Références

(1)    Nevalainen, A., M. Täubel et A. Hyvärinen (2015). « Indoor fungi: companions and contaminants », Indoor Air, vol. 25, no 2, p. 125-156.

(2)    Shelton, B. G., K. H. Kirkland, W. D. Flanders et G. K. Morris (2002). « Profiles of airborne fungi in buildings and outdoor environments in the United States », Applied and Environmental Microbiology, vol. 68, no 4, p. 1743-1753.

(3)    American Society of Heating, Refrigerating and Air-Conditioning Engineers (2013). Position document on limiting indoor mold and dampness in buildings, Atlanta, Géorgie. Également disponible en ligne : https://www.ashrae.org/about-ashrae/position-documents.

(4)    Institut national de santé publique du Québec (INSPQ). Les risques à la santé associés à la présence de moisissures en milieu intérieur. Auteurs : Marie-Alix d’Halewyn, Jean-Marc Leclerc, Norman King et al. Montréal : INSPQ, 2002, 159 p.

(5)    Hung, L.-L., J. D. Miller et H. K. Dillon (2005). Field guide for the determination of biological contaminants in environmental samples, American Industrial Hygiene Association.

(6)    Horner, W. E., C. Barnes, R. Codina et E. Levetin (mars 2008). « Guide for interpreting reports from inspections/investigations of indoor mold », Journal of Allergy and Clinical Immunology, vol. 121, no 3, p. 592-597.e7.

(7)    American Industrial Hygiene Association (2011). « Facts about mold », [en ligne], https://www.aiha.org/publications-and-resources/TopicsofInterest/Hazards/Pages/Facts-About-Mold.aspx> (consulté le 11 juin 2015).

(8)    United States Environmental Protection Agency (2008). Mold remediation in schools and commercial buildings.

(9)    United States Environmental Protection Agency (2008). A brief guide to mold, moisture, and your home.

(10)  Société canadienne d’hypothèques et de logement (2011, rév. 2014). Information sur la moisissure pour les constructeurs et les rénovateurs d’habitations des Premières Nations.

(11)  Heseltine, E., et J. Rosen (2009). WHO guidelines for indoor air quality: dampness and mould, World Health Organisation (dir.), Copenhague, Organisation mondiale de la Santé.

(12)  Santé Canada (2007). Lignes directrices sur la qualité de l’air intérieur résidentiel : moisissures, Ottawa, Santé Canada.

(13)  Prezant, B., D. M. Weekes, J. D. Miller (2008). Recognition, evaluation, and control of indoor mold, American Industrial Hygiene Association (dir.), Fairfax, Virginie, AIHA.

(14)  American Society for Testing and Materials (2014). ASTM D7338 - 14 - Standard guide for assessment of fungal growth in buildings.

(15)  Macher, J., et H. A. Ammann (1999). Bioaerosols: assessment and control, American Conference of Governmental Industrial Hygienists (dir.), Cincinnati, Ohio, ACGIH.

(16)  American Industrial Hygiene Association (2013). « Position statement on mold and dampness in the built environment », [en ligne], https://www.AIHA.org/government-affairs/PositionStatements/P-Mold-03-26-13.pdf (consulté le 11 juin 2015).

(17)  Institute of Medicine (2004). Damp indoor spaces and health, 335 p.

(18)  Jacques, L., N. Savard, Y. Frenette et al. (2015). Évaluation par des experts internationaux des pratiques de la Direction de santé publique concernant les problèmes de santé associés aux infiltrations d’eau dans les bâtiments : actes de l’audit tenu en avril 2013, Agence de la santé et des services sociaux de Montréal (dir.), Montréal, Direction de santé publique.

(19)  Goyer, N., J. Lavoie, L. Lazure et G. Marchand (2001). Les bioaérosols en milieu de travail : guide d’évaluation, de contrôle et de prévention, Montréal, Institut de recherche Robert-Sauvé en santé et en sécurité du travail.

(20)  Santé Canada (2014). « La moisissure dans l’air intérieur – Santé de l’environnement et du milieu de travail », [en ligne], http://www.hc-sc.gc.ca/ewh-semt/air/in/poll/mould-moisissure/fact-info-fra.php (consulté le 11 juin 2015) [N'est plus disponible].

(21)  Institut national de santé publique du Québec (INSPQ). L’insalubrité dans l’habitation: vers une approche commune au Québec?, [en ligne], dans Bulletin d’information en santé environnementale (BISE), https://www.inspq.qc.ca/bise/article-principal-l-insalubrite-dans-l-habitation-vers-une-approche-commune-au-quebec. Auteurs : Christine Dufour-Turbis, Marie-Eve Levasseur, Jean-Marc Leclerc et Pierre Lajoie. Québec : INSPQ, 2015, p. 1‑8.

(22)  Lavoie, J., Y. Cloutier, J. Lara et G. Marchand (2007). Guide sur la protection respiratoire contre les bioaérosols – recommandations sur le choix et l’utilisation, Montréal, Institut de recherche Robert-Sauvé en santé et en sécurité du travail.

