Statistiques - ampleur adultes

Comment l’ampleur des agressions sexuelles est-elle connue?

Deux sources majeures d’information permettent de documenter l’ampleur des agressions sexuelles chez les adultes :

  1. Les données des services de police.+

    Cette source se base sur les infractions sexuelles enregistrées annuellement par les services de police (incidence). Même si ces données permettent de connaître le nombre d’infractions sexuelles traitées par ces services, leurs statistiques ne représentent qu’une faible proportion de toutes les agressions sexuelles subies par la population car celles-ci ne sont pas toutes dévoilées et rapportées aux autorités et parce que les situations dénoncées ne sont pas toutes jugées fondées. Ces données proviennent principalement du Programme de déclaration uniforme de la criminalité fondé sur l’affaire – DUC 2.

  2. Les données des enquêtes populationnelles.+

    Il s’agit de la source la plus fiable pour obtenir la prévalence de l’agression sexuelle auprès d’une population, puisque ces enquêtes se basent habituellement sur de larges échantillons représentatifs d’une population et qu’elles interrogent les répondants sur leurs expériences de victimisation de façon anonyme. Elles ne permettent toutefois pas de comprendre en détails les contextes et les expériences de vie des victimes. Ces données réfèrent aux enquêtes nationales, telle l’Enquête sociale générale, et à certaines études scientifiques.

Ampleur et caractéristiques des agressions sexuelles envers les adultes

  • L’ampleur des agressions sexuelles envers des adultes peut être obtenue de deux façons : d’abord, par les données sur les infractions sexuelles enregistrées annuellement par les services policiers au Québec et au Canada à l’aide du Programme de déclaration uniforme de la criminalité fondé sur l’affaire, DUC 2; ensuite, par le biais des expériences de victimisation auto-déclarée de façon anonyme dans le cadre d’enquêtes populationnelles, dont les Enquêtes sociales générales (ESG) canadiennes.
  • Ces deux sources fournissent des informations actuelles sur l’ampleur des agressions sexuelles ainsi que sur certaines caractéristiques des victimes, des auteurs présumés et sur plusieurs autres particularités des événements.

Faits saillants

Les agressions sexuelles à l’âge adulte touchent un nombre préoccupant d’individus au Canada, mais elles sont moins nombreuses que celles commises contre des mineurs.

  • Au Québec, en 2011, un peu plus du tiers (36 %) des victimes d’infractions sexuelles rapportées à la police sont des adultes, alors qu’au Canada en 2007, c’est 42 % des infractions sexuelles qui ont été commises envers des adultes de 18 ans et plus4,18. Sources : DUC 2 - MSP 2011, Statistique Canada
  • Les services de police québécois ont enregistré en 2011 1 756 infractions sexuelles envers des adultes, alors qu’au Canada, 9 667 infractions sexuelles sur des adultes ont été compilées en 20084,19. Sources : DUC 2 - MSP 2011, Statistique Canada
  • En 2014, 22 incidents d’agression sexuelle par 1 000 habitants canadiens de 15 ans et plus ont été auto-déclarés dans l’année précédente, ce qui équivaut à 633 000 incidents33. Source : ESG 2014
  • On estime que moins de 10 % des agressions sexuelles vécues par des adultes seront rapportées et enregistrées par les services de police, montrant que les données policières ne représentent que la pointe de l'iceberge de toutes les agressions sexuelles commises.

Même si à l’âge adulte, les hommes sont victimes d’un nombre considérable d’agressions sexuelles, les femmes sont davantage victimes d’agressions sexuelles.

  • Parmi les victimes d’infractions sexuelles à l’âge adulte rapportées aux services de police, 8 % était des hommes et 92 % était des femmes, et ce, autant au Québec (2010) qu’au Canada (2008)4,19. Sources : DUC 2 - MSP 2010, Statistique Canada
  • 87 % des agressions sexuelles déclarées par les répondants à l’ESG de 2004 ont été commises à l’endroit d’une femme33. Source : ESG 2014

Des adultes de tous âges sont victimes d’agression sexuelle. Toutefois, les jeunes adultes de moins de 25 ans représentent le groupe d’âge le plus touché par les agressions sexuelles.

