Protocole de contraception du Québec : mise à jour 2018

Professionnelles autorisées

Le présent protocole a été élaboré à l’intention des infirmières autorisées à prescrire conformément au Règlement sur certaines activités professionnelles qui peuvent être exercées par une infirmière et un infirmier, sanctionné en octobre 2015. L’activité professionnelle de l’infirmière décrite dans ce protocole, prise en application de ce Règlement est la suivante :

  • prescrire la contraception hormonale, un stérilet ou la contraception orale d’urgence, selon un protocole développé dans le cadre d’une activité qui découle du Programme national de santé publique 2015-2025.

Responsabilités professionnelles des infirmières autorisées

Du point de vue déontologique, l’infirmière est entièrement responsable de son exercice professionnel.

Les infirmières visées doivent posséder la compétence professionnelle requise, c’est-à-dire les connaissances scientifiques, les habiletés et le jugement clinique inhérents à l’activité exercée.

Considérant que ce protocole s’appuie sur les données scientifiques les plus récentes et qu’il est reconnu comme norme de pratique par l’Ordre des infirmières et infirmiers du Québec (OIIQ) ainsi que par le Collège des médecins du Québec (CMQ), les infirmières habilitées à prescrire doivent donc s’y conformer. Les principes encadrant l’exercice des activités de l’infirmière visées au règlement ainsi que les prérequis pour pouvoir exercer ces activités, établis par l’OIIQ et le CMQ, sont énoncés dans le document Prescription infirmière : guide explicatif conjoint. L’infirmière doit également s’y conformer.

Les infirmières autorisées à prescrire la contraception hormonale, un stérilet ou la contraception orale d’urgence doivent posséder les compétences requises en matière de contraception et, à cette fin, assurer la mise à jour et le développement de leurs compétences professionnelles.

À cet effet, la formation en ligne sur la contraception hormonale et les stérilets, conçue par l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) et l’OIIQ, est offerte aux infirmières sur le portail de formation continue de l’OIIQ, Mistral (www.mistral.oiiq.org).

Une formation supplémentaire dans le domaine de la contraception et des infections transmissibles sexuellement et par le sang (ITSS) peut être requise pour soutenir les infirmières dans le développement de leurs compétences. Des activités de formation dans le domaine des ITSS, en application du Programme national de santé publique, sont offertes par l’INSPQ (www.inspq.qc.ca/formation/institut/itss).

Par ailleurs, les infirmières autorisées à prescrire la contraception hormonale, un stérilet ou la contraception orale d’urgence sont appelées à travailler de concert avec les infirmières praticiennes spécialisées en soins de première ligne (IPS), les médecins de famille et les médecins spécialistes, le cas échéant. Une telle collaboration vise à faciliter la pratique des infirmières en contraception, mais aussi à optimiser la qualité des soins et à fournir une prestation de service adaptée à la clientèle.

Situations cliniques visées

Cette nouvelle activité fait appel aux activités réservées de l’infirmière, notamment en matière d’évaluation de la condition de santé physique et mentale, de surveillance clinique et de suivi infirmier. Selon les constats découlant de son évaluation, l’infirmière habilitée pourra prescrire la contraception hormonale et le stérilet, ajuster la contraception hormonale et prescrire la contraception orale d’urgence selon la situation clinique et les besoins.

Processus d’élaboration

Ce protocole est le fruit d’un travail mené par l’INSPQ. Il s’appuie sur les données scientifiques les plus récentes. Le protocole a été conçu par le Comité d’experts en planning familial de l’INSPQ.

Périodiquement mis à jour selon les plus récentes lignes directrices canadiennes, américaines et internationales en matière de contraception, il est l’outil de référence pour les infirmières et les infirmiers habilités à prescrire conformément au Règlement sur certaines activités professionnelles qui peuvent être exercées par une infirmière et un infirmier. Le Comité d’experts en planning familial a tenu compte des évidences scientifiques les plus récentes et est arrivé à un consensus sur le contenu de ce protocole.

Ce protocole s’applique en complémentarité avec le Guide québécois de dépistage des infections transmissibles sexuellement et par le sang du ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS), le Protocole québécois pour le traitement d’une infection à Chlamydia trachomatis ou à Neisseria gonorrhoeae chez une personne asymptomatique, le Protocole sur le traitement pharmacologique ITS – Approche syndromique, le Protocole médical Initier des mesures diagnostiques et un traitement pharmacologique chez une femme présentant des pertes vaginales inhabituelles et le Guide sur le traitement d’une infection non compliquée à Chlamydia trachomatis ou à Neisseria gonorrhoeae de l’Institut national d’excellence en santé et en services sociaux (INESSS). Dans le cadre de l'ajustement de la contraception hormonale pour la femme se présentant pour des effets indésirables de son contraceptif (ex. : femme présentant de la dysménorrhée, une leucorrhée abondante, des saignements irréguliers, des saignements abondants), l'infirmière doit mettre en œuvre plusieurs interventions dont celle d’effectuer un test de triage pour éliminer l'infection à Chlamydia trachomatis et la gonorrhée avant tout ajustement. Dans les situations d’ajustement de la contraception hormonale, l’infirmière devra planifier une visite systématique de suivi, 3 mois après la première consultation pour l’effet indésirable visé, puis diriger la femme vers un médecin ou une IPS si certains symptômes particuliers (détails fournis dans la section 4. Ajuster la contraception) apparaissent avant ou lors de cette visite de 3 mois.

Note(s): 

Protocole de contraception du Québec : mise à jour 2018

Auteur(s): 

Sujet(s): 

Type de publication: 

ISBN (électronique): 

978-2-550-81546-4

Notice Santécom: