Cancer du col utérin

  • 2 octobre 2013

    L'infection au virus du papillome humain (VPH) est l'une des infections transmissibles sexuellement les plus fréquentes dans le monde. Le VPH affecte aussi bien les femmes que les hommes. Sa prévalence varie selon le site anatomique, l'âge et la région géographique, avec une prédominance du VPH 16.

    Le VPH joue un rôle causal dans la genèse de plusieurs sièges de cancer. Il est retrouvé dans près de 100 % des cas de cancer du col utérin, dans 40 % à 80 % de certains autres cancers anogénitaux (anus, vulve, vagin et pénis) et dans 47 % à 70 % des cas de cancer de l'oropharynx. Il est également retrouvé dans 10 % à 14 % des cas de cancers de la cavité orale et du larynx, bien que son rôle dans l'étiologie de ces deux sièges de cancer demeure à confirmer.

    Dans le but d'...

  • 22 novembre 2011

    Population visée par le dépistage

    Toute femme active sexuellement ou qui l'a été dans le passé.

    Les activités sexuelles incluent toutes formes de contact génital avec ou sans pénétration vaginale, avec des partenaires masculins ou féminins.

    À quel âge commencer le dépistage?

    L'âge recommandé pour amorcer le dépistage est de 21 ans.

    Toutefois, chez les femmes qui n'ont pas encore eu de relations sexuelles à cet âge, le dépistage peut être retardé. Exceptionnellement, et selon le contexte clinique, le dépistage pourrait débuter plus tôt, par exemple chez les jeunes femmes immunodéprimées.

    À quelle fréquence devrait-on faire un examen de dépistage?

    L'intervalle...

  • 22 novembre 2011

    Population targeted by the screening

    All women who are sexually active or were in the past.

    Sexual activities include all types of genital contact, with or without vaginal penetration, with male or female partners.

    At what age should screening begin?

    The recommended age to begin screening is 21.

    However, screening can be delayed for women who have not yet had sexual activity at this age. Exceptionally and based on the clinical context, screening may begin earlier, for example, among immunodepressed young women.

    How often should one have a screening test?

    The recommended interval between screening tests is two to three years.

    At what age should...

  • 31 mars 2011

    Le projet pilote soumis à l'examen du Comité d'éthique de santé publique et faisant l'objet du présent avis vise à augmenter la participation au dépistage du cancer du col utérin des femmes n'ayant jamais subi de cytologie cervicale (ou test de Papanicolaou, aussi appelé test Pap) ou n'en ayant pas eu depuis trois ans ou plus. Le moyen privilégié est l'envoi d'une lettre personnalisée invitant les femmes à se faire dépister. Le caractère personnalisé de la lettre tient à ce qu'elle est adressée directement à la femme et qu'elle lui souligne sa situation à l'égard du dépistage, selon les dossiers consultés; cette situation ne répondant pas aux recommandations des experts. Une lettre de rappel est prévue 90 jours après la première lettre, si la femme n'a pas donné suite à l'invitation de...

  • 1 juillet 2010

    In 2007, the Comité sur l'immunisation du Québec (CIQ) recommended the establishment of a human papillomavirus (HPV) immunization program with the main objective of reducing the incidence of cervical cancer. In its recommendation paper, the CIQ pointed out the importance of measuring the impact of such a program and the necessary complementarity that should exist between the immunization program and cancer screening activities. However, it was not within the organization's mandate to issue specific recommendations regarding screening.

    The present recommendation paper is an extension of the CIQ's recommendations. Its objectives are to clarify the relevance of cervical cancer screening now that vaccination is on its way, to document the current weaknesses in screening, and most...

  • 1 mai 2009

    En 2007, le Comité sur l'immunisation du Québec (CIQ) recommandait la mise en place d'un programme d'immunisation contre les virus du papillome humain (VPH) dont l'objectif principal était de réduire l'incidence du cancer du col utérin. Dans son avis, le CIQ faisait ressortir l'importance de mesurer l'impact de ce programme et la nécessaire complémentarité qui devrait exister avec les activités de dépistage de ce cancer. Cependant, il n'était pas dans son mandat d'émettre des recommandations précises à l'égard du dépistage.

    Le présent avis s'inscrit en continuité avec l'avis du CIQ. Il a comme objectif de préciser la pertinence du dépistage du cancer du col utérin maintenant que la vaccination est à nos portes, de documenter les lacunes actuelles du dépistage, et surtout, d'...

S'abonner à Cancer du col utérin