Travailler ensemble pour prévenir la violence interpersonnelle et sexuelle auprès des jeunes

4 décembre 2018
Demi-journée thématique

La violence interpersonnelle et sexuelle tend à s’installer tôt dans le parcours de vie. En effet, les recherches récentes indiquent une prévalence élevée de victimisation sexuelle et interpersonnelle avant l’âge de 18 ans, incluant les agressions sexuelles et la violence dans les relations amoureuses, y compris les cyberviolences exercées par un partenaire intime. Améliorer l’offre des programmes de promotion et de prévention efficaces en milieu scolaire constitue indéniablement une stratégie privilégiée pour rejoindre la population adolescente.

La collaboration entre les milieux de pratique, de l’éducation, de la santé publique et celui de la recherche apparaît comme un élément-clé pour assurer la cohérence et l’efficacité des interventions. Cet atelier présentera trois exemples de projets collaboratifs ayant mené à des activités pédagogiques dans les écoles et autres milieux de vie : l’enquête sur le Parcours amoureux des jeunes (PAJ), une synthèse des connaissances sur les cyberviolences en contexte de relations intimes et de séparation, et le programme Empreinte ‒ Agir ensemble contre les agressions à caractère sexuel. Ces projets pourront contribuer aux apprentissages essentiels en matière d’éducation à la sexualité, de retour en milieu scolaire en 2018.

À partir de trois exemples de projets de recherche, cette journée permettra aux participants d’intégrer dans leurs pratiques différents modèles de collaboration en contexte d’éducation à la sexualité auprès de la population adolescente.

Cette formation s’adresse aux professionnels concernés par l’éducation à la sexualité, la prévention et la promotion de la santé sexuelle (milieux scolaires secondaires, réseau de la santé et des services sociaux); aux intervenants communautaires dans le domaine de la violence interpersonnelle et sexuelle, ainsi qu’aux chercheurs dans le domaine de la prévention de la violence interpersonnelle et sexuelle.

À la fin de la demi-journée, le participant sera en mesure :

  • de situer le phénomène de violence dans ses différentes formes d’expression (interpersonnelle, sexuelle, etc.) en contexte québécois;
  • de décrire les conditions d’efficacité des interventions préventives de la violence auprès de la population adolescente;
  • de reconnaître les bénéfices et les défis de la collaboration intersectorielle dans le cadre d’interventions préventives de la violence auprès de la population adolescente.

Animation de la demi-journée :

Sylvie Gagnon, M. Sc., répondante régionale pour les dossiers relations amoureuses et sexualité des jeunes et École en santé, Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux du Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal/Direction régionale de santé publique

12 h à 13 h 45

Dîner – Visite des communications affichées et des exposants 

13 h 45 à 13 h 50 

Mot de bienvenue et objectifs de l’atelier

13 h 50 à 14 h

Contextualisation du problème au Québec et enjeux de santé publique

Manon Bergeron, Ph. D., professeure, Département de sexologie, Université du Québec à Montréal, chercheuse principale du programme Empreinte

14 h à 14 h 25

Traduire des données de recherche en outils de sensibilisation pour les milieux scolaires : l’expérience du projet Parcours amoureux des jeunes (PAJ)

Martine Hébert, Ph. D., professeure titulaire, Département de sexologie, Université du Québec à Montréal, titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur les traumas interpersonnels et la résilience

Cette présentation prévoit une période d’échanges et de questions avec le public de 5 minutes.

14 h 25 à 14 h 50 

Co-construction et évaluation du programme Empreinte ‒ Agir ensemble contre les agressions à caractère sexuel

Manon Bergeron, Ph. D., professeure, Département de sexologie, Université du Québec à Montréal, chercheuse principale du programme Empreinte

Cette présentation prévoit une période d’échanges et de questions avec le public de 5 minutes.

14 h 50 à 15 h 15

Cyberviolences en contexte intime et de séparation, une synthèse des connaissances pour mieux comprendre le phénomène et orienter les actions

Mylène Fernet, Ph. D., professeure titulaire, Département de sexologie, Université du Québec à Montréal

Cette présentation prévoit une période d’échanges et de questions avec le public de 5 minutes.

15 h 15 à 15 h 30

Courte pause

15 h 30 à 15 h 45

Exercice réflexif

Les participants auront l’occasion de réfléchir en sous-groupes aux facteurs favorables et défavorables au travail collaboratif dans le cadre de projets de recherche ou d’intervention pour prévenir la violence auprès de la population adolescente. À partir d’une « histoire de partenariat », l’exercice permettra de se reconnaître, de contextualiser les facteurs pour les rendre moins abstraits et d’activer les apprenants.

15 h 45 à 16 h 05

Réfléchir ensemble… le travail ensemble

Sara Mathieu-Chartier., M.A., Département de psychopédagogie et d’andragogie, Université de Montréal

Cette présentation inclut une période d’échanges et de questions avec le public de 5 minutes.

16 h 05 à 17 h

Discussion guidée – Le travail collaboratif entre les milieux de pratique, la recherche et la santé publique, en contexte de prévention de la violence interpersonnelle et sexuelle auprès de la population adolescente

Cette activité comprend une période d’échanges et de questions avec les participants de 55 minutes.

17 h à 17 h 05

Synthèse de l’activité et conclusion

Comité scientifique de la demi-journée

Responsable

  • Manon Bergeron, Ph. D., professeure, Département de sexologie, Université du Québec à Montréal, chercheuse principale du programme Empreinte

Membres

  • Geneviève Brodeur, M.A., coordonnatrice de l’évaluation du programme Empreinte, Université du Québec à Montréal
  • Sylvie Gagnon, M. Sc., répondante régionale pour les dossiers relations amoureuses et sexualité des jeunes et École en santé, Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux du Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal/Direction régionale de santé publique.
  • Martine Hébert, Ph. D., professeure, Département de sexologie, Université du Québec à Montréal, titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur les traumas interpersonnels et la résilience
  • Mélanie Sarroino, LL. M., Regroupement québécois des centres d’aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel (RQCALACS)