Réduction des méfaits, santé publique et consommation de substances psychoactives

5 décembre 2018
Journée thématique

Dans le domaine de l’usage de substances psychoactives, l’approche de réduction des méfaits vise à réduire les risques et les conséquences négatives associés à la consommation de ces substances, auprès des personnes qui ne souhaitent pas ou qui ne sont pas en mesure d’arrêter leur consommation.

Plusieurs pratiques, tels les services d’injection supervisée, la fourniture de matériel stérile de consommation ou le traitement de substitution dans la dépendance aux opioïdes, ont déjà démontré leur efficacité. Ces pratiques aident entre autres à diminuer les comportements à risque, à améliorer l’accès aux services de première ligne et contrer les effets de la stigmatisation, à prévenir la transmission des infections transmissibles sexuellement et à améliorer globalement l’état de santé des personnes qui consomment.

Malgré ces avantages éprouvés, il reste encore beaucoup à faire au Québec pour bonifier les programmes existants et améliorer leur impact, notamment auprès des populations marginalisées ou vulnérables. En effet, face à des problématiques de santé complexes, la réduction des méfaits est une solution prometteuse à inclure dans le continuum de soins et de services.

Alors que les surdoses de drogue deviennent une urgence de santé publique et au début de la première année de légalisation du cannabis, il devient pertinent d’élargir la portée des approches et des services de réduction des méfaits.

Par la mise à jour des connaissances entourant la réduction des méfaits, ainsi que par le partage d’expériences québécoises sur le sujet, cette journée permettra aux participants de démystifier et s’approprier l’approche de réduction des méfaits dans les interventions auprès des personnes qui consomment des substances psychoactives.

Cette formation s’adresse aux intervenants et décideurs en santé publique qui travaillent auprès des populations vulnérables, aux cliniciens du milieu de la santé et des services sociaux susceptibles d’utiliser l’approche auprès des populations vulnérables, ainsi qu’aux chercheurs et étudiants intéressés par l’approche dans leurs travaux.

À la fin de la journée, le participant sera en mesure :

  • d'acquérir les connaissances théoriques essentielles de l’approche de réduction de méfaitspar le biais d'exemples concrets de son application dans divers milieux de consommation et auprès de différentes clientèles;
  • de décrire avec certains programmes et services en cours au Québec et ailleurs;
  • d’énoncer des pistes de solution pour améliorer l’offre de services existante en réduction de méfaits, liée à l’usage de substances psychoactives;
  • d'utiliser des outils concrets pour implanter des activités de réduction des méfaits et les maintenir, y compris en région.

Animation de la journée :

Kathy Tremblay, chargée de projet, Communauté de pratique médicale en dépendance, Institut universitaire sur les dépendances, Direction de l'enseignement universitaire et de la recherche, Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux Centre-Sud-de-l’Île-de Montréal

David-Martin Milot, M.D., C.M., M. Sc., FRCPC, médecin spécialiste en santé publique et préventive, Centre intégré de santé et de services sociaux de la Montérégie-Centre/Direction régionale de santé publique et cofondateur de Jeunes médecins pour la santé publique

Sophie Sanfaçon, infirmière clinicienne, équipe clinique SIDEP +, Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux du Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal

8 h 30 à 9 h 30

Conférence plénière des JASP

9 h 30 à 10 h  

Pause – Visite des communications affichées et des exposants

10 h à 11 h 15

La réduction des méfaits au Québec en matière de consommation de substances psychoactives : d’où venons-nous et où en sommes-nous?

Concepts clés, rétrospective et offre de services en réduction des méfaits au Québec

Carole Morissette, M.D., FRCPC, médecin-conseil, Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux du Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal/Direction régionale de la santé publique

Élise Roy, M.D., M. Sc., professeure titulaire, programme d’études et de recherche en toxicomanie, Université de Sherbrooke et médecin-conseil, Institut national de santé publique du Québec

Bilan de l’implantation des programmes fondés sur l’approche de réduction des méfaits

Richard Cloutier, M. Sc. Inf., Direction de la prévention des infections transmissibles sexuellement et par le sang, ministère de la Santé et des Services sociaux

Les défis de l’implantation et des pistes de solution

Carole Morissette, M.D., FRCPC, médecin-conseil, Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux du Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal/Direction régionale de la santé publique

Élise Roy, M.D., M. Sc., professeure titulaire, programme d’études et de recherche en toxicomanie, Université de Sherbrooke et médecin-conseil, Institut national de santé publique du Québec

Les trois présentations sont suivies d’une période d’échanges et questions avec les participants de 15 minutes.

11 h 15 à 12 h

Panel ‒ Les lignes directrices sur la consommation à risque réduit du cannabis au Canada (Lower Risk Cannabis Use Guidelines) et l’applicabilité au Québec

Ce panel vise à présenter ces lignes directrices avec l’auteur, M. Fischer, et à discuter de leur applicabilité dans des interventions de santé publique au Québec.

Animation :

Jean-Sébastien Fallu, Ph. D., professeur agrégé, École de psychoéducation, Université de Montréal

Participants :

Robert Perreault, M.D., psychiatre et expert en médecine préventive, Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux du Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal/Direction régionale de la santé publique

Benedikt Fischer, Ph. D., scientifique sénior, Institute for Mental Health Policy Research, Centre for Addiction and Mental Health (CAMH)

Traduction simultanée de l'anglais au français

Cette activité inclut une période d’échanges et questions avec les participants de 15 minutes.

12 h à 13 h 45

Dîner ‒ Visite des communications affichées et des exposants 

13 h 45 à 14 h 30

Ateliers thématiques en simultanée (1re séance)

Les ateliers thématiques offriront aux participants plusieurs exemples concrets de pratiques fondées sur l’approche de réduction des méfaits au Québec.

