Cocaïne, prise de risque et santé mentale : améliorer les pratiques en conjuguant recherche et intervention

Le colloque COSMO/EMPIR intitulé « Cocaïne, prise de risque et santé mentale : améliorer les pratiques en conjuguant recherche et intervention » s’est tenu le 4 mai dernier au Campus Longueuil de l’Université de Sherbrooke. Ce colloque abordait la complexité de l’intervention en réduction des méfaits chez les usagers de drogues, principalement les usagers de cocaïne qui présentent des problèmes de santé mentale.

Déroulement du colloque

Au total, 101 personnes œuvrant en réduction des méfaits ont participé au colloque et ont pu échanger leurs expertises afin d’améliorer les interventions auprès des usagers de drogues. Les discussions ont notamment porté sur des résultats de recherches menées par l’équipe de recherche sur le développement d’approches novatrices de prévention du VIH et du VHC chez les usagers de cocaïne souffrant de problèmes de santé mentale (financement des Instituts de recherche en santé du Canada dirigé par docteures Élise Roy et Julie Bruneau). Le thème principal était celui des liens complexes entre la santé mentale et les conduites à risque. Les défis et pistes de solutions pour les interventions tenant compte des personnes présentant de manière concomitante des problèmes de santé mentale et de consommation ont également fait l’objet de groupes de discussions. Un bilan critique des interventions individualisées pour réduire les pratiques à risque d’injection en tenant compte du contexte de détresse et de chronicité des problèmes qui caractérise les personnes ciblées a ensuite été présenté.

Ouverture vers d’autres expériences à l’international : le projet EARLI

Lors du colloque, nous avons également eu le privilège d’accueillir Dre Perrine Roux de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (INSERM) à Marseille (France). Sa présentation portait sur l’impact d’une intervention d’Accompagnement et d’Éducation aux Risques Liés à l’Injection (AERLI) chez les personnes utilisatrices de drogues injectables en France.

Organisation du colloque

Ce colloque d’envergure provincial a été organisé par les Programmes d’études et de recherche en toxicomanie de l’Université de Sherbrooke et le Centre de recherche du CHUM, en collaboration avec l’Association des intervenants en dépendance du Québec (AIDQ) et l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ).

Présentations du colloque

Vous pouvez consulter les présentations du colloque ci-dessous :

Suites au colloque à surveiller!

Quoique le colloque ait mis l’accent sur les troubles de santé mentale et les conduites à risque les plus fréquents, soient les troubles anxieux et de l’humeur ainsi que le partage de matériel d’injection respectivement, plusieurs analyses sont toujours en cours dans le cadre des travaux de l’équipe de recherche. Parmi ces dernières, on trouve la problématique du « binge » de cocaïne, le jeu pathologique, la consommation de médicaments à des fins non médicales, le partage de pipe à crack, les troubles de personnalité antisociale ainsi que la violence dans les couples chez les usagers de cocaïne. Les résultats de la plupart de ces analyses seront mis en ligne sur le site web de la Chaire dans les prochains mois.

Pour de plus amples informations sur le site de la Chaire de toxicomanie

Davantage d’informations sur les activités de la Chaire de toxicomanie de l’Université de Sherbrooke sont disponibles au http://www.usherbrooke.ca/chaire-toxicomanie/. À noter que le site web est présentement en refonte et sera mis à jour dans les prochaines semaines. Nous vous invitons à le consulter régulièrement pour connaître les prochaines activités de la Chaire! 

 

Fichier(s): 

Rédigée par : 

Émélie Laverdière – Université de Sherbrooke

Catégorie(s):