Factors associated with HIV sexual risk management among HIV-negative men who have sex with men living in Québec and who use Internet to find sexual partners

Facteurs associés à la gestion des risques sexuels de transmission du VIH et autres ITSS chez des hommes québécois séronégatifs ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes et qui utilisent Internet pour rencontrer des partenaires sexuels

Communication affichée présentée au congrès ISSTDR, Québec, Canada

Thème

Les hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes (HARSAH) forment un groupe particulièrement touché par les infections transmises sexuellement et par le sang (ITSS), dont le VIH.

L’analyse des données du Net Gay Baromètre 2007 permet ici de dégager des déterminants associés à un comportement à risque de transmission du VIH et d’autres ITSS chez des HARSAH québécois séronégatifs.

Public cible

Les données présentées intéresseront les intervenants psychosociaux, les infirmiers et infirmières ainsi que les cliniciens qui interviennent auprès des HARSAH. Ils pourront y trouver des repères pertinents pour l’intervention préventive en matière de transmission du VIH et d’autres ITSS.

Faits saillants

Le Net Gay Baromètre est une vaste enquête menée en 2007-2008 sur des sites de rencontres gais sur Internet et qui a permis d’interroger 3 718  HARSAH québécois sur leur mode de vie, leurs comportements et leur santé au cours des 12 mois précédant l’enquête.

Parmi les répondants, 1 794 (48 %) se disaient séronégatifs pour le VIH, utilisaient occasionnellement ou régulièrement Internet pour faire des rencontres sociales et sexuelles et avaient eu au moins un partenaire sexuel occasionnel dans l’année précédant l’enquête. 14,7 % de ces répondants séronégatifs ont déclaré une relation sexuelle anale non protégée avec un partenaire occasionnel séropositif ou au statut inconnu dans les 12 derniers mois.

Les analyses multivariées indiquent que les déterminants suivants sont significativement associés à ce comportement à risque :

  • auto-identification comme homosexuel (augmentation);
  • plus grand nombre de partenaires sexuels occasionnels (augmentation);
  • pratique d’au moins une activité sexuelle marginale (augmentation);
  • consommation d’au moins une drogue (augmentation);
  • antécédents d’ITS dans la dernière année (augmentation);
  • engagement dans une relation de couple (diminution).

Par ailleurs, tous ces déterminants étaient plus fréquemment déclarés par les répondants qui résidaient à Montréal, qui recherchaient des sensations fortes, qui fréquentaient les lieux de rencontres sexuelles immédiates et qui visitaient régulièrement les sites de rencontres en ligne.

L’ensemble de ces déterminants et des facteurs associés montrent différents scénarios sexuels qui semblent être plus présents dans certains espaces, comme Internet, et qui influence la gestion des risques sexuels. Cela suggère d’adapter les interventions de prévention de la transmission du VIH à la réalité des HARSAH québécois, et ce, dans le respect des différentes cultures sexuelles qu’on retrouve dans les espaces de rencontre.

[Note : La communication affichée n’est disponible qu’en anglais]

 

Fichier(s): 

Rédigée par : 

Marie-Claude Drouin, Alain Léobon, Louis-Robert Frigault et Joseph J. Lévy

Catégorie(s):