Hépatites – causes d’immunosuppression

  • Est-ce qu’un traitement immunosuppresseur (ex. : traitement contre l’arthrite) peut causer une immunosuppression qui entraînerait un résultat faussement négatif?

    Pas systématiquement. L’immunosuppression importante pourrait entraîner un résultat faussement négatif au test de dépistage de certaines ITSS. Elle peut être causée par des agents immunosuppresseurs tel que : 

    • Les traitements avec des corticostéroïdes, qui sont généralement considérés comme immunosuppresseurs lorsque les conditions suivantes sont réunies :
      • la corticothérapie est administrée par voie orale (systémique);
      • la durée est ≥ 2 semaines;
      • la dose est de > 20 mg de prednisone par jour (ou l’équivalent).
      • Les corticothérapies suivantes n’entraînent pas une immunosuppression significative :
        • corticothérapie systémique à court terme (< 2 semaines);
        • corticothérapie prescrite chaque jour ou tous les 2 jours, en dose faible ou modérée (< 2 mg/kg/jour de prednisone ou un maximum de 20 mg/jour);
        • corticothérapie à doses physiologiques dans un but de remplacement et de maintien chez une personne qui n’a pas d’immunodéficience sous-jacente;
        • corticothérapie topique (nasale, bronchique, oculaire ou cutanée) ou infiltrations intra-articulaires ou tendineuses.
    • De nouvelles molécules appelées agents biologiques, ou biothérapies, qui sont utilisées comme des agents modulateurs de la réponse immunitaire dans le traitement des maladies auto-immunes. Ces agents (ex. : infliximab, étanercept), qui sont des anticorps monoclonaux ou des protéines de fusion, inhibent différentes cytokines pro-inflammatoires, dont le TNF-α (facteur de nécrose tumorale alpha), certaines interleukines et des lymphocytes B ou T.

    Sources :