Services ambulanciers

Les services ambulanciers sont responsables d’évaluer l’état de santé du patient qu’ils prennent en charge, de lui donner les soins nécessaires et de le transporter vers un centre hospitalier. Au Québec, ces services sont assurés par des entreprises privées, des entreprises constituées en coopératives de travailleurs et par Urgences-santé, une entreprise du secteur public qui couvre les régions de Montréal et de Laval (Gouvernement du Québec, 2016c). La Loi sur les services préhospitaliers d’urgence (chapitre S-6.2) encadre les responsabilités des services ambulanciers.

Rôles potentiels au regard de la qualité de l’air intérieur et de la salubrité

De par la nature de leur travail, les techniciens ambulanciers paramédicaux peuvent être confrontés à des situations d’insalubrité dans les habitations où ils se rendent. Lorsqu’un technicien ambulancier paramédical se rend dans une habitation pour évaluer l’état de santé d’un patient en vue de son transport dans un établissement de soins, il peut se retrouver en présence de nombreux risques, tant pour la santé du patient que pour lui-même (p. ex. odeurs de gaz irritants, accumulation excessive d’objets divers, présence de matières dangereuses de nature biologique ou chimique).

Il peut alors demander de l’aide à d’autres professionnels afin que le patient soit pris en charge et mieux encadré à sa sortie de l’établissement de soins (p. ex. ressources des CISSS et des CIUSSS) ou encore signaler une situation qui pourrait présenter des risques pour d’autres intervenants appelés à se rendre sur les lieux par la suite (p. ex. personnel devant administrer des soins à domicile à la sortie de l’hôpital). Le signalement peut donc être fait auprès de professionnels du secteur de la santé, mais aussi auprès des services de sécurité incendie ou des services d’inspection municipaux si l’habitation présente des risques importants, sur la base du jugement du technicien ambulancier paramédical.

Ce dernier n’a toutefois pas l’obligation de signaler des problèmes associés à la qualité de l’air intérieur ou à la salubrité en vertu de la Loi sur les services préhospitaliers d’urgence. Il faut cependant souligner que le signalement d’une situation problématique aux partenaires appropriés contribuerait à réduire les risques pour la personne concernée et pour les autres professionnels qui auraient éventuellement à intervenir dans cette habitation.

Les protocoles internes des entreprises de services ambulanciers œuvrant sur le territoire du Québec peuvent varier d'une région à l'autre. Chaque entreprise peut ainsi adopter ou non des procédures internes concernant les enjeux de salubrité et de qualité de l’air intérieur en fonction de leur réalité territoriale et des ressources disponibles. Lorsque de telles procédures sont implantées, les techniciens ambulanciers paramédicaux peuvent contacter eux-mêmes les services de sécurité incendie ou les services d’inspection municipaux, ou encore faire appel à un superviseur ou à un agent de liaison qui s’assurera de faire le suivi auprès des partenaires potentiellement concernés. Il peut aussi rapporter ces situations à la salle de triage à l’arrivée du patient à l’hôpital pour qu’un suivi puisse être effectué.

Outils pratiques

Si vous adoptez un protocole d’entente entre partenaires dans votre région, il peut être utile d’inclure les services ambulanciers dans vos démarches afin de les sensibiliser à la problématique et d’obtenir leur soutien éventuel lors d’interventions impliquant des services préhospitaliers d’urgence. Ils pourraient notamment être mis à profit dans l’identification et le signalement de situations problématiques. Pour des modèles de protocoles d’entente de collaboration intersectorielle, référez-vous à l’Outil pratique B.

Le consentement et la confidentialité des renseignements personnels au sujet d’un individu ou d’une situation particulière doivent cependant être obtenus pour pouvoir transmettre des renseignements confidentiels. Pour plus d’informations sur ces notions, consultez l’Outil pratique H.

Dernière modification: 

12 juillet 2017