  • Au Canada (2008) comme au Québec (2009), parmi les adultes ayant rapporté une infraction sexuelle à la police, les personnes de 18 à 24 ans constituent le groupe où l’on retrouve le plus de victimes, tant pour les hommes que pour les femmes19,6. Sources : DUC 2 - Statistique Canada, MSP 2009
  • Les Canadiens de 15 à 24 ans rapportent les taux d’agression sexuelle dans la dernière année les plus élevés dans la population adulte33. Source : ESG 2014

Les agressions sexuelles sévères, commises en présence d’une arme ou causant des blessures constituent une minorité des agressions sexuelles à l’endroit des adultes.

  • Les attaques de nature sexuelle, soit des agressions sexuelles comportant des menaces ou de la violence physique, représentaient 19 % des agressions sexuelles déclarées par les Canadiens de 15 ans et plus en 200920. Source : ESG 2009
  • Les agressions sexuelles armées ou graves constituent une minorité de toutes les infractions sexuelles envers des adultes enregistrées par les services de police, autant au Québec (3 % en 2009) qu’au Canada (2 % en 2008)6,21. Sources: DUC 2 – MSP 2009, Statistique Canada

En comparaison avec les victimes mineures, les adultes semblent davantage victimes d’agression sexuelle par un étranger et moins par un membre de la famille. La majorité des agressions sexuelles contre des adultes sont ainsi commises par des connaissances non apparentées.

  • Au Québec (2011) et au Canada (2008), la majorité des victimes adultes d’infraction sexuelle déclarée à la police connaissaient l’auteur présumé (respectivement 68 % et 77 %)4,19. Sources : DUC 2 - MSP 2011, Statistique Canada
  • Dans plus de la moitié (52 %) des agressions sexuelles auto-déclarées par les Canadiens en 2014, l’auteur présumé était un ami, une connaissance ou un voisin de la victime33. Source : ESG 2014
  • Parmi les auteurs présumés d’infractions sexuelles envers des adultes qui étaient connus de la victime au Québec en 2013, 29 % était un conjoint, un ex-conjoint, un ami ou ex-ami intime26. Source : DUC 2 - MSP 2013

Données des services de police

Faits saillants

  • Au Québec, en 2011, plus du tiers (36 %) des victimes d’infractions sexuelles rapportées à la police sont des adultes, alors qu’au Canada en 2007, c’est 42 % des infractions sexuelles qui ont été commises envers des adultes de 18 ans et plus4. Source : DUC 2 - Statistique Canada, MSP 2011
  • Les services de police québécois ont enregistré en 2011 1 756 infractions sexuelles envers des adultes, alors qu’au Canada, 9 667 infractions sexuelles sur des adultes ont été compilées en 20084,19. Sources : DUC 2, MSP 2011, Statistique Canada
  • Parmi les victimes d’infractions sexuelles à l’âge adulte rapportées aux services de police, la grande majorité (95 %) était des femmes, autant au Québec (2011) qu’au Canada (2008)4,19. Sources : DUC 2, MSP 2011, Statistique Canada
  • Au Canada (2008) comme au Québec (2009), parmi les adultes ayant rapporté une infraction sexuelle à la police, les personnes âgées entre 18 et 24 ans constituent le groupe où l’on retrouve le plus de victimes, tant pour les hommes (42% des hommes victimes) que pour les femmes (39% des femmes victimes)19,6.
    Sources : DUC 2-Statistique Canada, MSP 2009
  • Les agressions sexuelles armées ou graves constituent une minorité de toutes les infractions sexuelles envers des adultes enregistrées par les services de police, autant au Québec (3 % en 2009) qu’au Canada (2 % en 2008)6,21. Sources: DUC 2 – MSP 2009, Statistique Canada
  • Au Québec (2011) et au Canada (2008), la majorité des victimes adultes d’infraction sexuelle déclarée à la police connaissaient l’auteur présumé (respectivement 68 % et 77 %)4,19. Sources : DUC 2 - MSP 2011, Statistique Canada
 
 
Les déclarations aux services policiers enregistrées dans le Programme DUC 2 fournissent un portrait partiel de la réalité. Dans ce programme, les policiers peuvent consigner jusqu’à quatre types d’infractions sexuelles commises lors d’un même événement. Or, les statistiques qui en sont extraites et publiées ne rapportent que l’infraction la plus grave4. De surcroît, les enquêtes sociales générales (ESG) révèlent que les infractions sexuelles déclarées à la police au cours d’une année ne représenteraient qu’environ 10 % de la totalité des infractions sexuelles qui ont été commises.

