Publications

  • 19 novembre 2019

    Chez les aînés, les chutes sont fréquentes et représentent la principale cause d’hospitalisations reliées aux traumatismes non intentionnels au Québec. Cette étude détaille l’évolution temporelle des hospitalisations attribuables aux chutes dans la population québécoise âgée de 65 ans et plus au cours de la période allant de 1991 à 2016 selon le sexe, l’âge et le type de lésions traumatiques subies. Les variations de la durée moyenne d’un séjour hospitalier et de la mortalité intrahospitalière sont également examinées.

    Portrait général

    • Le nombre annuel d’hospitalisations attribuables aux chutes a presque triplé dans la population québécoise âgée de 65 ans et plus au cours de la période étudiée, passant de 6 893 en 1991 à 19 087 en 2016.
    • ...
  • 23 juillet 2019

    Cette analyse a été réalisée dans le cadre des travaux préparatoires entourant le développement de la Trousse média sur l’intimidation disponible sur le site Web de l’Institut national de santé publique du Québec. Ces travaux s’inscrivent dans l’orientation 2 du Plan d’action concerté pour prévenir l’intimidation 2015-2018 qui a notamment pour objectif de soutenir les acteurs qui interviennent dans l’espace médiatique.

    La manière dont les médias traitent de l’intimidation, qu’il s’agisse d’un cas précis ou de la problématique en général, et l’utilisation qui est faite de ce terme peuvent avoir un effet sur la perception de cette problématique au sein de la population. À titre d’exemple, une attention accrue des médias...

  • 20 juin 2019

    La pratique régulière d’activités physiques procure de nombreux bienfaits pour la santé et le bien-être des individus, mais occasionne parfois des lésions traumatiques assez graves pour nécessiter une hospitalisation. Cette étude évalue l’ampleur des hospitalisations attribuables aux traumatismes d’origine récréative et sportive (TORS) survenues au Québec de 2007 à 2015, identifie les principaux groupes à risque et décrit les principales lésions subies.

    • Au cours de la période 2007 à 2015, 3 899 admissions associées à un traumatisme d’origine récréative et sportive (TORS) ont été répertoriées en moyenne chaque année dans les centres hospitaliers du Québec, pour un total de 35 092 admissions.
    • La plupart de ces admissions étaient liées soit à la pratique du...
  • 30 mai 2019

    L’activité physique apporte son lot de bienfaits sur la santé des gens, mais comporte également des risques de blessures si elle n’est pas pratiquée dans un contexte sécuritaire et de façon progressive. Le but de cette étude est de mesurer l’ampleur des blessures liées à la pratique d’activités récréatives et sportives durant les temps libres. Ces blessures doivent être assez importantes pour nécessiter la consultation d’un professionnel de la santé.

    Une vaste enquête menée d’avril 2015 à juillet 2016 auprès d’un échantillon de plus de 9 000 répondants québécois âgés de 6 à 74 ans a permis de brosser un portrait complet de ces blessures dans la population québécoise.

    Cette étude permet de suivre l’évolution des blessures dans le temps, mais aussi de planifier des...

  • 29 avril 2019

    Cette étude exploratoire s’inscrit dans un mandat plus large confié par le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) du Québec à l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) visant à produire un outil à l’intention des professionnelles et des professionnels des médias d’information afin de les soutenir dans la couverture des tueries de masse.

    Le but de l’étude est de décrire la couverture médiatique de ces évènements dans la presse écrite francophone au Québec au courant des dernières années. Pour ce faire, une analyse de contenu d’articles portant sur trois cas de tueries de masse et le procès de l’auteur de l’une de ces tueries a été réalisée....

  • 19 mars 2019

    Le Centre est formé d’un ensemble d’institutions du réseau de la santé publique du Québec sous la coordination scientifique de l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) qui, de par sa mission, établit des liens avec différentes organisations, à l'échelle canadienne et internationale, de manière à favoriser la coopération et l’échange de connaissances.

    Sa mission est de contribuer sur la scène internationale à la recherche, au développement et à la diffusion d'approches intersectorielles pour promouvoir la sécurité et prévenir la violence et les traumatismes non intentionnels.

    Son mandat 2014-2018 consitait à :

    • Collaborer aux activités de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) et de l’Organisation panaméricaine de la Santé (OPS...
  • 24 janvier 2019

    À la suite de la tuerie à la grande mosquée de Québec en 2017, le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) a demandé à l'INSPQ de se pencher sur les répercussions sur la santé de la population engendrées par la médiatisation de tels événements. Ce mandat a permis de développer un outil destiné aux professionnelles et aux professionnels des médias d’information.

    Le traitement médiatique des tueries de masse constitue un processus délicat, mais nécessaire pour toutes citoyennes et tous citoyens ayant droit à une information de qualité. Avec cet outil, l’INSPQ aborde plusieurs aspects des tueries de masse et de leur traitement médiatique : définition du concept, ampleur au Canada, mesures préventives existantes et enjeux de santé publique associés à la couverture...