Crystal meth et réalités à surveiller

Les amphétamines et les méthamphétamines font partie de la même classe, mais les méthamphétamines sont deux fois plus puissantes. Le crystal meth est la déclinaison la plus pure de méthamphétamine sous forme de cristaux, de capsules, de comprimés ou de poudre.

Sur le cerveau, le crystal meth à trois effets. Cette drogue vient interférer au niveau de la sérotonine, de la dopamine et de la noradrénaline. Les impacts de cette drogue seront donc en lien avec le désir sexuel, le plaisir et la prise du risque.

Le crystal meth est l’un des plus puissants psychostimulants. Parmi les effets recherchés chez les utilisateurs on note : une grande assurance, une euphorie, une augmentation de la vigilance et de la libido et une diminution des inhibitions et de la fatigue. Outre les effets positifs immédiats que procure cette drogue, les effets physiques et psychologiques négatifs sont très préoccupants, entre autres son grand potentiel de dépendance.

En lien avec la santé sexuelle et les ITSS, ses utilisateurs sont plus portés à avoir des relations sexuelles à risque et donc, potentiellement transmettre ou acquérir une ITSS. De plus, les HARSAH séropositifs au VIH qui consomment du crystal meth seraient plus à risque d’avoir des relations sexuelles non protégées.

Le crystal meth aurait des impacts sur le VIH et les personnes séropositives. Il est possible d’observer une diminution du système immunitaire et une augmentation de la charge virale chez les personnes séropositives au VIH qui consomment du crystal meth. De plus, l’utilisation de crystal meth engendrerait un assèchement des muqueuses, ce qui entre autres les rendrait plus friables lors de pénétrations anales. Le risque d’acquisition ou de transmission d’une ITS est donc augmenté.

Certains cliniciens sont préoccupés, car ils observent une augmentation de la consommation de crystal meth chez leur clientèle HARSAH à Montréal, mais les données officielles sur le sujet sont difficiles à obtenir au Québec. La vigilance est donc nécessaire, mais d’autres données seront requises pour confirmer cette tendance. Il est de la responsabilité de chaque professionnel en ITSS d’ajuster son approche en fonction de ces informations. 

Une problématique, oui, mais de quelle mesure?

Le crystal meth est une drogue qui mérite qu’on y prête une attention supplémentaire. Cependant, cette substance illicite reste peu consommée au Québec et au Canada. Il s’agit d’une problématique individuelle plutôt que populationnelle. Néanmoins, il faut garder en mémoire que sa consommation peut être plus élevée chez certaines populations concernées. Il importe donc de prendre en compte l’ensemble des drogues pour évaluer le risque d’une personne aux ITSS.

Pour davantage d’informations sur le crystal meth, ses effets et les ressources offertes, reportez-vous aux documents suivants :

Rédigée par : 

Olivier Godin - Unité ITSS