Données québécoises

  • Ampleur des infractions sexuellesCliquez pour voir plus.

    • En 2013, au Québec, 1 785 infractions sexuelles envers des adultes ont été déclarées aux corps policiers26. Source : DUC 2 – MSP 2013
    • Le tiers (33,6 %) des victimes d’infractions sexuelles rapportées à la police au Québec en 2013 sont des adultes de 18 ans et plus26. Source : DUC 2 – MSP 2013
  • Âge et sexe des victimesCliquez pour voir plus.

    • Parmi les adultes victimes d’infractions sexuelles enregistrées par les services de police au Québec en 2013, 91,5 % étaient des femmes (1 634 infractions sur 1 785), représentant 37,2 % de toutes les infractions sexuelles26. Source : DUC 2 – MSP 2013
    • Parmi les adultes victimes d’infractions sexuelles enregistrées au Québec, en 2013, 38,6 % des femmes victimes et 43,7 % des hommes victimes étaient âgés entre 18 et 24 ans, constituant le groupe d’âge où le plus d’infractions ont été enregistrées, tant pour les hommes que pour les femmes26. Source : DUC 2 – MSP 2013
    • La proportion d’adultes victimes d’infractions sexuelles diminue avec l’augmentation des groupes d’âge au Québec, en 201326. Source : DUC 2 – MSP 2013
  • Formes et gravitéCliquez pour voir plus.

    • Les infractions sexuelles commises envers des adultes au Québec et enregistrées par les corps de police en 2012, sont dans la presque totalité (92,7%) des agressions sexuelles simples (niveau 1)12. Source : DUC 2 – MSP 2012
    • En 2012, les agressions sexuelles armées (1,8 %) et les agressions sexuelles graves (1,2 %) sont les catégories d’infractions sexuelles commises envers des adultres les moins enregistrées par les services policiers12. Source : DUC 2 – MSP 2012
    • Les autres infractions d’ordre sexuel commises envers des adultes et enregistrées par la police au Québec en 2012 comptaient pour 4,3 % des infractions sexuelles sur des adultes12. Source : DUC 2 – MSP 2012
  • Auteurs présumésCliquez pour voir plus.

    • En 2013, au Québec, plus des deux tiers (68,3 %) des adultes victimes d’infraction sexuelle déclarée à la police connaissaient l’auteur présumé de l’infraction, comparativement à 85,6 % des victimes mineures26. Source : DUC 2 – MSP 2013
    • Parmi les auteurs présumés d’infractions sexuelles envers des adultes qui étaient connus de leur victime en 2013, on retrouvait une connaissance autre de la victime (20,2 %); un conjoint ou ex-conjoint, un ami ou ex-ami intime (19,8 %); un ami (8,0 %); une relation d’affaires (6,1 %); un parent ou beau-parent (3,2 %); un autre membre de la famille immédiate (3,8 %); un parent éloigné (1,3 %) ou un symbole d’autorité (2,3 %)26. Source : DUC 2 – MSP 2013

Données canadiennes

  • Ampleur des infractions sexuellesCliquez pour voir plus.

    • En 2015 au Canada, 18 626 infractions sexuelles envers des femmes ont été enregistrées par les corps policiers et 2 499 envers des hommes35. Source : DUC 2 – Statistique Canada
    • En 2015, les infractions sexuelles envers des adultes représentaient 10,7 % de tous les crimes violents déclarés à la police au Canada35. Source : DUC 2 – Statistique Canada
    • Les données policières indiquent qu’en 2013 au Canada, c’était 45 % des victimes d’infractions sexuelles déclarées qui avaient plus de 18 ans31. Source : DUC 2 – Statistique Canada
  • Âge et sexe des victimesCliquez pour voir plus.