Pour chaque séance, les participants choisiront un parmi les deux ateliers proposés oὺ ils pourront explorer des pistes pour l’application des initiatives présentées par les personnes-ressources. Un retour sur les apprentissages des quatre ateliers se fera en fin d’après-midi.

Atelier 1 ‒ Services pour personnes en situation d’itinérance où la consommation d’alcool est autorisée (services wet)

Jorge Flores-Aranda, Ph. D., chercheur en établissement, Institut universitaire sur les dépendances, Direction de l'enseignement universitaire et de la recherche, Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux du Centre-Sud-de-l'Île-de-Montréal 

Atelier 2 ‒ Services de consommation supervisée de drogues par injection et par inhalation dans la communauté et dans le réseau de la santé et des services sociaux

Carole Morissette, M.D., FRCPC, médecin-conseil, Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux du Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal/Direction régionale de santé publique

Nathanaëlle Thériault, M.D., médecin-conseil, Centre intégré universitaire en santé et services sociaux de la Capitale-Nationale/Direction régionale de santé publique

Cette activité inclut une période d’échanges et questions avec les participants de 15 minutes.

14 h 30 à 15 h 15

Ateliers thématiques en simultanée (2e séance)

Atelier 3 ‒ Programmes de réduction des méfaits adaptés à la réalité des hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes (HARSAH) : ChemSex

Sarah-Amélie Mercure, médecin-conseil, M.D., M. Sc., FRCPC, responsable médicale
service ITSS et réduction des méfaits liés aux drogues, secteur Prévention et contrôle des maladies infectieuses, Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux du Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal/Direction régionale de santé publique

Nicolas Hamel, conseiller en soins infirmiers, service ITSS et réduction des méfaits liés aux drogues, secteur Prévention et contrôle des maladies infectieuses, Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux du Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal/Direction régionale de santé publique

Atelier 4 ‒ Différentes stratégies de prévention des complications reliées à la consommation de substances psychoactives

Centres de prévention des surdoses, analyses de substances (drug testing), distribution et enseignement sur la naloxone, prescriptions médicales de médicaments opioïdes, accompagnement et éducation aux risques liés à l’injection (AERLI ), etc.

Marie-Ève Goyer, M.D., M. Sc., chef de service en itinérance et médecine de proximité et coordonnatrice des Services bas seuil du programme Cran (Centre de recherche et d’aide pour narcomanes), Hôpital Notre-Dame, Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux du Centre-Sud-de-l'île-de-Montréal, médecin, Unité hospitalière de recherche, d’enseignement et de soins sur le sida au CHUM et professeure adjointe de clinique, Université de Montréal

Marilou Gagnon, RN, Ph. D., professeure associée, School of Nursing, University of Victoria, infirmière clinicienne spécialisée, Urban Health and HIV, Providence Health Care, St Paul’s Hospital, présidente, Association des infirmiers et infirmières en réduction des méfaits

Cette activité inclut une période d’échanges et de questions avec les participants de 15 minutes.

15 h 15 à 15 h 30 

Courte pause

15 h 30 à 16 h 10

Synthèse des ateliers 1 et 2 par les responsables et discussion en grand groupe sur l’applicabilité des différentes interventions partout au Québec

Cette activité inclut une période d’échanges et questions avec les participants de 10 minutes.

16 h 10 à 16 h 50

Synthèse des ateliers 3 et 4 par les responsables et discussion en grand groupe sur l’applicabilité des différentes interventions partout au Québec

Cette activité inclut une période d’échanges et questions avec les participants de 10 minutes.

16 h 50 à 17 h 05 

Synthèse de la journée et messages-clés

David-Martin Milot, M.D., C.M., M. Sc., FRCPC, médecin spécialiste en santé publique et préventive, Centre intégré de santé et de services sociaux de la Montérégie-Centre/Direction régionale de santé publique et cofondateur Jeunes médecins pour la santé publique

Comité scientifique

Responsables

  • Jorge Flores-Aranda, Ph. D., chercheur en établissement, Institut universitaire sur les dépendances, Direction de l'enseignement universitaire et de la recherche, Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux du Centre-Sud-de-l'Île-de-Montréal
  • Kathy Tremblay, chargée de projet, Communauté de pratique médicale en dépendance, Institut universitaire sur les dépendances, Direction de l'enseignement universitaire et de la recherche, Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux du Centre-Sud de l’île de Montréal

Membres

  • Richard Cloutier, M. Sc. Inf., Direction de la prévention des infections transmissibles sexuellement et par le sang, ministère de la Santé et des Services sociaux
  • Jean-Sébastien Fallu, Ph. D., professeur agrégé, École de psychoéducation, Université de Montréal
  • Marie-Ève Goyer, M.D., M. Sc., chef de service en itinérance et médecine de proximité et coordonnatrice des Services bas seuil du programme Cran (Centre de recherche et d’aide pour narcomanes), Hôpital Notre-Dame, Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux du Centre-Sud-de-l'île-de-Montréal, médecin, Unité hospitalière de recherche, d’enseignement et de soins sur le sida au CHUM et professeure adjointe de clinique, Université de Montréal
  • Carole Morissette, M.D., FRCPC, médecin-conseil, Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux du Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal/Direction régionale de la santé publique
  • Élise Roy, M.D., M. Sc., professeure titulaire, programme d’études et de recherche en toxicomanie, Université de Sherbrooke et médecin-conseil, Institut national de santé publique du Québec
  • Sophie Sanfaçon, infirmière clinicienne, équipe clinique SIDEP +, Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux du Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal