Observations de signes d’humidité excessive ou de contamination fongique

Description

Les signes visuels ou perceptibles associés à des problèmes d’humidité excessive ou à la contamination fongique sont des informations primordiales à considérer dans l’interprétation d’un rapport d’investigation de la contamination fongique.

Ces signes ou indicateurs peuvent être, par exemple :

  • cernes, taches, efflorescences[1], zones humides, accumulation d’eau, bois en décomposition, matériaux détériorés ou autres signes de dommages associés à un dégât d’eau ou à une infiltration d’eau;
  • condensation sur les murs ou les fenêtres;
  • gondolement ou écaillement de la peinture, décollement de la tapisserie ou d’autres revêtements;
  • odeur de moisi, de « terre », de « cave »;
  • contamination fongique visible (ex. : taches de couleurs [noires, vertes, roses, etc.] avec texture floconneuse, laineuse, veloutée, etc.);
  • présence de certains arthropodes (dont font partie les insectes) à l’intérieur du bâtiment, pouvant indiquer un excès d’humidité (ex. : cloportes, poissons d’argent [lépismes argentés], blattes, mille-pattes).

Exemple de signe d’infiltration d’eau.

Exemple de signe d’infiltration d’eau. (Crédit photo : Michel Legris)


[1]     La présence d’efflorescences peut être un indice de problèmes d’étanchéité et d’humidité non contrôlés (passé ou actuel) dont la source doit être recherchée. Sa présence ne doit toutefois pas être interprétée comme un indicateur de prolifération fongique, car l’efflorescence n’est pas de la moisissure, mais plutôt des dépôts de sels qui résultent de la migration ou de l’évaporation de l’eau vers la surface dans un matériau comme le béton ou la maçonnerie.

Dernière modification: 

25 mai 2016