    • En 2011, les corps policiers à travers le Canada enregistraient un taux d’infractions sexuelles contre les femmes onze fois plus élevé (99 pour 100 000 habitants) que celui des hommes (9 pour 100 000 habitants)30. Source : DUC 2 – Statistique Canada
    • Les infractions sexuelles comptent pour 8,2 % de l’ensemble des crimes violents déclarés à la police au Canada par des personnes de sexe féminin et pour 0,8 % de ceux déclarés par des personnes de sexe masculin, en 201130. Source : DUC 2 – Statistique Canada
    • Les données policières canadiennes de 2008 montrent que les infractions sexuelles font davantage de victimes chez les 18 à 24 ans et que le taux d’infractions enregistrées diminue à mesure que les groupes d’âge augmentent, et ce, autant pour les femmes que les hommes (Tableau 9)19. Source : DUC 2 – Statistique Canada
  • Formes et gravitéCliquez pour voir plus.

    • Les deux-tiers (61 %) des victimes d’infractions sexuelles enregistrées par les services de police canadiens en 2008 n’ont pas subi de blessures corporelles. Toutefois, 38 % des infractions sexuelles perpétrées contre des femmes ont entraîné des blessures, alors que c’était 30 % pour les infractions sexuelles envers les hommes19. Source : DUC 2 – Statistique Canada
    • La majorité (59 %) des infractions sexuelles envers des adultes qui ont été rapportées aux services de police en 2008 au Canada ont été commises dans un lieu résidentiel. Les hommes ont été victimes d’infraction sexuelle dans un lieu institutionnel dans 16 % des cas tandis que c’était le cas de 6 % des femmes victimes21. Source : DUC 2 – Statistique Canada
  • Auteurs présumésCliquez pour voir plus.

    • En 2008, selon les infractions enregistrées par les services de police canadiens, les femmes étaient plus souvent victimes d’infractions sexuelles de la part d’un conjoint ou ex-conjoint (8 %) ou encore d’un partenaire amoureux actuel ou antérieur (7 %) comparativement aux hommes (respectivement dans 0 % et 2% des cas)19. Source : DUC 2 – Statistique Canada
    • Les infractions sexuelles envers des adultes rapportées à la police au Canada en 2008 avaient majoritairement (68 %) été commises par des personnes non apparentées (ex. : ami, connaissance, relation d’affaire), dont 23 % était un étranger19. Source : DUC 2 – Statistique Canada
Tableau 9. Taux de victimes adultes d’infractions sexuelles déclarées à la police par groupe d’âge en 2008 au Canada19
  18 à 24 ans 25 à 34 ans 35 à 44 ans 45 à 54 ans 55 à 64 ans 65 ans et + Total
F H F H F H F H F H F H F H
Total infractions sexuelles – Taux par 100 000 habitants de 18 ans et plus 246 19 112 8 63 6 31 3 12 1 6 1 68 6

Source : DUC 2 – Statistique Canada

Source de données : Programme de déclaration uniforme de la criminalité fondé sur l’affaire – DUC 2Cliquez pour voir plus.

Le Programme de déclaration uniforme de la criminalité fondé sur l’affaire (DUC 2) sert à recueillir des renseignements détaillés sur les affaires criminelles qui ont été portées à l’attention des services de police canadiens et dont ceux-ci ont établi le bien-fondé. Tous les ans, Statistique Canada et le ministère de la Sécurité publique du Québec (MSP) publient les statistiques annuelles sur les crimes déclarés par la police de chaque province à partir des données du DUC 2, permettant ainsi de documenter la criminalité de nature sexuelle au Canada et au Québec. Les données proviennent de 155 services police, lesquels desservaient 98 % de la population du Canada en 2008.

Les statistiques présentées portent sur les infractions d’agressions sexuelles (l’agression sexuelle -niveau 1, l’agression sexuelle armée ou causant des lésions corporelles -niveau 2 et l’agression sexuelle grave -niveau 3) et sur les autres infractions sexuelles qui visent surtout les affaires de violence sexuelle envers des enfants et qui sont : les contacts sexuels, l’incitation à des contacts sexuels, l’exploitation sexuelle, l’inceste, les relations sexuelles anales non consentantes ou entre personnes de moins de 18 ans, la bestialité et, depuis 2008, la corruption d’enfant, le leurre d’un enfant au moyen d’un ordinateur et le voyeurisme.

