Échantillonnage de surface

Description

Les principales méthodes d’échantillonnage des moisissures dans un contexte d’investigation d’un bâtiment sont décrites dans le tableau ci-dessous. Selon le type de prélèvement, deux méthodes d’analyse peuvent être utilisées, dont les résultats seront interprétés différemment, comme expliqué à la section interprétation.

Tableau 1: Principales méthodes d’échantillonnage des moisissures dans un contexte d’investigation fongique d’un bâtiment

Type de prélèvement Méthode de prélèvement Méthode d’analyse Notes

Échantillonnage à l’aide d’une lame autocollante, suivi d’une analyse par examen microscopique direct.

Consiste à prélever, à l’aide d’une lame autocollante[1], la surface d’un matériau où une contamination fongique est suspectée.

Réalisée par examen microscopique direct de l’échantillon. Vise à repérer des structures fongiques (ex. : spores, hyphes, etc.).

  • Prélèvement généralement simple à réaliser;
  • Analyse suivant le prélèvement peut être réalisée rapidement;
  • Nécessite une bonne expérience du microbiologiste;
  • Examen difficile, voire impossible, en présence d’interférence (ex. : quantité importante de poussières ou de débris, densité de spores trop importantes, etc.) (43).

Échantillonnage à l’aide d’un écouvillon ou d’une éponge stériles, suivi d’une analyse par mise en culture.

Consiste à prélever, à l’aide d’un écouvillon ou d’une éponge stériles, une surface où une contamination fongique est soupçonnée.

Réalisée par mise en culture de l’échantillon sur un milieu favorisant la croissance des moisissures (13), suivi d’un examen microscopique des colonies.

  • Délais d’obtention des résultats d’analyse plus longs, le temps d’incubation se situant généralement entre 5 et 10 jours;
  • Mise en culture doit se faire le plus tôt possible afin de préserver la viabilité de l’échantillon.

Échantillonnage en vrac (ou de procédé).

Consiste à prélever un morceau de matériau solide dont l’examen visuel a permis de soupçonner un dommage causé par l’eau ou une contamination par des moisissures.

Réalisée par un examen microscopique direct et/ou par une mise en culture de l’échantillon, selon les objectifs poursuivis. L’interprétation des résultats dépend de la méthode d’analyse utilisée.

  • Méthode qui vise habituellement les mêmes objectifs que l’échantillonnage de surface. Peut être utilisée lors de circonstances particulières, notamment :
    • si l’échantillonnage de surface est impossible ou difficile à réaliser sur le terrain (ex. : lorsque l’échantillon contient trop de matière [poussières ou débris] pouvant interférer avec l’analyse);
    • pour échantillonner plus en profondeur, par exemple la surface interne d’un mur ou d’une poutre;
    • pour confirmer les résultats d’un échantillonnage de surface.

Échantillonnage des poussières déposées.

Consiste à prélever, à l’aide d’un aspirateur muni d’un filtre, les poussières déposées sur une surface.

Réalisée par mise en culture de l’échantillon sur un milieu favorisant la croissance des moisissures, suivi d’un examen microscopique des colonies.

L’interprétation de ce type de résultats n’est pas traitée dans le présent outil. Cette méthode impose plusieurs limites qui compliquent l’interprétation des résultats dans le cadre d’une investigation fongique d’un bâtiment. La flore et la charge microbiennes présentes dans la poussière dépendent de plusieurs facteurs, tels que les déplacements des occupants ainsi que la fréquence et la qualité des travaux d’entretien (13), et ne sont scientifiquement pas documentées.

Pour en savoir plus sur les stratégies d’échantillonnage de surface :

Guide d’échantillonnage des contaminants de l’air en milieu de travail (IRSST, 2012, p. 33-34).

Recognition, evaluation, and control of indoor mold (AIHA, 2008, p. 129 à 138 et p. 145 à 149).

Prélèvement d’un échantillon de surface à l’aide d’une lame autocollante.

Prélèvement d’un échantillon de surface à l’aide d’une lame autocollante. (Crédit photo : Michel Legris)


[1]     Pour l’analyse par examen microscopique, le prélèvement peut aussi être réalisé avec d’autres outils, tels qu’une éponge ou un écouvillon stériles. Cependant, les analyses réalisées avec ce type de prélèvement sont plus subjectives et ne sont pas traitées dans le présent guide.

Dernière modification: 

15 avril 2019