(23)  New York City Department of Health and Mental Hygiene (2008). Guidelines on assessment and remediation of fungi in indoor environments.

(24)  Association canadienne de la construction (2004). Lignes directrices sur les moisissures pour l’industrie canadienne de la construction. ACC 82 – 2004, Association canadienne de la construction.

(25)  Société canadienne d’hypothèques et de logement (2011, rév. 2014). Information sur la moisissure pour les gestionnaires d’habitation des Premières Nations, 64 p.

(26)  U.S. Department of Labor - Occupational Safety and Health Administration (OSHA) (2010, rév. 2013). « A brief guide to mold in the workplace », dans Safety and health information bulletins, https://www.osha.gov/dts/shib/shib101003.html (consulté le 1er juillet 2015).

(27)  Centers for Disease Control and Prevention (2009, rév. 2014). « Basic facts - molds in the environment », dans Mold – General Information, [en ligne], http://www.CDC.gov/mold/faqs.htm (consulté le 22 juin 2015).

(28)  Drolet, D., et G. Beauchamp (2012). Guide d’échantillonnage des contaminants de l’air en milieu de travail, [en ligne], Institut de recherche Robert-Sauvé en santé et en sécurité du travail, 8e éd., http://www.irsst.qc.ca/media/documents/pubirsst/t-06.pdf.

(29)  Jaakkola, M. S., R. Quansah, T. T. Hugg et al. (2013). « Association of indoor dampness and molds with rhinitis risk: a systematic review and meta-analysis », Journal of Allergy and Clinical Immunology, vol. 132, no 5, p. 1099-1110.e18.

(30)  Quansah, R., M. S. Jaakkola, T. T. Hugg et al. (2012). « Residential dampness and molds and the risk of developing asthma: a systematic review and meta-analysis », PLoS ONE, vol. 7, no 11.

(31)  Mendell, M. J., A. G. Mirer, K. Cheung et al. (2011). « Respiratory and Allergic Health effects of dampness, mold, and dampness-related agents: a review of the epidemiologic evidence », Environmental Health Perspectives, vol. 119, no 6, p. 748-756.

(32)  Gouvernement du Québec (juin 2015). Règlement sur la santé et la sécurité du travail, [en ligne], http://www2.publicationsduquebec.gouv.qc.ca/dynamicSearch/telecharge.php?type=3&file=/S_2_1/S2_1R13.HTM (consulté le 23 juin 2015).

(33)  Gouvernement du Canada, et Centre canadien d’hygiène et de sécurité au travail (2015). « Confort thermique au bureau : Réponses SST », [en ligne] <http://www.cchst.ca/oshanswers/phys_agents/thermal_comfort.html> (consulté le 14 juillet 2015).

(34)  Société canadienne d’hypothèques et de logement (2004, rév. 2015). L’air et l’humidité – Un guide pour comprendre et régler les problèmes d’humidité dans les habitations, [en ligne], http://www.cmhc-SCHL.gc.ca/odpub/pdf/61227.pdf?lang=fr (consulté le 22 octobre 2015).

(35)  Santé Canada (2015). « Le formaldéhyde », [en ligne], http://www.hc-sc.gc.ca/ewh-semt/air/in/poll/construction/formaldehyde-fra.php#a3 (consulté le 26 mai 2016).

(36)  Institute of Inspection, Cleaning and Restoration Certification (2008). IICRC S520 - Standard and reference guide for professional mold remediation.

(37)  Société canadienne d’hypothèques et de logement (2003). « Lignes directrices pour la mesure sur place de la teneur en humidité des matériaux de construction en bois », Le point en recherche, no 03-112.

(38)  Legris, M. (2013). CS-102-04 : Moisture variation in walls and interiors floors of a bungalow all year long (moisture related to molds), Biosafety and environemental microbiology I session, American Industrial Hygiene Conference and Exposition.

(39)  Gastaldy, P., et Membres du comité d’appui (2014). Guide de gestion de la prolifération des moisissures en milieu scolaire – Responsabilités et bonnes pratiques – Prévention, investigation et décontamination, Ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport.

(40)  Balaras, C. A., et A. A. Argiriou (2002). « Infrared thermography for building diagnostics », Energy and buildings, vol. 34, p. 171-183.

(41)  Organisation internationale de normalisation (1983). Norme internationale ISO 6781 : Isolation thermique – Détection qualitative d’irrégularités thermiques dans des enveloppes de bâtiments – Méthode infrarouge, Allemagne; Pays-Bas.

(42)  Canada. Travaux publics et Services gouvernementaux (2014). « Thermographie – Analyse thermographique infrarouge (IR) », [en ligne], http://www.tpsgc-pwgsc.gc.ca/biens-property/sngp-npms/bi-rp/tech/ir-fra.html (consulté le 30 juin 2015).

(43)  Marchand, G., M.-C. Barrette et J. Lesage (2007). Évaluation de structures mycologiques par examen microscopique – MA-360, [en ligne], Institut de recherche Robert-Sauvé en santé et en sécurité du travail, http://www.IRSST.qc.ca/media/documents/PubIRSST/M-360.pdf (consulté le 9 juillet 2015).