Enquêtes populationnelles

Faits saillants

  • Un taux de 22 incidents d’agression sexuelle par 1 000 habitants canadiens de 15 ans et plus dans l’année précédente a été établi dans le cadre de l’ESG en 2014, ce qui équivaut à 633 000 incidents au Canada33. Source : ESG 2014
  • Les taux d’agression sexuelle rapportées par des personnes de 15 ans et plus sont relativement stables entre 1999, 2004, 2009 et 2014 au Canada33. Source : ESG 2014
  • 87 % des agressions sexuelles déclarées par les répondants à l’ESG de 2014 ont été commises à l’endroit d’une femme33. Source : ESG 2014
  • Plus du tiers des victimes de 15 ans et plus ont dit avoir subi plus d’une agression sexuelle dans l’année précédant l’enquête de 200423. Source : ESG 2004
  • Dans la population adulte, les Canadiens de 15 à 24 ans rapportent les taux d’agression sexuelle dans l’année précédent l’enquête les plus élevés33. Source : ESG 2014
  • Les attouchements sexuels représentaient 71 % des agressions sexuelles déclarées dans le cadre de l’ESG de 201433. Source : ESG 2014
  • Dans plus de la moitié (52%) des agressions sexuelles auto-déclarées par les Canadiens en 2014, l’auteur présumé était un ami, une connaissance ou un voisin de la victime33. Source : ESG 2014

Données canadiennes

  • Ampleur des agressions sexuellesCliquez pour voir plus.

    • Les données de l’Enquête sociale générale (ESG) de 2014 a permis d’estimer que 633 000 Canadiens de 15 ans et plus avaient été victimes au moins une fois d’agression sexuelle au cours de l’année précédant l’Enquête, soit un taux de 22 incidents d’agression sexuelle par 1 000 habitants de 15 ans et plus33. Source : ESG 2014
    • Au Canada, les agressions sexuelles représentaient 5 % des incidents criminels auto-déclarés par des personnes de 15 ans et plus dans le cadre de l’ESG de 201433. Source : ESG 2014
    • Selon l’ESG de 2014 sur la victimisation, moins d’une affaire d’agression sexuelle rapportée par des Canadiens de 15 ans et plus sur dix est déclarée à la police au Canada, soit une proportion moindre que pour les vols qualifiés (45 %) et les voies de fait (39 %)33. Source : ESG 2014
  • Âge et sexe des victimesCliquez pour voir plus.

    • 87 % des agressions sexuelles déclarées par les répondants à l’ESG de 2014 ont été commises à l’endroit d’une femme. À titre comparatif, 45 % des victimes de voies de fait étaient des femmes33. Source : ESG 2014
    • Le taux d’agression sexuelle auto-déclarée par les femmes au Canada en 2014 (37 incidents par 1 000 habitants de 15 ans et plus) était plus de sept fois plus élevéque le taux chez les hommes (5 incidents par 1 000 habitants de 15 ans et plus) (Tableau 11)33. Source : ESG 2014
    Tableau 11. Incidents autodéclarés d’agression sexuelle au Canada, 201433
      Nombre en milliers Taux pour 1 000 habitants de 15 ans et plus*
    Féminin 553 37
    Masculin 80T 5T

    TÀ interpréter avec prudence
    * Différences significatives (p< 0,05) entre les taux
    Source: ESG 2014

    • Les enquêtes sociales générales (ESG) de 1999 et de 2004 ont révélé que 3 % des femmes adultes au Canada avaient rapporté une agression sexuelle dans les 12 mois précédant l’enquête24. Sources : ESG 1999, 2004
    • Selon l’ESG de 2014, les Canadiens de 15 à 24 ans rapportent les taux d’agression sexuelle les plus élevés parmi les adultes avec 71 incidents pour 1 000 habitants de 15 ans et plus. Par comparaison, cette même année, le taux global d’agression sexuelle auto-rapportée tous groupes d’âge confondus est de 22 incidents pour 1 000 habitants de 15 ans et plus33. Source : ESG 2014
  • Formes et gravitéCliquez pour voir plus.

