Les défis liés à l'implantation d'une ordonnance collective

Le rythme d’implantation

L’utilisation des ordonnances collectives n’est pas une mesure obligatoire. Le rythme d’implantation des OC semble dépendre de l’intensité de la collaboration antérieure entre les professionnels d’un milieu, de leur connaissance de ce mécanisme, des bénéfices anticipés, du soutien organisationnel disponible et de l’accès à des OC déjà rédigées.

Les équipes qui ont investi du temps à rédiger leur OC localement, tel un groupe de médecine de famille ou une équipe clinique dans un hôpital, affirment que l’exercice leur a permis de mieux connaître et reconnaître leur rôle respectif, leurs responsabilités et leur potentiel de collaboration. Cette démarche a favorisé l’appropriation de la Loi 90 qui redéfinit les activités et les champs d’exercice de 11 professionnels de la santé.

Investissements réels, mais retombées intéressantes

L’élaboration locale a eu des retombées positives, elle a toutefois nécessité un investissement majeur en termes de temps et d’énergie des équipes locales. L’élaboration locale des OC a aussi engendré une disparité d’OC pour des conditions similaires créant un casse-tête pour les pharmaciens communautaires desservant une clientèle concernée par différentes ordonnances collectives.

Bien entendu, un mouvement d’harmonisation des OC s’est rapidement établi à travers la diffusion des OC par les milieux de soins eux-mêmes ou par des acteurs plus centraux tels les communautés de pratique, les agences de santé et des services sociaux, les ordres professionnels.

L’harmonisation des OC s’organise aussi de façon plus dirigée en confiant la rédaction de modèles à des comités régionaux ou d’experts. À titre d’exemple de modèle provincial, citons l’OC pour la contraception hormonale. Cependant, la disponibilité d’un modèle ne dispense pas du processus d’adoption locale de l’OC.

Au cours de l’automne 2011, un comité piloté par le MSSS développera entre autres des modèles d’OC de référence pour le traitement du diabète, l’hypertension, l’hypercholestérolémie et l’anticoagulothérapie pour la 1ère ligne.

Démarrage du processus

Plusieurs exemples d’OC sont disponibles, consultez les sites des organismes centraux tels les agences, les ordres professionnels et les établissements de santé pour identifier des modèles. Certains sont accessibles en activant les hyperliens ci-dessous. Renseignez vous aussi au sujet des leçons apprises par les pionniers lors de l’implantation de leur OC. Votre mise en chantier sera ainsi facilitée.

Au sein de votre milieu, il est également judicieux :

  1. d’établir la collaboration entre les acteurs-clé en développant une vision commune des cibles prioritaires en terme de clientèle ou de situations cliniques;
  2. de planifier le changement de pratique par étape en misant sur les bénéfices pour chacun des acteurs;
  3. d’emboîter le pas avec une première OC pour une condition simple et fréquente;
  4. au fur et à mesure que tous les professionnels apprivoiseront cette nouvelle façon de travailler en équipe, l’ouverture à l’implantation de d’autres OC plus complexes se manifestera.

La formation nécessaire

La formation des professionnels est au cœur de la qualité des soins. Cela prévaut aussi  pour l’application des OC. Un professionnel sera reconnu compétent à appliquer une OC en fonction de sa formation initiale et continue ainsi que de son exposition clinique subséquente.

Une accessibilité sans faille

Afin de favoriser une application fluide des OC, l’hébergement électronique des OC au sein d’un ou des sites centraux désignés est nécessaire. De cette manière, tous les professionnels concernés pourront y avoir accès aisément et rapidement.

Présentement, plusieurs organisations offrent des sites d’hébergement différents (établissements de santé, agences de santé et des services sociaux, ordres professionnels, les systèmes informatiques des pharmacies). Ainsi, l’échange de formulaires de liaison entre l’infirmière et le pharmacien s’effectue encore souvent par télécopieur ou par copie papier transmise par le patient lui-même.

L’innovation a encore sa place ici. Soyons imaginatifs et efficaces.

La mise à jour des OC

Tout comme la pratique professionnelle individuelle, les OC doivent se bonifier à la lumière des derniers résultats probants. Ainsi, la mise à jour des OC doit être effectuée régulièrement. Ce processus demeure fragile, car il est encore trop souvent tributaire des mécanismes mis en place par les acteurs locaux. Il leur faut investir temps et énergie pour réviser, modifier et diffuser les OC mises à jour à tous leurs partenaires. Encore là, il est souhaitable de mettre à profit le travail en réseaux, la contribution d’experts clinique et de gestion ainsi que les systèmes informatiques.

 

N’hésitez pas à mettre à contribution les expertises cliniques, de gestion et informatique disponibles et tenez-vous informé auprès des organismes centraux.

Catégorie(s):