Autres infections

  • 9 janvier 2023

    En 2022, une épidémie de variole simienne a eu lieu dans plusieurs pays, incluant le Canada. Montréal a été l’un des endroits les plus touchés au début de cette épidémie. Au total, 524 cas de variole simienne ont été déclarés dans la province (octobre 2022). Ces cas ont été principalement diagnostiqués chez des hommes cis ou trans, gais, bisexuels ou queer (GBTQ+) et autres hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes (HARSAH).

     

    La forte réduction du nombre de nouveaux cas de variole simienne repose sur la vaccination, mais également sur la mobilisation importante des communautés d’hommes GBTQ+ et HARSAH afin de limiter la transmission du virus. En juin 2022, la Direction régionale de santé publique de Montréal a commencé à offrir une première dose de...

  • 2 novembre 2022

    L’institut national d’excellence en santé et services sociaux (INESSS) a publié une mise à jour du Guide d’usage optimal (GUO) sur les ITSS, concernant l’infection confirmée à Mycoplasma genitalium. Cette mise à jour actualise les recommandations sur les traitements pharmacologiques des infections non compliquées, confirmées, à Mycoplasma genitalium.

  • 21 juillet 2022

    Une éclosion importante d’infections à Neisseria meningitidis (méningocoque) de sérogroupe C sévit en Floride depuis avril 2022. Cette éclosion touche actuellement principalement des hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes (HARSAH).

    L’infection à méningocoque se manifeste habituellement sous l’une ou l’autre des formes cliniques suivantes : méningite ou méningococcémie (septicémie). Toutes les formes de la maladie sont graves et peuvent devenir rapidement mortelles.

    Le CDC encourage actuellement les HARSAH qui prévoient vivre ou voyager en Floride à recevoir le vaccin conjugué quadrivalent contre le méningocoque (Men-C-ACWY). Le vaccin conjugué contre le méningocoque de groupe C (Men-C-C) pourrait également être offert (si disponible). Au...

  • 24 février 2021

    Cette version du guide n'est plus à jour. Vous pouvez consulter la dernière version.

    L’institut national d’excellence en santé et services sociaux (INESSS) a publié au début du mois de février un nouveau guide d’usage optimal (GUO), concernant l’infection confirmée à Mycoplasma genitalium. Ce GUO est accompagné d’un rapport en soutien au guide ainsi que d’un état des connaissances sur l’efficacité et l’innocuité des antibiotiques utilisés pour le traitement d’une infection confirmée à Mycoplasma...

  • 13 juillet 2018

    Mycoplasma genitalium

    Mycoplasma genitalium est une bactérie causant une infection transmissible sexuellement (ITS). Cette ITS est de plus en plus fréquemment détectée à l’échelle mondiale, mais sa prévalence au Québec et ses caractéristiques épidémiologiques sont inconnues. Une proportion non négligeable des cas sont asymptomatiques; lorsque des symptômes sont présents, ceux-ci sont variables et non spécifiques, causant des manifestations cliniques similaires aux infections à Chlamydia trachomatis et à Neisseria gonorrhoeae. Il s’agit d’un microorganisme avec un taux élevé de résistance aux macrolides et une résistance émergente aux fluoroquinolones, ce qui suscite de l’inquiétude.

    L’INSPQ présente donc ce nouveau numéro de la série « Guides de pratique pour les analyses...

  • 25 octobre 2016

    Trichomonas vaginalis

    Ce numéro de la série Guides de pratique pour les analyses de laboratoire en lien avec les ITSS porte sur les tests diagnostiques de l’infection génitale au Trichomonas vaginalis.

    L'infection au T. vaginalis est l'infection transmissible sexuellement et par le sang (ITSS) non virale la plus prévalente mondialement. La symptomatologie associée à cette infection est variable et non spécifique; dans plusieurs cas, les personnes affectées sont asymptomatiques. Au Québec, les données épidémiologiques sont toutefois manquantes et l’ampleur de cette infection, ainsi que les données quant aux facteurs de risques propres à notre population, sont encore inconnues.

    Ce guide vise à optimiser le diagnostic de l’infection génitale par le parasite T. vaginalis...

  • 21 octobre 2016

    Les infections vaginales

    Ce numéro de la série Guides de pratique pour les analyses de laboratoire en lien avec les ITSS porte sur les analyses de laboratoire pour le diagnostic d’infections vaginales.

    La présence de symptômes vulvo-vaginaux (pertes vaginales, odeurs, prurit, brûlure et irritation à la région vulvo-vaginale) est une raison de consultation clinique très fréquente chez la femme adulte. Les diagnostics infectieux les plus souvent évoqués en présence de tels symptômes sont la vaginose bactérienne, la candidose et la trichomonase. D’autres étiologies infectieuses ou non infectieuses peuvent également être en jeu. Un guide de laboratoire sur les infections vaginales est pertinent puisque les signes et symptômes de ce syndrome ne sont pas assez sensibles ni spécifiques pour reconnaître...

  • 4 mars 2016

    Mise à jour 4 octobre 2016

    L'infection par le virus du Zika a été signalée pour la première fois chez l’homme en 1952. Ce n’est donc pas un nouveau virus. Pourquoi y sommes-nous soudainement si intéressés ? C'est qu'il a été introduit dans les Amériques et que désormais, il y a de la transmission vectorielle dans plus d'une trentaine de pays de ce continent.

    Jusqu’en 2005, on observait des éclosions sporadiques et limitées en Afrique et en Asie. Des épidémies plus importantes ont par la suite été signalées dans certaines îles du Pacifiques entre 2012 et 2014, notamment en Nouvelle-Calédonie, en Polynésie Française et à l’Île de Pâques.

    ...
    Catégories: Autres infections
Souscrire à Autres infections