Approche de promotion de la sécurité dans les communautés

Une communauté en sécurité est une communauté où il y a peu de criminalité et de violence, peu de blessures, peu d’accidents, peu de suicide, où les conséquences pouvant être associées à ces différentes problématiques sont réduites au minimum et au sein de laquelle les individus qui la composent ont le sentiment d’être en sécurité. 

Le processus de promotion de la sécurité dans une communauté repose sur l’application d’une démarche structurée de planification des interventions à réaliser telle qu’illustrée ci-dessous. Cette démarche implique la mobilisation de la population et des partenaires intersectoriels, la réalisation d’un diagnostic de sécurité et l’élaboration d’un plan d’action.

L’amélioration ou le maintien de la sécurité d’une communauté suppose une participation active de la population, tant dans la définition des objectifs que dans le choix des solutions et doit reposer sur toutes les organisations concernées par la sécurité et associer de près tous les secteurs d’activité. La promotion de la sécurité est donc une responsabilité partagée par les gouvernements, les organisations non gouvernementales et la population1. Il s’agit d’un processus qui permet à la fois de développer et de maintenir les conditions favorables à la sécurité par des actions sur l’environnement et sur les comportements des individus2.

Les conditions de sécurité

Afin d’atteindre et de maintenir un niveau optimal de sécurité au sein d’une communauté, certaines conditions doivent être mises en place par les individus, les communautés, les gouvernements et les différents intervenants impliqués, telles que :

  • un climat de cohésion et de paix sociale ainsi que d’équité protégeant les droits et libertés, tant au niveau familial, local, national qu’international;
  • la prévention et le contrôle des blessures et autres conséquences ou dommages causés par des accidents;
  • le respect des valeurs et de l’intégrité physique, matérielle ou psychologique des personnes;
  • l’accès à des moyens efficaces de prévention, de contrôle et de réhabilitation1.

 

La figure ci-dessous illustre les différentes dimensions favorisant l’atteinte d’un niveau optimal de sécurité. 

Modèle intégrant les différentes dimensions de la sécurité

Les approches appliquées pour améliorer la sécurité

Au moins deux approches peuvent être appliquées pour améliorer la sécurité d'une communauté, soit l’approche par problème et l’approche par milieu de vie. Ces deux approches, bien que distinctes, sont complémentaires et essentielles.

L’approche par problème, traditionnellement utilisée en santé publique, consiste essentiellement en une recherche de solutions spécifiques pour un problème donné (suicide, traumatismes sur le réseau routier, chutes, violence conjugale, etc.). Ce problème peut être identifié suite à un ou plusieurs événements déclarés ou à un exercice de priorisation basé généralement sur l’importance des différents problèmes présents au sein d’une communauté. Dans cette approche, la population d’intérêt est constituée des individus susceptibles d’être atteints par le problème, généralement parce qu’ils sont exposés aux facteurs de risque qui y sont associés1.

L’approche par milieu de vie consiste quant à elle en une recherche de moyens pour maintenir ou améliorer la sécurité d’une communauté dans son ensemble. Cet exercice peut faire suite par exemple à des besoins formulés par la population, au désir d’un milieu d’établir un certain nombre de priorités d’action en matière de sécurité dans le cadre d’une planification stratégique, ou encore au désir d’allouer les ressources disponibles en fonction des principaux besoins identifiés. La population d’intérêt de cette approche est constituée des individus regroupés dans un milieu de vie donné (famille, ville, quartier, rue, parc, école, usine, etc.)1. Cette approche est basée sur : 

  • L’adoption d’une vision holistique de la sécurité qui, en considérant la sécurité dans une perspective globale, assure une cohérence dans les solutions à appliquer et optimise les chances de faire une lecture plus juste des enjeux de sécurité pour l’ensemble d’un milieu de vie.
  • La mise sur pied d’un partenariat intersectoriel qui favorise une compréhension plus globale des enjeux soulevés et le développement d’une vision commune de la situation dans un milieu de vie.
  • La mise en œuvre d’une démarche structurée de planification des interventions qui permet de soutenir le cheminement jusqu’à la mise en œuvre d’actions cohérentes avec les besoins et problèmes pressentis dans un milieu de vie.

L’implication de la population, plus particulièrement au moment de l’élaboration d’un diagnostic de sécurité et de la validation des priorités, qui contribue à mieux ancrer la démarche dans le milieu, augmentant ainsi l’adhésion des citoyens aux interventions qui en découlent et ce à court et à long terme2.

Pour en savoir plus

Références

  1. Maurice, P., Lavoie, M., Levaque, R., Chapdelaine, A., Bélanger-Bonneau, H., Svanström, L., Laflamme, L., Andersson, R. et Romer, C. (1998). Sécurité et promotion de la sécurité : aspects conceptuels et opérationnels, Québec, Centre collaborateur OMS du Québec pour la promotion de la sécurité et la prévention des traumatismes, https://www.inspq.qc.ca/publications/149

  2. Maurice, P., Laforest, J., Bouchard, L. M. et Rainville, M. (2008). Promotion de la sécurité et son approche par milieu de vie : considérations théoriques et pratiques. Revue de l’IPC, 2, 35-56.