Bulletin d'information toxicologique

Numéro thématique sur les toxidromes

Le diagnostic d’une intoxication se fait de plusieurs façons : il faut effectuer une anamnèse, procéder à un examen physique complet et réaliser certains examens de laboratoire ainsi que certaines épreuves diagnostiques. Certes, plus le diagnostic sera précis, plus il sera possible de traiter le patient intoxiqué de façon optimale.

  • Pierre-André Dubé
  • Anne-Éricka Vermette-Marcotte

Prise en charge du syndrome sérotoninergique

Pour consulter la présentation
Powerpoint narré
Document pdf

  • Isabelle Bilodeau
  • Olivier Jacques-Gagnon
  • Pierre-André Dubé

Syndrome cholinergique traité par le tropicamide

Résumé

Le traitement initial usuel du syndrome cholinergique comprend l’administration d’atropine intraveineuse. Le présent article fait toutefois état d’un cas de syndrome cholinergique traité temporairement par du tropicamide dans une région isolée d’un pays en développement. Ainsi, un enfant de 6 ans présentant un syndrome cholinergique s’est rendu dans un centre de santé d’Haïti. L’affection avait tout d’abord été traitée comme un sepsis, puis après quatre heures d’intervention, le diagnostic de syndrome cholinergique a été posé.

  • Roseline Miron Pichet
  • Daniel Chouinard
  • Ann-Sophie Maltais
  • Mireille Gagnon-Gervais
  • Lenode Gracia

La dexmédétomidine dans le traitement adjuvant du toxidrome anticholinergique

Résumé

Les médicaments anticholinergiques sur ordonnance ou en vente libre entraînent un nombre important d’intoxications nécessitant parfois une prise en charge par de nombreux intervenants. Les toxidromes causés par ces médicaments peuvent parfois être réfractaires aux mesures de soutien et aux benzodiazépines; dans certains cas, l’administration de la physostigmine est inappropriée considérant le contexte clinique et les effets indésirables potentiels de ce produit. Pour cette raison, l’emploi d’autres agents thérapeutiques pourrait être indiqué.

  • Madeleine Genest
  • Éric Villeneuve

Numéro thématique sur les produits de santé naturels

Une enquête menée en 2010 rapportait que 73 % des Canadiens interrogés (n = 2 001) consommaient des produits de santé naturels (PSN), et, apparemment, 24 % (488/2 001) des répondants de cette enquête étaient des Québécois [1]. Les auteurs mentionnaient que les participants étaient incertains à propos de la classification d’un produit dans la catégorie des PSN.

  • Pierre-André Dubé