    • Les contacts sexuels non désirés représentaient 71 % des agressions sexuelles déclarées à l’ESG de 2014 tandis que les attaques de nature sexuelle plus graves constituaient 29 % des incidents déclarés36. Source : ESG 2014
    • En 2004, plus du tiers (37 %) des Canadiens de 15 ans et plus victimes d’agression sexuelle ont rapporté avoir vécu plus d’un incident d’agression sexuelle au cours des 12 mois précédant l’Enquête23. Source : ESG 2004
    • En 2014, 79 % des agressions sexuelles auto-déclarées par des Canadiens de 15 ans et plus ont été commises par un seul auteur36. Sources : ESG 2014
    • La grande majorité des incidents d’agression sexuelle rapportés par les Canadiens de 15 ans et plus en 2014 ont été commis sans la présence d’une arme (86 %) et n’ont pas occasionné de blessures (93 %)33. Source : ESG 2014
    • En 2014, un peu moins de la moitié (43 %) des agressions sexuelles déclarées par les Canadiens dans le cadre de l’ESG ont eu lieu dans un établissement commercial, comme un restaurant ou un bar, 22 % sont survenues dans une résidence privée et 14 % dans la rue ou un espace public33. Source : ESG 2014
  • Auteurs présumésCliquez pour voir plus.

    • Dans plus de la moitié (52 %) des agressions sexuelles autodéclarées par les Canadiens en 2014, l’auteur présumé était un ami, une connaissance ou un voisin de la victime et dans 44 % des cas, il s’agissait d’un étranger33. Source : ESG 2014
    • En 2014, les auteurs présumés d’agressions sexuelles rapportées dans l’ESG étaient des femmes dans 6 % des cas33. Source : ESG 2014
    • En 2009, les victimes des auteures féminines présumées d’agression sexuelle (correspondant à 13 % des agressions sexuelles rapportées dans l’ESG) sont un-e conjoint(e) ou ex-conjoint(e) (5,8 %); un-e partenaire intime (7,2 %); un-e autre membre de la famille (24,6 %); une connaissance (56,5 %); une étrangère (5,8 %)22. Source : ESG 2009
    • En 2014, dans plus de la moitié (58 %) des agressions sexuelles déclarées par des Canadiens de 15 ans et plus, le présumé agresseur avait entre 18 et 34 ans; 8 % d’entre eux sont âgés de 35 à 44 ans et 22 % ont 45 ans et plus33. Source : ESG 2014
  • ÉvolutionCliquez pour voir plus.

    • De 1999 à 2014, les taux de victimisation sexuelle déclarés par les Canadiens de 15 ans et plus sont relativement stables33. (Tableau 12).
      Tableau 12. Incidents auto-déclarés d'agression sexuelle au Canada (1999, 2004, 2009, 2014)33
      Année Nombre en milliers Taux pour 1 000 habitants de 15 ans et plus*
      1999 502 21
      2004 546 21
      2009 677 24
      2014 633 22

      Sources : ESG : 1999, 2004, 2009, 2014
      *Différences non significatives (p< 0,05) entre les taux

La prévalence à vie de l’agression sexuelle des femmes canadiennes

Des données plus détaillées sur les agressions sexuelles vécues par les femmes canadiennes ont été obtenues dans le cadre de l’Enquête sur la violence envers les femmes (EVEF) menée à l’échelle nationale en 1993. Même si les données de cette enquête datent de 20 ans, elles proviennent d’une enquête populationnelle qui est la seule à avoir mesuré la prévalence à vie de l’agression sexuelle des femmes adultes auprès d’un échantillon représentatif. À l’époque, 39 % des femmes canadiennes avaient déclaré avoir été victimes d’au moins une agression sexuelle depuis l’âge de 16 ans. Dans cette enquête, la définition d’agression sexuelle comprenait à la fois les attaques sexuelles avec violence et les attouchements sexuels non désirés, ce qui, dans les deux cas, concordait avec les définitions d’agression sexuelle figurant dans le Code criminel25.

Source de données : L'Enquête sociale générale (ESG)Cliquez pour voir plus.

