VIH et VHC chez les personnes incarcérées

Établissements de détention provinciaux au Québec

Au Québec, comme ailleurs, la prévalence de l’infection au VIH et de l’hépatite C chez les personnes incarcérées est beaucoup plus élevée que dans la population générale. Les données recueillies dans les établissements de détention provinciaux du Québec en 2014 ont été comparées à celles obtenues en 2003 afin se suivre la tendance de la fréquence de ces infections et adapter les services en conséquence.

Malgré une diminution globale des comportements à risque ainsi que des prévalences du VIH et de l’hépatite C chez les personnes incarcérées, des défis importants pour un meilleur contrôle de ces infections demeurent. Par exemple, il importe de favoriser un meilleur accès aux mesures de prévention, au dépistage et au traitement de ces infections dans les établissements de détention. Une étroite collaboration entre le milieu carcéral et la communauté, notamment avec les groupes communautaires venant en aide aux utilisateurs de drogues par injection (UDI) et aux travailleurs et travailleuses du sexe, est primordiale.

Fichier(s): 

Rédigée par : 

Yohann Courtemanche, Céline Poulin, Bouchra Serhir, Michel Alary

Catégorie(s):