Consommation de drogues

Drug Abuse Screening Test (DAST)

Le DAST est un instrument standardisé utilisé pour faire le dépistage de la consommation abusive de drogues (Fiche 25) (Gavin, Ross, et Skinner, 1989; Skinner, 1982). Les 2 versions les plus utilisées sont le DAST à 20 items et celui à 10 items. Celui à 10 items serait tout aussi efficace pour effectuer le dépistage que celui à 20 items (Villalobos-Gallegos et al., 2015). Cet instrument est principalement utilisé en clinique, et ses propriétés psychométriques sont acceptables (Gavin, Ross, et Skinner, 1989; Mdege et Lang, 2011). Cet instrument a été très peu utilisé dans des enquêtes populationnelles, et des tests supplémentaires seraient nécessaires avant de l’utiliser. Une traduction en français a été validée en 2017 par des chercheurs de Montréal (Giguère et Potvin, 2017).

Grille de dépistage de consommation problématique d'alcool et de drogues chez les adolescents et adolescentes (DEP-ADO)

La DEP-ADO est un instrument développé au Québec qui permet d’évaluer l’usage d’alcool et de drogues chez les adolescents (12 à17 ans) et de faire un dépistage de la consommation problématique. Développé principalement pour les intervenants, il est aussi utilisé dans les enquêtes populationnelles (RISQ, 2016). Cet instrument est relativement long, soit 27 items, mais il couvre l’alcool et la drogue (Fiche 24). Cet instrument permet de mesurer la consommation d’au moins 7 catégories de drogues au cours des 12 derniers mois, la consommation excessive d’alcool lors d’une même occasion et les conséquences négatives associées à leur consommation d’alcool ou de drogues. Au Québec, il a été utilisé dans l’Enquête québécoise sur la santé des jeunes du secondaire (EQSJS) (Tableau 3). Les qualités psychométriques de l’instrument sont acceptables; 80 % des jeunes sont classifiés correctement selon la DEP-ADO (Landry et al., 2005; Lécallier et al., 2012). Cet instrument est mis régulièrement à jour; ainsi, le questionnaire n’est pas intégré dans la boîte à outils, mais il est facilement disponible en ligne sur le site Internet de Recherche et intervention sur les substances psychoactives – Québec (RISQ, 2016).

Autres questions en lien avec la consommation de drogues

Puisque les instruments recommandés précédemment seraient moins efficaces pour estimer une différence dans la consommation de drogues avant et après un événement, il peut être utile d’utiliser les questions en lien avec la consommation de drogues déjà présentes dans les enquêtes populationnelles, même si ce ne sont pas des instruments standardisés.

Le module « Usage de drogues illicites » dans l’Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes (ESCC) permet de mesurer l’usage d’un certain nombre de drogues ou cours des 12 derniers mois, incluant la marijuana, la cocaïne, les amphétamines, l’ecstasy, les hallucinogènes, les solvants et les drogues non prescrites prises par injection (Statistique Canada, 2018). Ces statistiques ne sont cependant pas disponibles sur l’Infocentre. Les données sur la consommation de drogues disponibles sur l’Infocentre sont celles provenant de l’Enquête québécoise sur la santé de la population (EQSP). Ce sont sensiblement les mêmes questions de l’ESCC qui y sont reprises (Camirand, Traoré et Baulne, 2016; ISQ, 2010). Si ces questions sont utilisées dans une enquête post-sinistre, il faut soit utiliser un groupe contrôle pour comparer les prévalences, soit utiliser les données de l’EQSP ou de l’ESCC provenant d’une période avant le sinistre pour faire une comparaison de type « avant-après ».

Un module de l’Enquête québécoise sur la santé des jeunes du secondaire (EQSJS) permet de mesurer la consommation de drogues chez les jeunes du secondaire au Québec : ce module est basé principalement sur la DEP-ADO.

Il est aussi possible de demander directement au répondant si sa consommation de drogues a augmenté, diminué ou est restée stable après le sinistre. Un exemple de formulation pour estimer ce comportement est disponible au Questionnaire 21.

Dernière modification: 

19 mars 2019