Tous les cinq ans, Statistique Canada diffuse des données sur la victimisation auto-déclarée tirées de l'Enquête sociale générale (ESG). Cette enquête est réalisée tous les cinq ans et elle permet de recueillir des données déclarées par les Canadiens de 15 ans et plus sur leurs expériences de victimisation criminelle en rapport avec huit infractions, dont l’agression sexuelle, que ces expériences soient signalées ou non à la police. La dernière Enquête s’est déroulée en 2014.
L’ESG recueille donc des renseignements sur des crimes qui ne sont pas signalés à la police, alors que ces derniers représentaient environ les deux tiers des incidents de victimisation criminelle en 2014. Toutefois, l’ESG se fie à la mémoire des répondants puisqu’on leur demande de se remémorer précisément des événements et de les déclarer, lesquels peuvent ne pas toujours être en conformité avec les définitions juridiques d’un crime.

Note : Les données de l'ESG 2014 incluent les Territoires du Nord-Ouest, le Yukon et le Nunavut.

 
 

Références

  1. Tourigny, M., Hébert, M., Joly, J., Cyr, M. et Baril, K. (2008). Prevalence and co-occurrence of violence against children in the Quebec population. Australian and New Zealand journal of public health, 32 (4), 331-335
  2. Agence de la santé publique du Canda. (2010). Étude canadienne sur l’incidence des signalements de cas de violence et de négligence envers les enfants – 2008 : Données principales. Ottawa.
  3. Collin-Vézina, D. et Turcotte, D. (2011, juin). L’abus sexuel envers les enfants au Canada : les victimes, les auteurs et les contextes. Communication présentée au Colloque international sur l’exploitation sexuelle des enfants et des conduites excessives. La Malbaie, Canada.
  4. Ministère de la sécurité publique du Québec (2012). Infractions sexuelles au Québec : Faits saillants 2010. Québec : Gouvernement du Québec.
  5. Collin-Vézina, D. et Tourigny, M. (2011, septembre). Les taux d’agression sexuelle au Québec et au Canada : Que comprendre des données issues des études d’incidence et de prévalence ? Communication présentée au Congrès international francophone sur l’agression sexuelle-CIFAS. Montreux, Suisse.
  6. Ministère de la sécurité publique du Québec (2011). Statistiques sur les agressions sexuelles au Québec 2009. Québec : Gouvernement du Québec.
  7. Statistique Canada. (2011). La violence familiale au Canada: un profil statistique. Ottawa: Centre canadien de la statistique juridique, Statistique Canada.
  8. Ogrodnik, L. (2010). Les enfants et les jeunes victimes de crimes violents déclarés par la police, 2008. Ottawa: Centre canadien de la statistique juridique, Statistique Canada.
  9. Tourigny, M., Hébert, M., Daigneault, I., Jacob, M. et Wright, J. (2005). Portrait québécois des signalements pour abus sexuels faits à la Direction de la protection de la jeunesse. Rapport de recherche. Sherbrooke : Université de Sherbrooke.
  10. Trocmé, N., Fallon, B., MacLaurin, B. et Neves, T. (2003). What is driving increasing child welfare caseloads in Ontario? : Analysis of the 1993 and 1998 Ontario Incidence Studies. Child Welfare, 84, 341-362.
  11. Trocmé, N., Fallon, B., MacLaurin, B., Daciuk, J., Felstiner, C., Black, T. et al. (2005). Étude canadienne sur l’incidence des signalements de cas de violence et de négligence envers les enfants – 2003. Données principales. Ottawa : Ministre des Travaux publics et des Services gouvernementaux du Canada.
  12. Ministère de la sécurité publique du Québec (2013). Infractions sexuelles au Québec : Faits saillants 2012. Québec : Gouvernement du Québec.
  13. Tourigny, M. et Baril, K. (2011). Les agressions sexuelles durant l’enfance : Ampleur et facteurs de risque. Dans M. Hébert, M. Cyr, et M. Tourigny (dir.), L’agression sexuelle envers les enfants Tome 1 (pp.7-42). Québec: Presses de l’Université du Québec.
  14. Gorey, K. M. et Leslie, D. R. (1997). The prevalence of child sexual abuse: Integrative review adjustment for potential response and measurement biases. Child Abuse and Neglect, 21(4), 391-398.
