisée afin de fournir de l'information nécessaire à l'exercice de la fonction de surveillance continue de l'état de santé de la population québécoise. L’EQSP vise à combler des besoins d’information prioritaires sur l’état de santé et le bien-être de la population au Québec et sur leurs déterminants.

Le questionnaire de l'EQSP 2020-2021 est disponible sur le site web de l'Institut de la statistique du Québec : la consommation de drogues et médicaments débute à la page 66.

Dernière mise à jour :