Pour aider les professionnels de la santé à être mieux outillés face aux situations de violence dans les relations amoureuses et intimes entre hommes

Présentation du projet VRAIH 2.0 de RÉZO

Les personnes issues de la communauté LGBT sont particulièrement vulnérables aux violences en contexte conjugal. Selon l’Enquête sociale générale sur la victimisation de Statistique Canada (2014), 8 % des personnes homosexuelles rapportent avoir été victimes de violence conjugale au pays. Cette statistique ne prend évidemment pas en compte toutes les situations de violence dans leurs relations intimes non dénoncées. Par contre, selon cette Enquête, le pourcentage de personnes homosexuelles qui rapportent avoir été victimes de violences conjugales serait deux fois plus élevé que dans les couples hétérosexuels.

On vous en parlait il y a quelques mois : la violence conjugale entre hommes homosexuels se manifeste parfois par des formes bien spécifiques, par exemple, menacer de dévoiler l’orientation sexuelle ou le statut séropositif à leur famille. Les personnes victimes de violences conjugales sont souvent davantage à risque de contracter une ITSS, parce qu’elles sont souvent moins enclines à exiger l’utilisation du condom ou à refuser des pratiques sexuelles à risque.

Nous avons demandé à Guillaume Tremblay-Gallant, intervenant violence au sein de l’organisme RÉZO de nous présenter le projet VRAIH (Violence dans les Relations Amoureuses et Intimes entre Hommes) et particulièrement la formation VRAIH 2.0, visant à démystifier cette réalité des hommes aux prises avec des situations de violence dans leurs relations intimes avec d’autres hommes.

Guillaume Tremblay-Gallant : « L’initiative VRAIH, portée par RÉZO depuis un peu plus de deux ans, est née de la constatation d’un trou dans l’offre de service pour les hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes (HARSAH) qui sont victimes de violences conjugales. En effet, lorsqu’un homme gai ou bisexuel est victime de violences intimes, l’idée de se tourner vers un service qui dessert en grande majorité des femmes peut constituer une barrière à sa demande d’aide. À l’inverse, si demander de l’aide auprès d’un organisme LGBTQ+ est a priori plus accessible, ce ne sont pas toustes les intervenantEs qui sont outilléEs pour répondre adéquatement à un tel besoin.

Quand on sait que les personnes homosexuelles sont au moins deux fois plus à risque d’être victimes de violences conjugales que les personnes hétérosexuelles, mais aussi que les membres de ces communautés (et tout particulièrement les hommes) ne dénoncent presque pas les agressions dont ils sont victimes et ce, pour différentes raisons, il devient impératif de faire en sorte que les premierEs répondantEs soient sensibiliséEs à ces questions.

Ainsi, depuis octobre 2018, un peu partout à travers le Québec, les intervenantEs de première ligne de plusieurs instances peuvent bénéficier de la formation VRAIH 2.0, qui est offerte gratuitement. Développée en concertation avec des acteurs et actrices clés des milieux communautaire, universitaire et institutionnel, la formation propose une formule interactive visant la démystification de la réalité des hommes aux prises avec des situations de violence dans leurs relations intimes avec d’autres hommes, dans le but de comprendre les enjeux spécifiques à leur situation. Sont abordés notamment des sujets comme la masculinité toxique, l’homophobie intériorisée, les menaces de dévoilement du statut sérologique ou de l’orientation sexuelle du partenaire, les enjeux liés aux parcours trans et à l’immigration.  Également, une bonne partie de la formation est dédiée aux techniques d’intervention à adopter auprès de ces hommes, dans le but, notamment, d’établir un plan d’action et de sécurité.

Quoi surveiller pour 2019? Une série d’ateliers de soutien pour les hommes victimes de ces types de violences sera initiée à Montréal et tenue chez RÉZO à compter du mois de mars. Aussi, une campagne de sensibilisation sera produite et lancée dans la communauté.  Pour demeurer au courant des avancées du projet, ne pas hésiter à suivre notre page facebook : https://www.facebook.com/REZOsante/ ».

Si vous désirez faire bénéficier de la formation à votre équipe, communiquez avec Guillaume Tremblay-Gallant au : guillaume@rezosante.org.

Rédigée par : 

Guillaume Tremblay-Gallant (REZO) et Florence Maheux Dubuc (UITSS INSPQ)

Catégorie(s):