(44)  Institut national de santé publique du Québec (INSPQ). Compendium sur les moisissures. Auteurs :  Marie-Alix d’Halewyn et Pierre Chevalier. INSPQ, [en ligne], https://www.INSPQ.qc.ca/moisissures (consulté le 30 octobre 2015).

(45)  Marchand, G., M.-C. Barrette et J. Lesage (2008). Identification des moisissures cultivables – MA-340, Institut de recherche Robert-Sauvé en santé et en sécurité du travail.

(46)  Clements, L., et M. Shum (2014). « Trousse d’outils du CCNSE pour l’enquête sur les moisissures », dans Centre de collaboration nationale en santé environnementale, [en ligne], http://www.ccnse.ca/documents/guide/trousse-d%E2%80%99outils-du-ccnse-pour-l%E2%80%99enqu%C3%AAte-sur-les-moisissures (consulté le 18 décembre 2015).

(47)  Santé Canada (2015). « Réduisez l’humidité et les moisissures », [en ligne], http://canadiensensante.gc.ca/healthy-living-vie-saine/environment-environnement/air/contaminants/mould-moisissures-fra.php (consulté le 7 avril 2016).

 (48) Gouvernement du Canada (2014). « Prendre en charge des problèmes d’humidité et de moisissure dans votre demeure », [en ligne], http://canadiensensante.gc.ca/publications/healthy-living-vie-saine/mould-home-maison-moisissure/index-fra.php (consulté le 30 juin 2015).

(49)  National Institute for Occupational Safety and Health (2012). NIOSH Alert: preventing occupational respiratory disease from exposures caused by dampness in office buildings, schools, and other nonindustrial buildings.

(50)  Chamorro, A. (2008). Guidelines on assessment and remediation of fungi in indoor environments, New York City Department of Health and Mental Hygiene.

(51)  Marchand, G., M.-C. Barrette et J. Lesage (2008). Caractérisation et dénombrement des spores de moisissures prélevées par impaction sur cassette – MA-367, Institut de recherche Robert-Sauvé en santé et en sécurité du travail.

(52)  Burge, H. A., et C. A. Rogers (2000). « Outdoor allergens », Environmental Health Perspectives, vol. 108, no Suppl 4, p. 653-659.

(53)  Roberge, B. (2004). Manuel d’hygiène du travail : du diagnostic à la maîtrise des facteurs de risque, Association québécoise pour l’hygiène, la santé et la sécurité du travail (dir.), Mont-Royal, Québec, Modulo-Griffon.

(54)  Marchand, G., M.-C. Barrette et J. Lesage (2011). Dénombrement des bactéries et moisissures cultivables de l’air prélevées sur filtre de polycarbonate – MA-368, Institut de recherche Robert-Sauvé en santé et en sécurité du travail.

(55)  Mandal, J., et H. Brandl (2011). « Bioaerosols in indoor environment-a review with special reference to residential and occupational locations », Open Environmental and Biological Monitoring Journal, vol. 4, p. 83-96.

(56)  Adams, R. I., M. Miletto, S. E. Lindow et al. (2014). « Airborne bacterial communities in residences: similarities and differences with fungi », PLoS ONE, vol. 9, no 3.

(57)  Kembel, S. W., J. F. Meadow, T. K. O’Connor et al. (2014). « Architectural design drives the biogeography of indoor bacterial communities », PLoS ONE, vol. 9, no 1.

(58)  Meadow, J. F., A. E. Altrichter, S. W. Kembel et al. (2014). « Indoor airborne bacterial communities are influenced by ventilation, occupancy, and outdoor air source », Indoor Air, vol. 24, no 1, p. 41-48.

(59)  Hospodsky, D., J. Qian, W. W. Nazaroff et al. (2012). « Human occupancy as a source of indoor airborne bacteria », PLoS ONE, vol. 7, no 4.

(60)  Ministère de la Santé et des Services sociaux (2015). « Moisissures », dans Santé environnementale, [en ligne], http://www.msss.gouv.qc.ca/sujets/santepub/environnement/index.php?moisissures (consulté le 1er juillet 2015).

(61)  Storey, E., K. H. Dangman, P. Schenck et al. (2004). Guidance for clinicians on the recognition and management of health effects related to mold exposure and moisture indoors, Farmington, CT, University of Connecticut Health Center, Division of Occupational and Environmental Medicine,  Center for Indoor Environments and Health.

(62)  Palaty, C., et M. Shum (2014). Recommandations pour l’élimination des moisissures – examen des données probantes, dans Centre de collaboration nationale en santé environnementale, [en ligne], http://www.CCNSE.ca/sites/default/files/Elimination_moisissures_examen_donnee_probante_mars_2014_draft.pdf (consulté le 9 novembre 2015).

(63)  Sirois, P., M. Côté et T. Michaud (2007). « Présence de moisissures? Ne laissez pas moisir la situation, réagissez! », Prévenir aussi, vol. 22, no 3, p. 2-4.

Dernière modification: 

26 mai 2016