Altitude et acclimatation
Pathologies liées à l’altitude

(Consensus du Lac Louise sur la Définition de la maladie de haute altitude, International Society of Mountain Medicine 2001)

Mal aigu des montagnes (MAM)

Symptômes

Le diagnostic du MAM nécessite la présence des 3 critères et d’un des 4 symptômes énumérés ci-dessous.

Critères :

  1. augmentation récente de l’altitude,
  2. séjour d’au moins quelques heures à la nouvelle altitude, et
  3.  maux de tête.

Symptômes :

  1.  trouble gastro-intestinal (anorexie, nausées ou vomissements),
  2. fatigue ou faiblesse,
  3.  étourdissement ou vertiges, et
  4.  trouble du sommeil.

Vitesse d’installation

Quelques heures.

Traitement

  1. Principes à respecter :
    1. ne plus monter jusqu’à la résolution des symptômes;
    2. descendre a une altitude inferieure si persistance des symptômes;
    3. descendre immédiatement aux premiers signes d’œdème cérébral de haute altitude (OCHA) / Niveau de descente minimale : 500 à 1 000 mètres.
  2. Si la descente est impossible, utiliser acétazolamide (250 mg stat et 8 heures plus tard) qui accélère l’acclimatation et permet une résolution des symptômes en 12 à 24 heures.
  3. Pour une résolution plus rapide des symptômes, utiliser la dexamethasone (4 mg aux 6 heures) qui agit en 2 à 4 heures, mais n’a aucun effet sur l’acclimatation. Ce médicament devrait être utilisé en association avec la descente ou l’acétazolamide (Yellow Book 2012, RMTC 2007).
  4. Un analgésique tel l’ibuprofène (400 mg p.o. en dose unique) peut être utile pour diminuer la sévérité des céphalées.

Œdème pulmonaire de haute altitude (OPHA)

Symptômes (définition nosologique)

Au moins deux des symptômes suivants : dyspnée au repos, toux, fatigue ou diminution de la performance à l’effort, sensation de congestion thoracique, ET
Au moins deux des signes suivants : râles ou sifflement dans un segment pulmonaire, cyanose centrale, tachypnée, tachycardie.

Vitesse d’installation

2 à 4 jours après le début de l’ascension.

Traitement

  1. D’abord, descendre.
  2. Administrer de l’oxygène si disponible.
  3. Si la descente est impossible ou si l’oxygène n’est pas disponible, administrer nifédipine XL 20 mg aux 8 heures ou 30 mg aux 12 heures.
  4. En présence de symptômes neurologiques, la dexaméthasone peut être utilisée.
  5. Une chambre hyperbare pourrait être utile si les autres recours ne sont pas disponibles ou suffisants. Sinon, l’évacuation doit être envisagée.

Œdème cérébral de haute altitude (OCHA)

Symptômes (définition nosologique)

Exacerbation des symptômes du MAM jusqu’à l’ataxie et l’altération de l’état de conscience. Symptômes multiples liés à l’encéphalopathie.

Vitesse d’installation

Environ 48 heures, surtout si l’ascension est rapide.

Traitement

  1. Le diagnostic précoce est le facteur le plus important. Amorcer immédiatement la descente.
  2. Si la descente immédiate est impossible, un traitement hyperbare avec oxygénothérapie devrait être débuté.
  3. La dexaméthasone (4 à 8 mg en dose d’attaque par voie I.M., I.V. ou orale suivie d’une dose d’entretien de 4 mg toutes les 6 heures) avec oxygénothérapie est bénéfique.
  4. Prendre en charge le patient comateux (l’usage de corticostéroïdes peut s’avérer bénéfique).

Autres conditions reliées à la haute altitude

Hémorragie rétinienne

  1. Commune et habituellement asymptomatique.
  2.  4 % à 4243 m, jusqu’à 50 % à 5360 m.
  3. Si des changements visuels sont remarqués, il est recommandé de redescendre à une altitude inférieure.
  4. Se résout spontanément en quelques semaines après la descente

Œdème périphérique

  1. Surtout chez les femmes.
  2. Les diurétiques sont efficaces mais ils doivent être utilisés avec précaution en raison d’un risque de déshydratation.

Kératite due à la radiation ultra-violette (cécité des neiges)

  1. Guérit sans séquelle en moins de 48 heures.
  2. On ne connaît pas l’efficacité réelle d’un antibiotique en onguent ou d’un analgésique.

Dernière modification: 

30 septembre 2016