Détermination des meilleures pratiques pour les intervenants d’urgence, les premiers répondants et les agents policiers, afin de diminuer le risque d’exposition secondaire aux opioïdes

Dans la cadre de leurs fonctions, les intervenants d’urgence, les premiers répondants et les agents policiers doivent parfois intervenir dans des contextes où ils peuvent être exposés secondairement à des opioïdes sous différentes formes (ex. : comprimés, timbres, poudres, liquides). Ce projet vise à déterminer les meilleures pratiques pour ces corps de métiers pour éviter l’exposition secondaire par inhalation et cutanée aux opioïdes pouvant entrainer une intoxication accidentelle. Les objectifs spécifiques sont les suivants :

  • Documenter les situations de travail à risque d’exposition secondaire aux opioïdes par les intervenants d’urgence, les premiers répondants et les agents policiers;
  • Recenser les meilleures pratiques professionnelles pour limiter les risques pouvant être associés à cette exposition secondaire ;
  • Émettre des recommandations adaptées aux divers groupes de travailleurs à l’aide d’un avis scientifique ;
  • Développer un outil de transfert de connaissance à l’intention des publics cibles.