  15. Pereda, N., Guilera, G., Forns, M. et Gomez-Benito, J. (2009). The prevalence of child sexual abuse in community and student samples: A meta-analysis. Clinical Psychology Review, 29, 328-338.
  16. Black, M. C., Basile, K. C., Breiding, M. J., Smith, S. G., Walters, M. L., Merrick, M. T., Chen, J. et Stevens, M. R. (2011). The National Intimate Partner and Sexual Violence Survey (NISVS): 2010 Summary Report. Atlanta, GA: National Center for Injury Prevention and Control, Centers for Disease Control and Prevention.
  17. Higgins, D. J. et McCabe, M. P. (2001). Multiple forms of child abuse and neglect : Adult retrospective reports. Aggression and Violent Behavior, 6, 547-578.
  18. Brennan, S. et Taylor-Butts, A. (2008). Les agressions sexuelles au Canada, 2004-2007. Centre canadien de la statistique. No 85F0033M au catalogue- no 19.
  19. Statistique Canada (2010). Les différences entre les sexes en ce qui touche les crimes violents déclarés par la police au Canada, 2008. R. Vaillancourt. Centre canadien de la statistique juridique. No 85F0033M au catalogue, no 24.
  20. Statistique Canada (2010). La victimisation criminelle au Canada, 2009. S. Perreault et S. Brennan. Juristat, 85-002-X.
  21. Dauvergne, M. et Turner, J. (2010). Statistiques sur les crimes déclarés par la police au Canada, 2009. Statistique Canada.
  22. Statistique Canada (2011). Les femmes et le système de justice pénale. Femmes au Canada : rapport statistique fondé sur le sexe. T.H. Mahony. No 89-503-X au catalogue.
  23. Statistique Canada (2009). La victimisation multiple au Canada, 2004. Centre canadien de la statistique juridique. S. Perreault, J. Sauvé, et M. Burns. No 85F0033M au catalogue- No 22.
  24. Statistique Canada. (2006). Mesure de la violence faite aux femmes. Tendances statistiques 2006. No 85-570-1XF au catalogue.
  25. Statistique Canada (1993). Enquête sur la violence envers les femmes. Faits saillants et documents d’information sur le questionnaire. Centre canadien de la statistique. H. Johnson et K. Mihorean. Catalogue 11-001F.
  26. Ministère de la sécurité publique du Québec (2015). Statistiques 2013 sur les infractions sexuelles au Québec. Québec : Gouvernement du Québec.
  27. Hélie, S., Turcotte, D., Trocmé, N. et Tourigny, M. (2012). Étude d’incidence québécoise sur les signalements évalués en protection de la jeunesse en 2008. Rapport final. Montréal, Centre jeunesse de Montréal-Institut universitaire, 252 p.
  28. Cotter, A. et Beaupré, P. (2014). Les infractions sexuelles commises contre les enfants et les jeunes déclarées par la police au Canada, 2012. Ottawa: Centre canadien de la statistique juridique, Statistique Canada.
  29. Boyce, J., Cotter, A. et Perreault, S. (2014). Statistiques sur les crimes déclarés par la police au Canada, 2013. Ottawa: Centre canadien de la statistique juridique, Statistique Canada.
  30. Sihna, M. (sous la direction de) (2013). Mesure de la violence faite aux femmes : tendances statistiques. Ottawa: Centre canadien de la statistique juridique, Statistique Canada.
  31. Statistique Canada (2015). La violence familiale au Canada : un profil statistique, 2013. Ottawa: Centre canadien de la statistique juridique, Statistique Canada.
  32. MacMillan, H.L., Jamieson, L. and Walsh, C. (2003). Reported contact with child protection services among those reporting child physical and sexual abuse: Results from a community survey. Child Abuse & Neglect, 27: 397-1408.
  33. Statistique Canada (2015). La victimisation criminelle au Canada, 2014. S. Perreault. Juristat, 85-002-X.
  34. Ministère de la sécurité publique du Québec (2016). Statistiques 2014 sur les infractions sexuelles au Québec. Québec : Gouvernement du Québec.
  35. Statistique Canada (2017). Les femmes et le système de justice pénale. T. Hotton, J. Jacob et H. Hobson. Juristat, 89-503-X.
  36. Statistique Canada (2017). Les agressions sexuelles autodéclarées au Canada, 2014. S. Conroy et A. Cotter. Juristat, 85-002-X.