Médecins traitants

Selon l’énoncé de position du Collège des médecins du Québec, le rôle principal du médecin de famille (ci-après « médecin traitant ») est « d’accepter la responsabilité du suivi [médical], tout au long de leur vie, des patients qui le choisissent. Ce rôle consiste autant à aider les patients à maintenir et à améliorer leur santé globale, à prévenir l’apparition des maladies, à évaluer et à traiter leurs malaises et maladies épisodiques et à effectuer le suivi de leurs problèmes chroniques de santé, tout en respectant leurs valeurs et leurs préférences » (Collège des médecins du Québec, 2016).

Les médecins traitants sont donc les ressources du réseau de la santé désignées pour l’évaluation et le traitement des problèmes de santé individuels. Lorsqu’une personne présente des symptômes ou suspecte des effets sur sa santé pouvant être associés aux conditions de son milieu de vie, elle doit recourir aux services d’un médecin afin qu’il puisse diagnostiquer d’éventuels problèmes de santé. Celui-ci devra connaître les conditions de l’habitation et les facteurs de risques dans le milieu de vie et de travail de la personne afin que l’évaluation soit adéquate.

Dans certaines situations, le médecin traitant peut demander une expertise complémentaire en recommandant son patient à des médecins spécialistes tels les allergologues, les pneumologues, les pédiatres ou les médecins spécialisés en médecine du travail et de l’environnement. Les médecins de santé publique peuvent aussi fournir leur expertise dans l’évaluation des risques à la santé d’un milieu donné. Ils peuvent contribuer à confirmer ou à infirmer le diagnostic et préciser l’étiologie du problème. Les médecins doivent aussi assurer les suivis avec la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) lorsqu’ils suspectent que le problème diagnostiqué est en lien avec le milieu de travail (CNESST, 2016).

Outils pratiques

Les médecins traitants peuvent donc être impliqués dans des situations concernant des problèmes de qualité de l’air intérieur ou de salubrité dans le milieu de vie de leurs patients. Cependant, à l’instar des autres professionnels du réseau de la santé, les médecins traitants ne peuvent transmettre de renseignements personnels sans le consentement de leurs patients. Pour plus d’informations sur le consentement et la confidentialité des renseignements personnels, consultez l’Outil pratique H.

Dernière modification: 

19 juin 2017