Les ITSS bactériennes : des problèmes en croissance, mais aussi des solutions!

Quelques faits saillants du 25e Congrès européen de l’International Union against Sexually Transmitted Infections (IUSTI).

Du 23 au 25 septembre 2010 se tenait à Tbilisi en Géorgie le 25e Congrès européen de l’International Union against Sexually Transmitted Infections (IUSTI). Au cours de ces 3 jours, des sujets particuliers ont attiré l’attention des quelque 1 000 participants présents, notamment la situation préoccupante de deux ITSS bactériennes : la gonorrhée et la chlamydia.

Lors du congrès, il a été question de la résistance aux antibiotiques pour traiter la gonorrhée. L’augmentation de la concentration minimale inhibitrice des gonocoques à plusieurs antibiotiques dont la cefixime et l’azithromycine inquiète, car il y a peu de solutions de rechange. Par ailleurs, la situation inquiétante des diagnostics de chlamydia est sensiblement la même dans plusieurs pays. Ainsi, bien que très peu de cas de résistance aient été observés chez les patients jusqu’ici, les programmes de surveillance demeurent en veille intensive.

Beaucoup d’échanges enrichissants ont également eu lieu au sujet des tests de dépistage et de diagnostic de la chlamydia. De nouvelles façons de dépister cette ITSS sont souhaitables pour augmenter l’offre de dépistage étant donné que les taux d’incidence et de prévalence liés à la chlamydia sont en augmentation dans tous les pays du monde. C’est dans cette optique que de nouvelles façons d’utiliser les tests de chlamydia ont été discutées, notamment la méthode des autoprélèvements à domicile et pour les hommes, prélèvement où l’on procède par écouvillonnage du pénis plutôt que par prélèvement intra urétral.

Sous l’angle de l’accessibilité aux  tests de chlamydia, un projet américain intéressant a aussi été présenté : grâce au site www.iwantthekit.org, des jeunes de certains états américains peuvent commander une trousse de prélèvement utilisable à domicile. Les résultats de ce projet ont démontré un haut taux de satisfaction chez ceux qui ont employé la trousse en question… mais également un taux élevé de dépistage positif de la chlamydia.

Il sera intéressant de voir si ces différentes méthodes utilisées ailleurs trouveront une place dans les programmes québécois de prévention.

Ce  congrès s’adressait aux chercheurs, particulièrement à ceux provenant de laboratoires cliniques, ainsi qu’aux cliniciens, gérants de programmes et intervenants en prévention primaire et secondaire.

Pour obtenir plus d’information sur l’International Union against Sexually Transmitted Infections, visitez leur site Web officiel au www.iusti.org.

Pour obtenir plus d’information sur l’augmentation des taux rapportés pour la gonorrhée et la chlamydia au Québec, consultez le Portrait des infections transmissibles sexuellement et par le sang (ITSS) au Québec.

Portrait des infections transmissibles sexuellement et par le sang (ITSS) au Québec - Année 2012 et projections 2013

Le MSSS publie, chaque année, le Portrait des infections transmissibles sexuellement et par le sang (ITSS) au Québec ainsi qu’un sommaire de cette analyse. Ces deux publications annuelles du ministère sont des sources quasi inépuisables d’information dont les intervenants en ITSS devraient se nourrir. Espace ITSS vous invite à les consulter abondamment.

Comme il est mentionné en introduction, ces documents s’adressent aux professionnels de la santé, aux associations, aux intervenants, aux groupes communautaires et aux individus engagés, de près ou de loin, dans la lutte aux ITSS. Ils fournissent de l’information sur l’émergence, l’ampleur ainsi que la progression de ces infections et leurs déterminants afin de planifier les interventions menées dans la lutte contre les ITSS.

Le portrait décrit notamment les populations vulnérables et les conditions qui agissent sur leur vulnérabilité. Il fait également état de la situation épidémiologique de l’infection génitale à Chlamydia trachomatis, de l’infection gonococ­cique, de la syphilis infectieuse, de la lymphogranulomatose vénérienne, de l’hépatite B, de l’hépatite C et de l’infection par le virus de l’immunodéficience humaine (VIH). Une lecture instructive et éclairante.

Le sommaire du Portrait des ITSS au Québec – Année 2012 et projections 2013

Le Portrait des ITSS au Québec – Année 2012 et projections 2013

Rédigée par : 

Marc Steben, médecin-conseil à l’Institut national de santé publique du Québec