Transport actif et sécuritaire auprès des élèves du primaire

La promotion des déplacements à pieds ou à vélo (transport actif) entre la maison et l’école auprès des élèves du primaire est l’un des moyens privilégiés pour lutter contre la sédentarité et les problèmes de santé qui y sont associés. Pour profiter pleinement des bienfaits qui en découlent, il importe de sécuriser ces déplacements, d’autant plus que l’insécurité routière est l’une des principales raisons invoquées par les parents pour choisir l’automobile comme mode de déplacement de leurs enfants entre la maison et l’école1.

Au Québec, entre les années 2015 et 2019, on estime que 85 enfants âgés de 5 à 12 ans ont été blessés par un véhicule motorisé, comme piétons (50) ou cyclistes (35), en moyenne à chaque année lors des heures habituelles de déplacements entre la maison et l'école2. Ces enfants ont été blessés principalement en secteur résidentiel mais également aux abords de l’école. À cet âge, les principaux facteurs de risque de blessures comme piéton ou cycliste sont liés au développement cognitif et psychomoteur, à la vitesse des véhicules, au volume de la circulation, à la largeur des rues et aux obstacles visuels, en particulier les véhicules stationnés aux abords de la chaussée3.

Plusieurs mesures peuvent être mises en place pour sécuriser les déplacements à pieds ou à vélo entre la maison et l’école3 : aménagement de l’environnement routier (ex. : dos-d’âne allongés, réduction de la largeur des rues, avancées de trottoir, feux pour piétons), brigadier scolaire, accompagnement des enfants par un adulte, port d’un casque de vélo et cours d’éducation à la sécurité routière. Une priorité doit toutefois être accordée aux mesures visant à sécuriser l’environnement routier parce qu’elles sont démontrées efficaces et aussi parce que, une fois implantées, leur effet protecteur est toujours présent, quel que soit l’âge, le sexe ou le niveau économique des enfants.

Les municipalités et le milieu scolaire sont particulièrement concernés par la sécurité des enfants se déplaçant à pied ou à vélo entre la maison et l’école. Ces organismes peuvent compter sur trois outils d’intervention soit : 1) le guide Redécouvrir le chemin de l’école élaboré par le ministère des Transports du Québec4, 2) le programme À pied, à vélo, ville active développé par Vélo Québec5 et 3) l’avis scientifique intitulé Sécurité des élèves du primaire lors des déplacements à pied ou à vélo entre la maison et l’école publié par l'INSPQ3.

Pour en savoir plus

Références

  1. Lewis, P. et coll. (2008), Le transport actif et le système scolaire à Montréal et à Trois Rivières. Analyse du système d’acteurs concernés par le transport actif des élèves des écoles primaires au Québec. Rapport final. Montréal, Groupe de recherche Ville et Mobilité.
    http://mapageweb.umontreal.ca/lewisp/GVM%20rapport%20final.pdf
  2. Société de l’assurance automobile du Québec (2020). Jeunes victimes âgées entre 5 et 12 ans blessées en période scolaire : 2015-2019. Direction des études et des stratégies en sécurité routière, Société de l’assurance automobile du Québec. Compilation spéciale.
  3. Burigusa, G., Lavoie, M., Maurice, P., Hamel, D. et Durenceau, A. (2011). Sécurité des élèves du primaire lors des déplacements à pied et à vélo entre la maison et l’école au Québec. Direction du développement des individus et des communautés, Institut national de santé publique du Québec.
    https://www.inspq.qc.ca/publications/1243
  4. Ministère des Transports du Québec (2008). Redécouvrir le chemin de l’école. Guide d’implantation de trajets scolaires favorisant les déplacements actifs et sécuritaires vers l’école primaire. Service de l’expertise et du soutien technique en sécurité. Direction de la sécurité en transport. Ministère des Transports du Québec.
  5. Vélo Québec (Page consultée le 6 octobre 2020). Àpied, à vélo, ville active. [en ligne], http://www.velo.qc.ca/transport-actif/A-pied-a-velo-ville-active/