Mise à jour du Protocole de contraception du Québec

Le Protocole de contraception du Québec, produit par l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) vient tout juste d’être mis à jour! Il s’agit d’un document de référence élaboré pour guider la pratique des infirmières autorisées à initier, ajuster ou renouveler la contraception hormonale et le stérilet et prescrire la contraception d’urgence conformément au Règlement sur certaines activités professionnelles qui peuvent être exercées par une infirmière et un infirmier.

« L’infirmière qui prescrit une contraception doit savoir que les soins en matière de contraception dépassent la simple offre d’une méthode contraceptive » (Protocole de contraception du Québec, 2018, p.1)

En effet, l’initiation, l’ajustement ou le renouvèlement de la contraception et la prescription de la contraception d’urgence sont des activités indissociables de la pratique liée au dépistage des ITSS. Lorsqu’une femme consulte pour initier, ajuster ou renouveler une méthode contraceptive, les cliniciens devraient saisir l’opportunité pour évaluer les facteurs de risque reliés aux ITSS et effectuer le dépistage et le counseling en conséquence.

De plus, le Protocole de contraception stipule qu’un dépistage de l’infection à Chlamydia trachomatis ou à Neisseria gonorrheae doit être effectué chez toute femme asymptomatique de moins 25 ans et toutes celles qui présentent des facteurs de risque d’ITSS lors de l’initiation, l’ajustement ou le renouvellement de la contraception ou avant l’insertion de stérilet. Les cliniciens doivent être en mesure d’assurer le suivi du résultat et au besoin, doivent se référer au Protocole québécois pour le traitement d’une infection non compliquée à Chlamydia trachomatis ou à Neisseria gonorrhoeae chez une personne asymptomatique.

De plus, toujours selon le Protocole de contraception, toute femme qui consulte pour l’initiation ou l’ajustement de la contraception devrait aussi être informée sur les pratiques sexuelles à risque réduit.

Voici les principales modifications au Protocole pour 2018 :

  • Nouvelle section concernant l’initiation de la contraception durant le cycle menstruel, après une interruption de grossesse, un avortement spontané ou un accouchement (section 3.4)
  • Ajout ou retrait de quelques contre-indications selon les diverses méthodes de contraception (section 3.6)
  • Nouvelle consigne quant au suivi en contexte d’ajustement de la contraception : revoir toutes les femmes trois mois après l’ajustement de la contraception pour évaluer la persistance d’effets indésirables (chapitre 4)
  • Intégration des consignes du protocole de l’INESSS Initier des mesures diagnostiques et un traitement pharmacologique chez une femme présentant des pertes vaginales inhabituelles selon une ordonnance collective ou individuelle
  • Modification des consignes pour l’insertion d’un stérilet après la prise d’une contraception d’urgence ou en Quickstart

Pour connaître l’ensemble des modifications entre les versions 2016 et 2018 du Protocole, consultez ce document.

 

 

Rédigé par
Florence Maheux-Dubuc – Espace ITSS
Publication date: 26 juillet 2018